Image numérique – notions techniques

Comme vous le savez maintenant, le Lhivic tient beaucoup à échanger avec les professionnels afin de mieux comprendre tous les enjeux de la fabrication des images. Grégory Divoux, photographe indépendant, est venu le 17 décembre lors d’un atelier du Lhivic nous donner des éléments pour mieux comprendre l’image numérique.


Écran d’ordinateur, appareil photo, téléphone, journaux, vidéo-projecteurs, les images effectuent des aller-retour permanents entre leur forme numérique et leur restitution en documents visibles par tout à chacun. Pourtant souvent les opérations permettant de passer de l’un à l’autre monde restent obscures pour l’utilisateur avec à la clé quelques désagréments : poids de fichiers volumineux nuisant à l’échange des documents, perte de qualité des images, non respect des dimensions lors d’une projection ou d’une impression…

Voici donc quelques notions basiques liées à ces passages permanents de l’un à l’autre monde.

Ils ont disparu, en Noir et Blanc

Libération, Jeudi 31 décembre 2009, page 23, Ils ont disparu, spécial 2000-2010,
"Ils ont disparu, spécial 2000-2010" in Libération, Jeudi 31 décembre 2009, page 23

Pour sa dernière parution de l’année 2009, Libération recense ses unes consacrées aux disparus de la dernière décennie.

4 des 15 unes sont en couleur : Jacques Derrida (9 octobre 2004), Yasser Arafat (11 novembre 2004), Jean-Paul II (2 avril 2005), James Brown (25 décembre 2006) et elles se suivent chronologiquement.

Force est de constater que l’usage du noir et blanc semble être de mise pour le décès  (11 unes sur 15) dans Libération, comme sa traditionnelle  photographie en pleine page.

Naissance d'un nouveau style ?

Publicité Mauboussin (et détails)
Publicité Mauboussin (et détails)

Ces derniers jours, on peut revoir dans le métro parisien, une campagne publicitaire très intéressante (déjà diffusée l’an dernier).

Sur cette image, vantant la beauté d’un bijou, on aperçoit un léger duvet au dessus de la lèvre supérieure du modèle, ainsi que les détails très précis de sa peau, pores, petits reliefs, grains de beauté,  qui dans le paysage visuel actuel dénotent fortement.

En effet ce n’est pas l’usage aujourd’hui dans la publicité de rendre  la peau avec une telle précision. Comme on a pu le voir précédemment, le traitement de celle-ci est actuellement plutôt basé sur un rendu lissé et stylisé.

Assiste-t-on aux prémices d’un nouveau style plus réaliste ?

Carnet de recherche d'Alexie Geers