Une peau photoshopée

Pour rebondir sur le billet d’André Gunthert du 26 décembre 2009, La retouche incarnée, qui montrait le rapprochement fait par les rédactions de presse féminine entre la retouche photographique et les cosmétiques pour montrer l’efficacité de ces dernières, voici un exemple intéressant citant directement Photoshop.

Prima n°338, octobre 2010, page 50

Au sein d’une rubrique “banc d’essai”, comparant différents fonds de teint, on peut lire au sujet d’un des produits : “Pour qui ? Celles qui rêvent d’un résultat correcteur, style Photoshop !” et “Façon baguette magique, il gomme les taches, floute les ridules et unifie le teint…comme un logiciel photo !”

Ce qui est particulièrement clair, c’est que l’évocation de Photoshop est censée provoquer une image mentale pour la lectrice. En lisant cet avis sur ce fond de teint, elle doit être capable de visualiser ce qu’est une peau photoshopée, puisqu’il n’y a pas d’image montrant une peau telle qu’elle est décrite. On fait appel à son imaginaire, à sa culture visuelle. Culture visuelle forgée par cette même presse.

Ce qui confirme une fois de plus la théorie d’André Gunthert  que la répétition d’une image permet son objectivation.1A force de voir cette peau retouchée fabriquée par la presse féminine dans son ensemble, la lectrice finit par croire en son existence en s’inscrivant fermement dans son imaginaire.



Citer ce billet
Alexie Geers (2010, 8 septembre). Une peau photoshopée. L'appareil des apparences. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ba3l

  1. GUNTHERT André, “La lune est pour demain. La promesse des images.”, dans Dierkens Alain, Bartholeyns Gil, Golsenne Thomas (édité par), La performance des images, Editions de l’Université de Bruxelles, Collection Problèmes d’histoire des religions, Tome XIX, 2009, pages 169-178. []

7 réponses

  1. Sylvain Maresca dit :

    Il est toujours difficile et risqué de supposer ce que “la lectrice finit par croire”. En revanche, cet exemple est très éclairant sur l’omniprésence de la retouche dans les pratiques et l’univers mental des publicitaires.

  2. Erwan dit :

    … ou des journalistes.

  3. Thomas C dit :

    A propos de cette croyance de la lectrice (“la lectrice finit par croire en son existence”) : ce qui m’étonne dans cet extrait, c’est que, pour que la lectrice visualise une image mentale de peau photoshoppée quand elle lit l’expression “style Photoshop”, il faut qu’elle soit consciente que cette image mentale est factice, fabriquée, artificielle. Il faut qu’elle puisse se dire, assez consciemment, que la photo de telle actrice qu’elle voit en couverture ne représente pas la peau réelle de cette actrice, mais qu’elle fabrique une image complètement irréelle de peau lisse.
    Cela m’a surpris : j’aurais cru que la presse préférait refouler cet aspect des choses, qu’elle créait des “mythologies” pour faire passer le culturel pour du naturel (le lisse photoshoppé pour la beauté de l’actrice).
    Faut-il supposer que “la lectrice” est schizophrène (d’un côté elle croit à l’illusion, de l’autre elle sait que c’est une construction artificielle) ? ou bien n’y a-t-il pas de contradiction, à ton avis ?

  4. Davidikus dit :

    Terrifiant. En psychologie, dans le monde anglo-saxon, on parle de Dysmorphic Body Disorder… J’ai d’ailleurs lu une bonne étude montrant que certains hommes passaient leur temps à la gym pour obtenir les mêmes abdos que les mannequins en couverture des magazines, ce qui est impossible. Ces abdos saillants sont surtout le résultat d’une déshydratation à la limite d’être dangereuse, d’un maquillage savant, et de retouches numériques (pour ne pas citer de marques, même de logiciel).

    http://davidikus.blogspot.com

  5. Alexie Geers dit :

    @Thomas: je crois que tu as tout compris du fonctionnement de la presse féminine 😉 C’est exactement ça, le paradoxe même, la lectrice sait très bien que l’image est retouchée, travaillée, composée, à la fois il y a une forme de doute… quelques chose de l’ordre de la servitude volontaire. Ceci dit, la presse féminine est un bulldozer auquel il est difficile d’échapper, si la lectrice peut avoir une forme de recul face aux publicités par exemple et aux mythologies qu’elles développent, je pense qu’elle est moins critique face aux articles qui décrivent des mythologies plus larges (la peau lisse vantée par la publicité devient la quête de jeunesse, de dynamisme et de bonheur)…c’est donc à mon avis pour cela qu’au final la publicité fonctionne…

  6. @Thomas: “Il faut qu’elle soit consciente que cette image mentale est factice, fabriquée, artificielle” – Euh, et le maquillage? Artificiel n’est pas forcément synonyme de repoussant dans l’univers de la beauté féminine, qui a l’habitude de “corrections” de toutes sortes. La connotation mobilisée par l’analogie avec la retouche me paraît être ici surtout celle de la facilité et de la simplicité, comme le confirme l’expression “baguette magique” (qui s’avère être aussi un outil de Photoshop – mais il n’est pas certain que cette allusion parle à la majorité des lectrices). On peut discuter cette évocation en notant que l’exercice de la retouche (facturé à l’heure) n’est pas forcément aussi simple ni aussi “magique”. Ce qui signifie qu’il existe bien désormais une image sociale de la retouche, indépendamment de sa pratique réelle, synonyme de correction facile, rapide – et invisible. Pas vraiment la même image que celle véhiculée par Photoshop Disasters…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search