A qui la rondeur ne plait-elle pas ?

Avantages, juillet 2010, pages 102-107

Elle, 26 mars 2010, pages 96-97; 106-107

Marie-Claire, juin 2010, pages 162-173

Biba, juin 2010, pages 124-129

Entre mars et juillet dernier, on a pu voir dans la presse féminine française des images différentes. Des corps plus ronds et un peu plus réalistes (Avantages, Biba),  des corps ronds -mais toujours retouchés  (Elle, Marie-Claire) ont pu surprendre au milieu d’images de corps habituellement normés, minces et idéalisés.

On remarque que ces nouvelles images sont issues uniquement de contenus éditoriaux et non de publicités. Assiste-t-on, en plein débat sur la presse féminine et la retouche, à l’émergence d’un nouveau mythe ? celui de la rondeur et du corps plus réaliste ?

On ne retrouve pas ces nouvelles images dans les numéros des mêmes magazines des mois d’août et septembre, ces nouvelles images ont déjà disparues, le nouveau mythe s’est-il déjà éteint ?

Quand on sait que les magazines font tester fréquemment leurs numéros aux lectrices pour être au plus près de ce qui leur plait et qu’on connait la place des annonceurs dans le choix des sujets abordés, il est légitime de s’interroger : A qui ces images ont-elles déplues ? Aux lectrices qui préféreraient voir des corps idéaux ? ou aux publicitaires qui ne retrouvent pas le mythe d’idéal corporel sur lequel ils fondent leurs discours ?


11 réponses

  1. Fred dit :

    N’est-ce pas l’un des marronniers de la presse féminine ? Chaque année, les magazines nous font un numéro spécial « rondes »… ça fait un bon coup de pub, un peu de marketing, et puis on se rachète une bonne conscience… non ?

  2. Alexie Geers dit :

    @Fred : il y a en effet chaque année des numéros sur la rondeur, ou sur le fait de l’assumer face à l’idéologie dominante, la vraie différence cette fois, c’est que les images montrent des corps ronds, d’habitude, il y a bien le texte mais pas les images, ça change tout !

  3. lordphoenix dit :

    L’évolution sera vraiment là quand on verra ces photos en dehors de ces numéros spéciaux qui ne sont là que pour se dédouaner…

  4. Anna dit :

    Pas du tout d’accord sur le fait que montrer des femmes rondes change quelque chose… Encore faudrait-il montrer des vraies femmes rondes. Je suis choquée par ces fausses grosses. Elles ont beau porter du 48, elles sont loin d’être réalistes et sont au contraire clairement sélectionnées (ou retouchées, mais c’est pareil) pour l’harmonie de leurs formes et la beauté lisse de leur peau. C’est ça une vraie femme ? Où sont les bourrelets irréguliers, les visages gonflés, la chair tombante, la culotte de cheval, la peau d’orange ? Ben oui, pas besoin d’aller chercher des femmes très grosses pour trouver un peu de tout ça – il suffit de dépasser le 36… Bref, les femmes « rondes » de Elle, on dirait plutôt des mannequins grossis à coup de Photoshop. Quant aux femmes ordinaires, qui lisent Elle, elles continuent à pleurer sur leur cellulite et à mater les maigrichonnes des autres pages avec envie. Bon, je file, j’ai un nouveau régime detox à commencer pour être enfin belle.

  5. Alexie Geers dit :

    @Anna: je suis d’accord avec toi, ces images ne ressemblent pas à la réalité, elles sont en effet très retouchées, la peau qu’on peut voir est lissée et comme tu dis elles n’ont que peu a voir avec les corps réels, cependant elles offrent quelque chose de différent de d’habitude, à savoir des corps ronds,
    ce qui est intéressant dans ces exemples, c’est que les images qui soutiennent le discours sont différentes, d’habitude, on peut lire « assumer vos rondeurs », « soyez belles et rondes »… mais les images montrent les mêmes corps que ceux qu’on peut voir pour « perdez trois kilos avant l’été » « soyez plus légères et plus dynamiques », à savoir des corps extrêmement minces,
    ici les images montrent un peu plus ce que dit le texte, ce qui ne signifie nullement que ces images sont réalistes, ni qu’elle reflètent la diversité des corps réels,
    je crois que ça pourrait être une tentative des rédactions de vendre une nouvelle histoire, un nouveau mythe, mais je suis aussi persuadée que les publicitaires ne vont pas être d’accord avec celui-ci,
    à moins de créer des nouveaux produits, censés faire grossir, augmenter la cellulite, les rides, la taille des pores, faire pousser les poils…

  6. Davidikus dit :

    Je pense plutôt comme Fred que tout cela fait partie du même système : on célèbre les femmes rondes pour se donner bonne conscience, notamment en retouchant leur corps, sur le mode du « on peut être ronde et belle, mais comme je suis moins ronde que la fille sur la photo, je suis quand même plus belle ». On célèbre en effet des femmes aux corps aussi peu courants que les hyper-minces. La grande oubliée là-dedans, c’est la femme moyenne, la femme normale. La femme qui fait du 36, du 38, voire du 40 et qui n’est ni hyper mince, ni grosse, mais entre les deux – et dont le corps a des qualités comme des défauts, parce qu’il n’a pas été retouché sous Photoshop.

  7. Thierry dit :

    @Anna Tu y vas fort… « C’est ça une vraie femme ? Où sont les bourrelets irréguliers, les visages gonflés, la chair tombante, la culotte de cheval, la peau d’orange ?  »
    Si tu devais aller te faire tirer le portrait chez un professionnel où si tu demandais à un copain ou à une copine de te photographier est-ce que tu leurs demanderais de mettre en valeur ton visage gonflé par une soirée un peu prolongée, « ta chair tombante » etc.?
    A l’exception notable de la presse people trash et de la pornographie, on attend du photographe qu’il gomme les défauts et sublime les qualités. Photoshop n’étant qu’une façon de prolonger ce qui a déjà été réalisé par l’angle de prise de vue, la lumière et le maquillage. Et c’est vrai pour les êtres humains, comme pour les bidons d’huile de vidange où les salades « fraîcheurs ».
    Lorsque tu regardes ton image ou les images d’un magazine tu attends des photographies qu’elles subliment le réel tout en faisant semblant d’y coller. Ce n’est d’ailleurs pas vrai que des magazines. Pour la plupart des gens un bon portrait, c’est un portrait « ressemblant », mais où ils se trouvent beau et intelligent!
    Ces articles participent à la fois du « coup » journalistique, ils proposent des images différentes, et de la revendication politique dans la mesure où depuis de nombreuses années l’anorexie est considérée comme un problème de santé publique dont la presse féminine serait en partie responsable. Mais si ces photos se retrouvaient semaine après semaine dans les journaux, ça cesserait d’être un « coup » et il est probable que comme l’évoque Alexie Geers, les lectrices cesseraient d’acheter le magazine.
    Pour en revenir à la mode, il y a les générations de mannequin façon crevette et les époques façon Laetitia Casta. Mais le mannequin sans fesse, ni sein, ni hanche a sa logique économique. Les filles découvrent les vêtements à porter au moment de la cession photo. Et c’est un modèle unique. S’il fallait vêtir des femmes avec des formes, ce serait beaucoup plus compliqué. Alors à l’exception des périodes où les couturiers découvrent les gorges, c’est quand même beaucoup plus simple d’avoir des vêtements qui tombent bien, quelque soit le mannequin, s’ils ont été conçus pour des filles façon planche à pain.

  8. Thierry dit :

    La presse people trash fonctionne sur l’idée que si le lecteur a le sentiment que la photo humilie le people, il s’en sentira valorisé. C’est une espèce de vengeance sur toutes les fois où il lui a envié beauté, fortune et gloire.
    Avec la pornographie, je suppose que c’est l’idée que l’on doit être dans la transgression absolue. Et une « belle » image renvoie inconsciemment à l’idée d’un cadre social qui définit le beau et le laid.

  9. Si, si le thème continue : http://www.lataillemannequincestdemode.com/
    Avec quelques 4×3 dans Paris qui font se retourner le couple devant moi dans le bus. Elle commente « t’as vu ? », lui ne voit vraiment rien, même quand il regarde vers l’affiche.
    – « Là : la taille mannequin c’est démodé ! » (vite le bus, il bouge)
    – « ouais, ouais »
    – « alors, tu vois ? »
    – « de toute façon les mannequins, ça n’existe pas ».

  10. LaLi dit :

    Elles sont belles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search