Cultures de l’apparence et anthropologie esthétique, Compte-Rendu

Votre Beauté, juillet 1934

Le 11 mai dernier se tenait la deuxième journée du séminaire doctoral « Culture matérielle et visuelle » organisée par Gil Bartholeyns au sein de la Chaire CNRS /Université de Lille III « Culture visuelle-Visual Studies ».

Trois intervenants venaient partager leurs recherches autour du thème  “Cultures de l’apparence et anthropologie esthétique”. Le premier, Christophe Granger1 est venu parler de “La fabrique des corps d’été. Soin des apparences et culture visuelle au 20 e siècle”, la seconde, Odile Blanc 2 des “Contes de fées et robes de princesses : le merveilleux du vêtement, le rêve dans le commerce” et la troisième, Véronique Pouillard3 de “La culture du faux/du vrai et l’émergence de la “griffe” dans les modes franco-américaines au milieu du 2Oe siècle”.

Cette journée était très riche, particulièrement en terme de méthodes : les trois propositions donnaient autant de possibilités d’aborder un objet de recherche.

Si Christophe Granger approche la question de l’histoire du corps par les images, particulièrement issues de la presse quotidienne ou magazine,  il observe également, par exemple, l’histoire judiciaire qui lui donne autant d’informations intéressantes sur  les censures et les débats qu’ont suscités l’évolution des mœurs et le déshabillage de corps autour des années 20-30′. Cette approche culturelle du phénomène, qu’il nomme lui-même “corps d’été”, permet de ne pas se contenter de l’observation des images mais d’obtenir des informations sur la réception, non pas de celles-ci, mais bien des corps eux-mêmes, réels. La méthode de Christophe Granger utilise l’image comme accès à la réalité des corps, comme information de première main sur le corps tel qu’il est vécu entre les deux guerres afin de le replacer dans “l’univers social dans lequel il est pris”.

Évidemment ce sujet m’a passionné puisqu’il aborde une question touchant directement le corps féminin et son apparence. Le “corps bronzé” nait bien à un moment précis : s’interroger sur le pourquoi et le comment me paraissent des questions pertinentes. Cependant, une des difficultés est de faire une histoire du corps à partir d’images, de presse par exemple, sans considérés leur aspect propre, leur but, leur contexte de diffusion et les enjeux qui entourent leur création et leur insertion dans un tel dispositif.

Odile Blanc, historienne du costume, nous a présenté une recherche en cours sur la “robe de princesse”. J’ai beaucoup aimé sa méthode, très “culture visuelle” d’approcher la question : à partir de films, tel que Le Peau d’âne de Jacques Demy, d’illustrations de contes pour enfants de Perrault à nos jours, de publicités contemporaines, soit autant d’images issues de la culture populaire, elle propose d’observer les variations de la représentation de la robe rêvée. La question de l’imaginaire étant implicitement posée.

Elle a aussi partagé avec nous ses difficultés à créer un corpus pertinent, cohérent et à taille observable, me renvoyant à mes propres recherches mais aussi à bon nombres de celles du Lhivic. Travailler les images issues de la culture populaire avec cette perspective de culture visuelle oblige à trouver des méthodes adaptées à chaque objet, ce qui n’est pas toujours facile !

Pour terminer cette journée, Véronique Pouillard a présenté l’approche qu’elle a choisi pour comprendre le milieu de la mode et du vêtement. Elle a réussi à convaincre l’assemblée de la nécessité absolue de regarder les objets culturels par le biais économique, car même s’il n’est pas suffisant il est inévitable. L’objet culturel est aussi industriel, il appartient au marché et ne pas considérer les enjeux économiques dans lequel il est pris serait faire une impasse dommageable. Cette démarche ne s’inscrit pas directement dans une perspective de culture visuelle mais offre des outils désormais incontournables.

Ces trois interventions ont fait de cette journée un vivier passionnant de connaissances et de méthodes : une rencontre d’approches aussi différentes que complémentaires. Vivement la prochaine !

mai dernier se tenait la deuxième journée « Culture matérielle et visuelle » organisé par Gil Bartholeyns au sein de la Chaire CNRS /Université de Lille intitulée « Culture visuelle-Visual Studies ».

Ce séminaire doctoral

  1. Maître de conférence, Université Paris I :  Christophe Granger « Du relâchement des mœurs en régime tempéré », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 2/2010 (n° 106), p. 115-125. URL : www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2010-2-page-115.htm.  ;  Christophe Granger, Le corps d’été, Naissance d’une variation saisonnière, Autrement, 2009 ; Christophe Granger « Batailles de plage. Nudité et pudeur dans l’entre-deux-guerres », Rives méditerranéennes 2/2008 (n° 30), p. 117-133. URL : www.cairn.info/revue-rives-mediterraneennes-2008-2-page-117.htm. []
  2. Conservatrice à l’Institut national du patrimoine : Odile Blanc, L’orthopédie des apparences, la mode comme inventio…n du corps“, Micrologus, 2007 ; Odile Blanc, Parades et parures. L’invention du corps de mode à la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, Le temps des images, 1997 ; Odile Blanc, “Histoire du costume, l’objet introuvable”, Médieval n°29, 1995 ; Odile Blanc, “Historiographie du vêtement, un bilan, Le vêtement au Moyen-age”, Le léopard d’or, 1989. []
  3. Université Libre de Bruxelles, Harvard Business School :Véronique Pouillard « La puissance du modèle américain », Le Temps des médias 1/2004 (n° 2), p. 49-58. URL : www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2004-1-page-49.htm. ; Irene Di Jorio et Véronique Pouillard « Le savon, le président et le dictateur », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 1/2009 (n° 101), p. 3-8. URL : www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2009-1-page-3.htm. ; Véronique Pouillard « Publicité de la publicité : « 29 % d’augmentation de chiffre d’affaires en temps de crise » », Entreprises et histoire 3/2006 (n° 44), p. 102-103. URL : www.cairn.info/revue-entreprises-et-histoire-2006-3-page-102.htm. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.