Représentations et manipulations de l’image dans la photographie de presse

Intervention dans le cadre de l’Atelier de recherche “Médias et sciences humaines et sociales”,

le 4 mai 2010, à l’IFP, 4 rue Blaise Desgoffe, 75006 PARIS (Salle Vedel), 18h-20h

Photographie et presse

En se basant sur deux corpus a priori très différents – d’une part, des images d’actualité ; d’autre part, des images de presse féminine –, nous réfléchirons à la question de la manipulation de l’image en photographie de presse (mise en scène et retouche).

En presse d’actualité, l’image photographique serait garante d’une information objective du fait de sa condition technique. Ainsi considérée comme un medium transparent, ni la retouche ni la mise en scène ne pourraient appartenir déontologiquement à ce type d’images.

De son côté, la presse féminine développe un discours similaire, niant souvent le degré de construction de ses images de corps idéaux : les corps représentés dans les magazines seraient ceux de Mme Tout le monde.

Dans les deux cas, le discours tenu sur l’image photographique se heurte à la réalité des corpus. L’étude comparée de nos deux corpus nous permettra ainsi de comprendre combien la photographie n’est rien moins qu’une représentation. Ce qui nous conduira à interroger – en renversant la question – sur la nécessité d’un tel discours de l’objectivité de la photographie dans le contexte médiatique.

——

Audrey Leblanc prépare un doctorat sur « L’Image photographique de Mai 68 », en histoire visuelle au Lhivic, EHESS sous la direction d’André Gunthert et de Michel Poivert.
Animatrice de l’atelier des doctorants du lhivic consacré aux « Questions méthodologiques d’histoire visuelle ». Editrice de la plateforme culturevisuelle.org au sein de laquelle elle tient le blog culturevisuelle.org/clindeloeil.
A co-dirigé le n°6 de la revue web Conserveries Mémorielles consacré à « La Part de Fiction dans les images documentaires », 2009.

Alexie Geers prépare un doctorat sur “Les images de femmes dans la presse féminine” au HAR, Université Paris Ouest- Nanterre La Défense sous la direction de Thierry Dufrêne et est associée au Lhivic.
Editrice de la plate-forme culturevisuelle.org, auteure du blog L’appareil des apparences, http://culturevisuelle.org/apparences/ sur la plate-forme http://culturevisuelle.org/


Discutants :

Gabrielle Houbre (ICT-Paris7) MCF HDR Histoire
+ info

Sébastien Dupuy
(Rédacteur en Chef, Collections et Photographes, Sygma Initiative, agence Corbis)


11 réponses

  1. Lorsque vous aurez imposé l’abandon de la retouche dans la presse féminine, vous ferez la richesse de la chirurgie esthétique, et achèverez de rendre les stars dépressives à force de régimes…

    Pour ce qui est de la presse, j’ai le sentiment d’une confusion entre images truquées, images retouchées et vérité…

    Raconter une histoire est subjectif, la vérité n’est pas et ne sera jamais dans les photographies, le fait de retoucher exagérément est du choix des supports, pourquoi en débattre autant ?

  2. Alexie Geers dit :

    @Alexandre Cometti: je n’impose absolument pas l’abandon de la retouche, si vous étiez présent vous auriez pu l’entendre, et si vous lisez ce blog vous verrez qu’il ne s’agit absolument pas d’en faire un cheval de bataille, et de constater simplement les différentes phases de fabrication de l’image photographique, retouche y compris, vous etes hors-sujet donc

  3. Un compte rendu peut-être, et si votre temps le permet, pour ceux qui ne pouvaient être là ?
    Ce serait diablement intéressant, je crois, et cela éviterait à certain d’être “hors-sujet donc”.
    Cordialement,

  4. Pardon, par “vous”, j’entendais ceux qui régulièrement relancent ce débat, qui destituent de leurs prix ou virent des photographes pour avoir équilibré un ciel ou autres, ainsi que tout ceux qui prêtent à la photographie une objectivité qu’elle n’a jamais eu.

    Je pense par exemple que le thème du festival du photojournalisme de Perpignan à été mal définit, il aurait gagné à s’appeler : “la Photographie est subjective, tant mieux !”

    Reportons nous à la longue histoire de la peinture et de la sculpture pour constater que la représentation idéalisée des corps n’est pas nouvelle.

    “En se basant sur deux corpus a priori très différents – d’une part, des images d’actualité ; d’autre part, des images de presse féminine –, nous réfléchirons à la question de la manipulation de l’image en photographie de presse (mise en scène et retouche).”
    Pourquoi serais je hors sujet ?

  5. Alexie Geers dit :

    @Floréal Meneto : on prépare justement le compte-rendu, dans quelques jours vous pourrez le lire 😉

  6. @ Floréal M.: Et quand viens-tu sérieusement nous rejoindre sur la plateforme…?? 😉
    On est en train de peaufiner un sacré CR pour animer les discussions passionnées, passionnantes… @ bientôt!!

  7. Floréal M dit :

    Ma coquetterie, mon côté franc-tireur, une manière de se faire remarquer et l’incapacité de produire pour la plateforme et pour là où je fais mon trou, un peu. A six à la maison, le temps est franchement compté.
    Comment se fait-il que je trouve cette image de Curtis en face de mon nom ? C’est une image, certes, laquelle je me suis associé un temps en un endroit laissé à l’abandon (on ne fait jamais assez le ménage), mais n’est-ce pas un peu cavalier ? Ne changez rien pour autant, c’est mon côté vieux con que je me plais à cultiver avec l’age.
    Content de ton sourire, je t’appelle pour voir si t’as le temps de boire un caf’ en matinée la semaine prochaine.
    Bise pour Leblanc,
    Cordialement pour les autres,

  8. Pierre dit :

    Ravi de voir qu’un compte rendu devrait être produit.

    C’était une conférence intéressante en tout cas. Si je puis me permettre, j’ai une autre remarque que je n’ai eu le temps de formuler sur votre thème de recherche :

    Vous partez souvent d’un corpus qui étudie l’image “unique”. C’est à dire que votre étude porte moins sur des reportages ou des séries de photos du même photographe, que sur une image prise à droite ou à gauche. Or, la réalité du travail photojournalistique est que l’opérateur (ou l’auteur ;)) réalise une série d’image sur un sujet ou un évènement. Ces images, mises bout à bout, dans un processus d’éditing (de selection), donnent non seulement du sens et de l’information sur le sujet (il y a une narration, une histoire) mais aussi du sens à chaque image. Des images faibles vont trouver de la force dans une série à coté d’autres images.

    Le marché et le monde de la presse fait qu’aujourd’hui, l’image est souvent utilisée de façon “unique” et l’on voit peu de reportages photos “complets”. Quand on parlait, lors de votre débat, des intermédiaires entre le producteur de la photo et le diffuseur, on voit bien qu’ils existent quand un reportage de 30 à 40 images est réduit à 1, 2 ou 3 photos publiées. Cette tendance à n’utiliser qu’une photo pour accompagner un article renforce la fonction illustrative de la photographie d’information. On est dans la politique qu’on appelle du “one shot” : une image doit résumée un évènement d’actualité. Les agences filaires sont passées maitres dans cet art.

    A poursuivre sur l’article du compte rendu :).

  9. Thierry dit :

    ” Or, la réalité du travail photojournalistique est que l’opérateur (ou l’auteur ) réalise une série d’image sur un sujet ou un évènement. Ces images, mises bout à bout, dans un processus d’éditing (de selection), donnent non seulement du sens et de l’information sur le sujet (il y a une narration, une histoire) mais aussi du sens à chaque image.”
    D’où l’intérêt soulevé par les petits objets multimédia auprès des photos journalistes. A défaut d’y trouver pour l’instant un débouché économique, ils peuvent se faire plaisir et se libérer de leur frustration lorsqu’ils rentrent du terrain avec un matériel important et qu’ils savant que, dans le meilleur des cas, il n’y aura que 3 ou 4 photos qui seront exploitées par la presse traditionnelle.
    Mais ça soulève le problème du son.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.