La confusion par le texte

Dans le billet Manipuler l’image de presse ? écrit à quatre mains avec Audrey Leblanc, nous nous interrogions sur la construction de l’objet magazine, sur les confusions visuelles qui y étaient entretenues ainsi que sur leurs conséquences sur la lecture.

Aux rapprochements de sens, aux rapprochements thématiques, aux jeux graphiques mis en place entre contenu éditorial et publicité que nous avions repérés alors, j’ajouterais aujourd’hui, l’importance du texte.

Pages 52-53, Marie-Claire, mars 2010

Dans la double-page ci-dessous, exemple que j’avais déjà sollicité pour montrer le jeux des formes semant la confusion lors de la lecture, regardons le texte.

A gauche, une publicité de mode pour Gucci, à droite une page “trendy book” (carnet de tendance) montrant le “look du mois”. Si on observe le rapport entre texte et image de la double page, sans considérer que les deux contenus sont autonomes, on voit qu’une lecture croisée est possible : “le look du mois” peut être associé à la publicité, faisant de la tenue montrée par celle-ci le “look du mois”.

Pages 206-207, Marie-Claire, mars 2010

Dans ce second exemple, on voit à gauche, un carnet de tendance beauté “Au plus près de la nature” face à une publicité pour Nuxe, cosmétique naturel. La mise côte à côte d’une pub pour un produit naturel avec un article qui traite du sujet entretient la confusion entre les deux contenus. Cependant, le texte ajoute encore à celle-ci puisque l’on associe inévitablement “Au plus près de la nature”  et le mot “planète” qui se situe juste au dessus, au produit mentionné sur la page d’à côté. Celui-ci devient le “plus près possible de la nature” créant aussitôt une recommandation.

Deux choses intéressantes : d’abord là où la confusion mise en place grâce aux jeux graphiques ou aux jeux de sens est le résultat de choix éditoriaux, il me semble que ce phénomène de la lecture croisée par le texte n’en est pas un. Je pense qu’il est une conséquence directe du fait que l’image n’est pas signifiante par elle-même et qu’elle a besoin du texte pour orienter sa lecture (voir à ce propos : Une image, mille propositions). La proximité du texte et de l’image redouble l’efficacité de la confusion souhaitée. D’autre part, il me semble important de noter que  le texte qui permet d’opérer cette lecture croisée est d’une police importante, frappant le regard rapidement. C’est un texte qui saute aux yeux de la lectrice, sans effort de lecture, il lui vient sans qu’elle l’ait choisi, permettant à la fois la lecture de l’image et à la fois la lecture de l’ensemble de la double page.



Citer ce billet
Alexie Geers (2011, 19 janvier). La confusion par le texte. L'appareil des apparences. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ba3p

4 réponses

  1. Erwan dit :

    “(…) le texte ajoute encore à celle-ci puisque l’on associe inévitablement “Au plus près de la nature” et le mot “planète” qui se situe juste au dessus, au produit mentionné sur la page d’à côté. Celui-ci devient le “plus près possible de la nature” créant aussitôt une recommandation.”

    + le lien au niveau des textes par la couleur verte entre les deux pages.

  2. Alexie Geers dit :

    @ Erwan: oui, tout à fait, les “jeux graphiques” dont je parle sont bien de cela, je n’y suis pas revenus en détail, mais avant tout il y a ce type de rapprochements, par la couleur, par les échos de formes…

  3. Patrick dit :

    Cette confusion peut aller jusqu’au publi-rédactionnel. Typo, couleur, colonnage, sont tellement proches que le lecteur est souvent trompé. Quoique déclinante, cette pratique commercial a eu son heure de gloire dans la presse grand public et reste en usage dans la presse professionnelle. Le législateur a dû encadrer cette pratique en imposant la mention publireportage ou publirédactionnel dans la page. Tous les graphistes savent que bien plus que l’image photographique, ce sont les fontes et les grilles qui donnent son identité à un support imprimé. Et c’est donc ça qu’il faut copier pour créer la confusion.

  4. Alexie Geers dit :

    @ Patrick: en effet le publi-rédactionnel appartient à ce type de confusion et c’est une pratique ancienne, on en trouve dés les premiers numéros de Marie-Claire en 1937.
    C’est d’ailleurs une des premières manifestations de la confusion entre les genres puisqu’en 1937 et dans les années suivantes, il est facile de reconnaitre la pub de l’edito chez MC sauf en ce qui concerne le publi-redactionnel, déjà un genre hybride.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search