Compte-rendu de la soutenance de thèse de G. Douillet-Fasentieux, « Esthétique de la destruction. Voir, prévoir, revoir le 11 septembre 2001 à New-York »

Compte-rendu de la soutenance de thèse en études visuelles anglophones de Géraldine Douillet-Fasentieux intitulée « Esthétique de la destruction. Voir, prévoir, revoir le 11 septembre 2001 à New-York » et dirigée par François Brunet (Paris 7) qui a eu lieu le 5 septembre 2012 à Paris. Le jury était composé de Catherine Bernard (Paris 7), François Brunet (Paris 7), Clément Chéroux (Centre Pompidou), Divina Frau-Meigs (Paris 3) et présidé par Joanne Lalonde (Uqam Montréal).

Thomas Ruff, jpegny02, 2004 New York, galerie David Zwirmer c-print sur diasec 269 x 364 cm

« Une analyse des représentations visuelles artistiques du 11 septembre 2001 » c’est ainsi que la candidate a présenté son travail de thèse ayant comme objectif d’observer la pertinence et l’originalité des œuvres d’art au regard du « flot d’images médiatiques ». Aussi l’enjeu était d’abord de rassembler la production artistique et d’en dresser un inventaire. Les membres du jury étaient tous d’accord pour saluer l’ampleur du travail de panorama fait pour cette thèse effectuée en trois ans seulement. A partir de cette collecte d’œuvres réalisée en bibliothèque, lors d’expositions récentes ou sur internet par le biais des sites des artistes, la candidate, par ailleurs plasticienne, est également allée  à la rencontre des artistes pour les interroger et connaître leur rapport à cette création spécifique. A partir des œuvres jugées comme les « plus importantes », Géraldine Douillet-Fasentieux dégage des motifs représentationnels qu’elle étudie sous un angle esthétique et créatif. « Par quels moyens ces artistes ont-ils « déplacé » ou « surpassé » la représentation médiatique ? », démarche aboutissant à un questionnement sur les fonctions de l’art dans la société américaine des années 2000 suite à un évènement traumatisant. Ses conclusions se tournent majoritairement vers l’idée de catharsis. Les cadres théoriques qu’elle revendique sont ceux de l' »inter-iconicité » et de l’histoire visuelle.

La thèse se déroule en trois grandes parties « Voir, prévoir, revoir ». Le « Voir » s’attache aux images médiatiques, le « prévoir » aux images antérieures à l’évènement dans lesquelles elles observent des modèles et le « revoir », aux images qualifiées de « renouvelées » par les artistes, principalement photographes ou peintres de l’inventaire.

Le jury a salué par une mention très honorable ce travail de collecte considérable, ainsi que sa mise en page particulièrement intéressante, celle de l’insertion des images dans le corps du texte. Le découpage en chronologie bouleversée a également été bien reçu si ce n’est quelques réserves, en particulier de Clément Chéroux sur le « Prévoir » qu’il a lu comme une forme de prophétie des images alors qu’il aurait, selon lui, fallu simplement y voir une réserve de modèles imaginaires dans lesquels les artistes auraient puisé. Si des améliorations possibles concernant la méthode, qu’il faut rendre plus visible, ont été conseillées, des lacunes théoriques ont également été mises en avant. Catherine Bernard et Divina Frau-Meigs auraient aimé un effort de définition et de remise en perspective historiographique plus approfondi de certains termes, particulièrement en ce qui concerne les questions de sublime ou de catharsis. Certaines réserves également concernant l’importance donnée aux discours sur l’art de la part de François Brunet ou encore sur la méthode de Clément Chéroux qui cite par exemple une tendance lourde à l’analogie, contre laquelle la candidate s’était pourtant mise en garde dés l’introduction en citant le texte d’André Gunthert à ce sujet.

Pour finir, la présidente du jury Joanne Lalonde – nord-américaine, regrette le peu d’espace fait à l’université française pour les artistes qui ne réalisent que très peu de recherches de doctorat. Pour elle, cela aurait permis, sur le mode de la thèse « recherche/création » nord-américaine de développer davantage les perspectives théoriques de la candidate plasticienne pour redonner du corps à ce travail, peut-être encore, par certains aspects, inachevé, en dépit d’un travail de panorama titanesque.


4 réflexions au sujet de « Compte-rendu de la soutenance de thèse de G. Douillet-Fasentieux, « Esthétique de la destruction. Voir, prévoir, revoir le 11 septembre 2001 à New-York » »

  1. Merci de cette synthèse! Les précisions que tu apportes sur les critiques de Clément Chéroux sur le prévoir sont particulièrement intéressantes. Est-ce que de manière générale tu pourrais nous expliquer en quoi (au-delà de la collecte d’oeuvres) la thèse de Géraldine Douillet-Fasentieux propose des éléments nouveaux par rapport au travail de Chéroux? Comment les deux s’articulent…

  2. You’re welcome 😉
    D’après la seule soutenance – je n’ai pas eu l’occasion de lire la thèse mais seulement de la feuilleter, l’approche semblait clairement différente. Les questions de Clément Chéroux sont d’ordre médiatiques tandis que celles de Géraldine Douillet-Fasentieux sont avant tout esthétiques. Les méthodes et les cadres théoriques qu’elle mobilise, même si elle ne les cite pas clairement, étaient davantage ceux de l’histoire de l’art/esthétique : Qu’est ce qui est représenté ? y’a-t-il des motifs récurrents ? que signifient-ils ? pourquoi les artistes ont-ils besoin de représenter ? quel est le lien entre création et traumatisme ? L’étude portait à la fois sur la « création artistique » face à un phénomène donné et à ses rapports avec les images médiatiques, abondantes – et « diplopiques », comme l’avait montré Clément Chéroux.
    Pour la question des « images antérieures », je pense qu’il serait intéressant de lire plus précisément la thèse. L’auteur mobilise des notions intéressantes d’imaginaires et de culture visuelle, qu’elle emprunte, il me semble à Clément Chéroux. Malgré tout, je crois que leurs compréhensions des phénomènes passent par des schémas explicatifs distincts. Si Clément Chéroux montre la reprise des symboles visuels significatifs dans un contexte socio-historique donné, Géraldine Douillet-Fasentieux semble voir une forme de circulation des formes, une survivance des images bien éloignée finalement de l’approche de Chéroux…

  3. Tout cela me parait vraiment riche et très intéressant !
    Est il possible de savoir les références précises sur le texte cité par Géraldine Douillet-Fasentieux dans son introduction et concernant un texte de André Gunthert pourtant sur « l’analogie » ?

    Merci bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *