Idéalisation et mascara

Publicité Ricils, Marie-Claire n°30, 24 septembre 1937, page 5

Publicité Ricils, Marie-Claire n°30, 24 septembre 1937, page 5

Publicité Lancôme, Marie-Claire n°690, Février 2010, Page 3-4

Publicité Lancôme, Marie-Claire n°690, Février 2010, Page 3-4

Voici deux publicités, la première est extraite d’un Marie-Claire de 1937, la seconde du même magazine de ce mois-ci. Toutes les deux vantent les mérites d’un mascara.

On pourrait penser que deux époques, séparées d’un peu plus de 70 ans, produisent des images tout à fait différentes, et pourtant la proximité visuelle entre ces deux photographies est frappante.

Si la première est en noir et blanc, imprimée sur du papier mat, et la seconde en couleur sur papier glacé, les deux traitements appliqués au visage semblent bien proches.

Visages lissés, traits retravaillés, cils redessinés : les visages ne se ressemblent pas, reflétant chacun une époque et une mode, mais l’idéalisation est la même. La retouche s’opère déjà sur la peau, sur le dessin des traits, sur l’accentuation des yeux…

Il semble que ce besoin d’idéal ne soit pas qu’un souci contemporain et que l’image photographique en soit déjà un outil d’expression.


15 réponses

  1. Le regard lui-même est mis en scène dans ces deux images.
    Dans la publicité de 1937, par les trois hommes gominés qui toisent hors cadrage de la photo le regard de la femme. Dans la publicité actuelle, par un reflet dans la pupille du modèle où l’on semble deviner la silhouette de l’observateur.
    Il y a de la “mate” dans ces deux publicités 😉

  2. fal7i dit :

    Deux mondes. Dans le premier relou on a besoin des trois hommes, la réclame n’a pas encore vendu sa culture, dans la seconde c’est fait.
    Mais aussi quel progrès, dans la première on vend des cils, malheureusement on ne les voit pas.
    J’ai dit une bêtise là peut-être, le mascara c’est pas pour les cils ?, wikipédia, ok ouf.
    Dans la 2ème, ça fait presque peur, la femme araignée. Peur aux hommes.
    Pas peur aux femmes.
    Quelle maitrise !
    Deux mondes.

  3. fal7i dit :

    Mais on peut aller beaucoup plus loin. Le pataud RICILS en bas à gauche, et un LANCÔME paris très étudié en haut à droite.
    RICILS en bas à gauche remplacé par un objet design qui représente un mobilier hight tech dans une propriété de rêve à LA.
    Un visage de femme sans importance mais coupé en deux, et donc dans un magazine de luxe, dans la seconde, et (si votre copie est fidèle) avec une qualité différente à gauche et à droite, pour bien montrer que le ricils version deux est dans l’artifice, et pas la vulgarité quotidienne.
    pub n°1 : made in écrit.
    pub n°2 : made in arts graphiques.

  4. Alexie Geers dit :

    @Fal7i, pour voir les cils, cliquer sur l’image, c’est la taille de l’image qui ne permet pas de les voir, car en réalité, ils sont aussi dessinés que dans la seconde image.
    et je pense au contraire que les deux images sont “made in” arts graphiques, la première image est aussi très très travaillée. Mais il est vrai qu’il faut noter le texte qui entoure l’image, particulièrement intéressant.

  5. Audrey dit :

    la courbe des sourcils dans les deux cas est parfaite et très graphique elle aussi

  6. Atopiak dit :

    Pour ma part, je pense qu’il y a de grandes différences entre ces deux images.
    En écartant comme vous l’avez fait la couleur et le noir et blanc, vous passez à coté d’un détail important de l’aspect “visuel” de ces deux images: le travail de retouche lui-même. Dans la première photographie la retouche se fait à l’aide d’outils strictement “graphiques” (ombrages au crayon et rehauts de blanc…); la seconde use quant à elle d’outils “photo-graphiques” et numériques (renforcement des couleurs et contrastes, lissage numérique…). Il y a là sans doute quelque chose à saisir du rapport à l’image photographique et publicitaire.
    Dans votre dernier commentaireVous mentionnez le texte, ceci indique que vous comprenez dans “l’aspect visuel” de ces deux images, leur composition.
    Ici aussi de grandes différences sont à relever; outre l’appareillage publicitaire (mise en avant du produit, présence du logo de la marque etc.) le cadrage et la mise en scène sont différents. Comme l’a fait remarquer “Patrick Peccate”, les regards jouent un rôle très important. Dans la première image, le regard du modèle ne s’oriente pas vers nous, mais vers un petit groupe de personnages (dessinés eux aussi! pour renforcer le début de mon propos). Il se crée dès lors une fiction, à l’intérieur de l’image elle-même.
    Le second modèle fixe l’objectif, et à travers lui l’observateur (ici potentiel acheteur!) et crée un dialogue (inquiétant pour certain cf.”fal7i”) à l’extérieur de l’image .
    Je pense qu’il n’y a pas vraiment de proximité visuelle, mais une proximité d’utilisation du visuel et sans doute une filiation des modes de représentations de l’imagerie publicitaire.

  7. Alexie Geers dit :

    @Atopiak: je pense qu’il y a eu incompréhension. Je ne dis pas que ces images sont identiques et qu’elles n’ont aucune différence.
    D’autre part, pour moi même si la photo est argentique dans un cas, numérique dans l’autre, que les retouches ne sont pas techniquement les mêmes, elles sont faites pour un résultat proche en terme d’idéalisation, car c’est bien l’idéalisation qui m’intéresse dans cet exemple précis.
    Mon post n’est pas une analyse complète de ces deux images, seulement une approche par un côté, celle du traitement du visage et de son idéalisation.

  8. Atopiak dit :

    Il y a pourtant, en terme d’idéalisation, une différence lorsque la retouche porte sur une photographie argentique et une photographie numérique, passons.
    Mais je ne saisis pas bien,vouliez vous dire que même si ces deux images sont différentes elles participent néanmoins d’un même processus d’idéalisation (modifier l’image pour atteindre une représentation idéelle du visage féminin)? Auquel cas pourquoi prendre deux exemples dans la photographie publicitaire, pourquoi chercher une ressemblance formelle ?
    Ou bien souhaitiez vous trouver dans ces deux images et a deux époques différentes une représentation d’un même visage idéale, lisse dont les traits sont retravaillés et les cils redessinés (remarquez à ce propos la différence entre les sourcils des deux modèles…).
    Ici l’idéalisation du visage pourrait se trouver dans nombre de représentations de visages féminins.

  9. Grégory D dit :

    Effectivement la proximité visuelle entre les images est frappante malgré leurs 70 années d’écart… Il est amusant de constater que l’apparition de la retouche numérique ne modifie peut-être pas si fondamentalement que ça l’utilisation de la photographie dans la publicité des magazines féminins : la construction d’un idéal féminin lissé, inscrit dans un rapport de séduction vis à vis des hommes (rapport littéralement inscrit dans la publicité de 1937 et juste suggéré dans celle de 2010) ne daterait pas de l’apparition de Photoshop… Ainsi la femme photographiée dans les journaux de 1937 ne serait pas plus “naturelle” que celle de 2010.
    Or pour rebondir sur les remarques d’Atopiak, que la photographie participe d’un rapport au monde sur le mode de l’idéalisation et non de la simple reproduction ne va pas de soi : s’il est généralement admis qu’une femme sculptée ou une femme peinte n’est pas la simple empreinte d’un modèle féminin mais son interprétation, il n’en va pas de même à propos du sujet photographié. Beaucoup ont même cru qu’en permettant de “bidouiller”, les outils de retouche numérique brisaient le lien d’adéquation entre le sujet et le sujet photographié (ce que je photographie est ce que je vois), lien qui n’a en fait jamais existé (ce que je photographie est une interprétation de ce que je vois), comme le suggère cette simple comparaison d’images.

  10. Alexie Geers dit :

    je crois que tout est bien résumé ci -dessus 🙂

  11. Atopiak dit :

    “ce que je photographie est une interprétation de ce que je vois”
    Tout à fait. Et s’il est nécessaire de le rappeler, c’est sans doute que l’apparition du numérique à réactiver une certaine défiance (historique) à l’égard du “photographique” (y’a t’il une réalité à “ceci”?).
    Au final l’idéal féminin représenté dans la publicité de 1937 est-il similaire à celui représenté dans celle de 2010 ? Sans doute, mais il n’apparaît pas, selon moi, avec la photographie (publicitaire ou non)et plus encore, la représentation de cet idéal et le rapport que nous entretenons avec cette représentation sont dissemblables. La retouche apportée à l’image de 1937 la rapproche de l’image peinte, justement, et de son processus d’idéalisation. La retouche numérique joue quant à elle de cette fausse adéquation entre sujet et sujet photographié. C’est en cela que ces deux images me paraissaient en définitive assez différentes.

  12. Alexie Geers dit :

    C’est là où nos points de vue divergent finalement 😉 car pour moi les deux retouches ne sont pas si différentes…

  13. Thomas dit :

    @Atopiak : Mais si les deux retouches vous paraissent si différentes, ne serait-ce pas parce que la retouche numérique nous paraît tellement “naturelle” qu’à nos yeux la retouche de 1937 devient très “artificielle” (donc artistique, picturale, etc.). On se dit “on voit le pinceau”, et pour nous c’est le signe du pictural, alors que cette signification ne lui est pas associée en 1937.
    Si c’est le cas, il faut comparer non pas directement les deux images mais les deux systèmes : image de 1937/système de réception de 1937 et image d’aujourd’hui/réception d’aujourd’hui.

    (Je placerais volontiers les mots structuralisme et sémiotique mais je n’ai pas le temps)

  14. Alexie Geers dit :

    ta remarque est très juste merci 😉

  15. Frédéric dit :

    Nous, on veut plus d’articles, plus souvent !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search