Archives par mot-clé : Marie-Claire

La presse féminine est-elle le tombeau de l’émancipation féminine ?

J’ai le plaisir d’avoir écrit un texte, consacré à mon travail de thèse, pour le magazine en ligne Mondes Sociaux qui a pour objectif de vulgariser les savoirs scientifiques en Sciences Humaines et Sociales, démarche que j’apprécie particulièrement.

Cet article est intitulé  » La presse féminine est-elle le tombeau de l’émancipation féminine ? »

« Nombre de journalistes et de scientifiques partagent une même posture : la presse féminine ne serait qu’un amas de normes aliénantes pour les femmes. Pire, leur production ne vanterait que le soin des apparences, la gestion du foyer et de la famille, les soins des enfants, une sexualité libre et épanouie, un travail émancipateur, un mode de vie plus écologique etc. Autant de recommandations indiquant aux femmes comment faire, comment être, selon des modèles figés et des injonctions commerciales. Il ne s’agit pas de s’opposer à ce constat mais de revenir sur l’histoire de cette presse et de ses contenus pour tenter de comprendre les enjeux complexes de la première presse de France. »

Vous pouvez lire la suite par ici…!

 

 

Quel est l’apport des études visuelles à l’histoire des femmes et du genre ? Marie-Claire de 1937 à nos jours.

Je suis invitée vendredi 23 juin dans le séminaire du GREMTOS/CEREP, laboratoire rémois auquel je suis associée depuis que j’y ai été ATER. Dans ce laboratoire, plusieurs collègues travaillent sur le genre mais aussi sur les images. Ils et elles m’ont demandé de réfléchir, à partir de mon travail de thèse, à l’apport de l’étude des images aux études de genre. Voici la présentation que j’ai préparée (sous forme de notes).

  Continuer la lecture de Quel est l’apport des études visuelles à l’histoire des femmes et du genre ? Marie-Claire de 1937 à nos jours.

Marie-Claire peut-il être une source pour l’histoire du genre ? Réflexions d’après soutenance.

promesses-1-mars-1956-couv
Couverture de Promesses n° 170 du 1er mars 1956, coll. part.

Lors de ma soutenance de thèse, fin septembre, une des examinatrices de mon jury pointa des manquements au sujet des mes connaissances de la chronologie d’histoire des femmes dont elle est une éminente spécialiste. Elle m’indiqua, notamment, que le découpage chronologique que j’avais effectué à partir de mon travail sur corpus ne correspondait pas à la chronologie établie par les recherches de spécialistes en histoire des femmes.

Cette remarque, désagréable sur le moment parce qu’elle remettait complètement en question ce que je pensais être un apport de ma thèse, m’a fait et continue de me faire beaucoup réfléchir. D’abord parce que je n’avais pas même souligné cette divergence dans le corps de ma thèse. Et puis, parce qu’en effet, il est absolument nécessaire de se demander pourquoi ces deux chronologies ne coïncident pas tout à fait. En tout cas avant d’accepter d’abandonner ma chronologie. Continuer la lecture de Marie-Claire peut-il être une source pour l’histoire du genre ? Réflexions d’après soutenance.