Ils ont disparu, en Noir et Blanc

Libération, Jeudi 31 décembre 2009, page 23, Ils ont disparu, spécial 2000-2010,
"Ils ont disparu, spécial 2000-2010" in Libération, Jeudi 31 décembre 2009, page 23

Pour sa dernière parution de l’année 2009, Libération recense ses unes consacrées aux disparus de la dernière décennie.

4 des 15 unes sont en couleur : Jacques Derrida (9 octobre 2004), Yasser Arafat (11 novembre 2004), Jean-Paul II (2 avril 2005), James Brown (25 décembre 2006) et elles se suivent chronologiquement.

Force est de constater que l’usage du noir et blanc semble être de mise pour le décès  (11 unes sur 15) dans Libération, comme sa traditionnelle  photographie en pleine page.

Naissance d'un nouveau style ?

Publicité Mauboussin (et détails)
Publicité Mauboussin (et détails)

Ces derniers jours, on peut revoir dans le métro parisien, une campagne publicitaire très intéressante (déjà diffusée l’an dernier).

Sur cette image, vantant la beauté d’un bijou, on aperçoit un léger duvet au dessus de la lèvre supérieure du modèle, ainsi que les détails très précis de sa peau, pores, petits reliefs, grains de beauté,  qui dans le paysage visuel actuel dénotent fortement.

En effet ce n’est pas l’usage aujourd’hui dans la publicité de rendre  la peau avec une telle précision. Comme on a pu le voir précédemment, le traitement de celle-ci est actuellement plutôt basé sur un rendu lissé et stylisé.

Assiste-t-on aux prémices d’un nouveau style plus réaliste ?

Illustration et presse féminine

Illustration du dossier Aliments + Médicaments : gare aux mélanges, Elle.fr (photo G. Aroch)
Illustration du dossier "Aliments + Médicaments : gare aux mélanges", Elle.fr (photo G. Aroch)

Sur Elle.fr, on peut lire un dossier intitulé  Aliments + Médicaments : gare aux mélanges, donnant à la lectrice quelques informations « santé » sur les interactions possibles entre leur alimentation et la prise de médicaments.

Que peut-on voir sur la photographie qui accompagne cet article ?

Au premier abord, une illustration descriptive du texte : une femme prenant un médicament.

Mais surtout  une image utilisant tous les codes de représentation de la femme, devenus typiques dans l’image publicitaire ou dans les articles « beauté » (peau lisse, maquillage accentué,traits stylisés, bouche ouverte…).

Là où il peut paraitre normal qu’un visage soit lissé, sublimé et arrangé pour correspondre à un slogan publicitaire et pour l’appuyer visuellement, comment expliquer que ce même stéréotype  soit utilisé dans un article parlant de médicaments ?

Il me semble que cela participe à donner au lecteur une impression visuelle générale et normée, indépendante du contenu des articles, confirmant le développement d’une mythologie du corps féminin guidée par l’image.

Carnet de recherche d'Alexie Geers