Tous les articles par Alexie Geers

Illustration et presse féminine

Illustration du dossier Aliments + Médicaments : gare aux mélanges, Elle.fr (photo G. Aroch)
Illustration du dossier "Aliments + Médicaments : gare aux mélanges", Elle.fr (photo G. Aroch)

Sur Elle.fr, on peut lire un dossier intitulé  Aliments + Médicaments : gare aux mélanges, donnant à la lectrice quelques informations « santé » sur les interactions possibles entre leur alimentation et la prise de médicaments.

Que peut-on voir sur la photographie qui accompagne cet article ?

Au premier abord, une illustration descriptive du texte : une femme prenant un médicament.

Mais surtout  une image utilisant tous les codes de représentation de la femme, devenus typiques dans l’image publicitaire ou dans les articles « beauté » (peau lisse, maquillage accentué,traits stylisés, bouche ouverte…).

Là où il peut paraitre normal qu’un visage soit lissé, sublimé et arrangé pour correspondre à un slogan publicitaire et pour l’appuyer visuellement, comment expliquer que ce même stéréotype  soit utilisé dans un article parlant de médicaments ?

Il me semble que cela participe à donner au lecteur une impression visuelle générale et normée, indépendante du contenu des articles, confirmant le développement d’une mythologie du corps féminin guidée par l’image.

La femme est-elle un lampadaire ?

Publicité Galerie Lafayette, Los Angeles Fashion, avril 2006
Publicité Galerie Lafayette, Los Angeles Fashion, avril 2006

Publicité Galerie Lafayette, Au pied de la mode, août 2008
Publicité Galerie Lafayette, Au pied de la mode, août 2008
Publicité Galerie Lafayette, Petits prix maison, Novembre 2009
Publicité Galerie Lafayette, Petits prix maison, Novembre 2009

Après avoir été un steak d’hamburger offert aux consommateurs, un talon de chaussure soutenant la mode, la femme perd son visage et devient lampadaire, serait-ce la vision de l’évolution version Galerie Lafayette ?

L'omniprésence du corps féminin

La presse féminine se caractérise par un usage abondant de la photographie, en particulier de corps féminin. Voici un petit état des lieux.

Sur le début de l’année 2009 (janvier-octobre), 64,50 % des pages publicitaires de Marie-Claire comportent au moins une photographie de corps féminin ainsi que 69,50 % des pages hors-publicité, soit une moyenne de 68% des pages du magazine.

Pour comparaison, voici les chiffres de quelques autres magazines concernant le début de l’année 2009 :

Prima 44%
Cosmopolitan 57%
Biba 58%
Glamour 71%

Bien que l’étude soit assez resserrée, à la fois dans la période décrite et dans le choix de magazine, il se dégage une tendance assez marquée.

Que le public destinataire soit jeune et branché, comme pour Glamour, ou plus âgé pour Prima, on s’aperçoit que cette présence de la photographie compte au moins pour 44%  des pages de la revue.

Les photographies de corps féminin se multiplient au sein d’un même magazine mais aussi dans l’éventail de la presse féminine en générale.

En sachant qu’on recense 139 titres de presse féminine en France, et qu’il se vend environ 200 millions de numéros (chiffre pour 2007 de la direction du développement des médias) on peut mieux se rendre compte de la place que prennent ces images dans le panorama visuel.

C’est cette omniprésence qui m’intéresse, à la fois parce qu’elle justifie pleinement de s’intéresser à ce type d‘images, mais aussi parce que le symptôme de la répétition n’est pas anodin, puisqu’il permet d’instaurer un certain type d’image comme norme visuelle.