Quand le récit médiatique fait le jeu du FN

Hier,  journal de 13h, sur France 2. L’essentiel du journal est consacré aux résultats du premier tour. Le journal commence par un bilan général pour ensuite se concentrer sur l’accueil des résultats dans le camps des finalistes, chez les militants de François Hollande puis que chez ceux du président sortant. Elise Lucet s’arrête ensuite sur le score du Front National en lançant un reportage plus spécifique sur Marignane, ville à 34, 84% de voix FN.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=v_Wtd04IZwE[/youtube]

Journal de 13h, France 2, lundi 23 avril 2012

Toutes les chaînes de télévision sont d’accord sur un point, y compris France 2 :  l’orientation des électeurs FN vers l’un ou l’autre des candidats est l’enjeu primordial de ce deuxième tour. Pas une pour dire que les centristes sont à 9 % et que leurs choix peuvent aussi faire pencher la balance, personne pour dire que l’abstention de l’ensemble de ces électeurs peut battre les cartes de toute autre manière. Le récit médiatique est unanime : les électeurs du Front National ont, dans leurs mains, le sort du pays. Le FN et ses idées, le FN et sa lutte contre l’immigration qu’il voit comme un problème, le FN qui n’a pas de projet, le FN qui stigmatise « l’étranger », sans jamais appuyer son argumentaire sur des chiffres, sans que jamais un journaliste ne lui oppose des chiffres, sans que jamais personne – sauf Jean-Luc Melenchon – ne montre que l’immigration et ses conséquences prétendument catastrophiques n’existent que dans la tête des dirigeants du FN.

Mais si on prend la peine de regarder ce reportage de plus près, cet imaginaire semble déborder sur les journalistes de France 2. A l’écran, le reporter interroge des habitants de Marignane pour leur demander ce qu’ils vont décider au second tour, nourrissant par là le récit médiatique de l’électeur prétendu FN décisionnaire absolu du second tour. Prétendu, puisqu’on ne sait pas pour qui ont voté ces personnes interviewées, le fait d’habiter Marignane étant assimilé d’office au vote frontiste (alors que 65% de la population a voté pour un autre candidat que MLP!).

Entre chaque plan d’interview sont montées des images de rues, censées montrer aux téléspectateurs la ville de Marignane, son atmosphère et peut-être leur apporter des éléments de compréhension de ce vote massif pour le parti extrémiste. 3 fois (à 00 min 01, à 00 min 26 et à 00 min 54)  sans que le reporter s’arrête sur ce qui est montré, sans commentaires, on peut voir des femmes voilées. 3 fois en moins d’une minute. Que veut-on signifier par ce  montage ?

 » Voyez à tous les coins de rues, des femmes voilées ».

Ici, comme dans la tête de MLP , immigré = musulman et femme voilée = oppression et incompatibilité avec le « mode de vie » à « la française »1. Schéma repris par le gouvernement et son ministère de l’identité nationale depuis 5 ans. Schéma naturalisé par le récit médiatique dont ce reportage est l’exemple criant.

Comment le téléspectateur peut-il recevoir un tel reportage s’il ne prend pas un peu de recul avec la manière dont s’élabore le récit médiatique ? Comme une vérification en image d’un discours idéologique. Je pense que le Front National et l’UMP peuvent remercier le journal de France 2 pour un si beau service rendu.

 

  1. Le « mode de vie », expression employée par Nicolas Sarkozy dans ses tracts dont « La lettre aux français », dans ses discours dont celui du dimanche 22 avril 2012 []

10 réflexions au sujet de « Quand le récit médiatique fait le jeu du FN »

  1. … Le tout bâclé dans l’urgence, sans recul et (probablement) en toute bonne foi. Belle illustration de ce que j’appelle « la dictature de l’immédiat ». Le monstre que tu décris ne rend guère optimiste sur l’avenir du système.

  2. Merci Alexie pour cette analyse détaillée de ce qui est malheureusement une exemple parmi tant d’autres. La grande messe du 20h a contribué à naturaliser le discours sécuritaire depuis des années, et est de façon plus générale est une caisse de résonance formidable des fantasmes et des angoisses les plus primaires. Tu le démontres bien ici.

  3. Dimanche, une majorité de 18% l’a emporté contre une minorité de 82% d’électeurs qui n’ont pas voté pour le front national.
    Tous les médias sont entrés dans ce cercle, pas uniquement la télévision.
    Triste…

  4. Faut pas oublier internet qui est un incroyable espace de haine ultra virulente sur les forums, discutions, commentaires… c’est effrayant !

  5. Merci Alexie,
    On peut malheureusement remarquer que ce n’est que la suite logique du comportement de ceux qui ont, à longueur de campagne, relayé les communiqués de presse évoquant la « volonté de normalisation » et « l’entreprise de respectabilité » entreprise par MLP et son équipe. Le tri et la hiérarchisation de l’information ont été largement malmenés par bon nombre de grands médias nationaux, manipulés de fait par le Front National (qui, ironie, fustige le système politico-médiatique par ailleurs) : à force de parler de « volonté de normalisation » du discours lepeniste, les médias se font l’écho de sa prétendue effectivité, par un glissement prévisible : si le 13 heures de France 2, Le Monde, et autres médias « sérieux » évoquent cette normalisation, c’est qu’elle doit être réelle. On est déculpabilisé de reprendre ses éléments de discours, et on laisse les thématiques xénophobes du FN s’inviter dans la campagne. Et le Front national, qui n’a guère changé ses cadres ni le socle de son idéologie, acquiert par la force du jeu médiatique, une légitimité politique – confirmée par notre président ce matin même.
    Certains, c’est drôle, vont ensuite confirmer l’efficacité de leur travail : on peut notamment citer la une du journal Le Monde qui annonçait il y a quelques semaines, sondage exclusif à l’appui, que « x % des français partag(ai)ent les idées du front national ». Où est l’intérêt journalistique pour la rédaction du Monde de se faire l’écho de cette « information » créée de toutes pièces (le sondage est commandé par le journal) sur un objet forcément partial (impossible de recenser les idées du front national dans leur exhaustivité et surtout dans une formulation figée, qui ne soit pas vide de sens) ? La logique marchande de l’information couplée à la « dictature de l’immédiat » évoquée plus haut me semblent avoir provoqué des effets pervers d’une importance rare.
    Merci en tous cas, l’appareil des apparences toujours aussi intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *