Les pratiques documentaires des chercheurs en histoire de l’art à l’ère d’internet, Compte-rendu

Vendredi 27 mai 2011,  avait lieu le Festival d’histoire de l’art à Fontainebleau au cours duquel je représentais André Gunthert pour une table-ronde intitulée “Les pratiques documentaires des chercheurs en histoire de l’art à l’ère d’internet”. Ma mission était de présenter la plate-forme Culturevisuelle.org et  de montrer en quoi elle était devenue l’outil central de notre laboratoire, notre “séminaire permanent”.1

Martine Poulain2 , directrice de la bibliothèque de l’INHA animait cette table-ronde composée de Corinne Welger-Barboza3 ,  Rudiger Royer4 et de Michel Melot5 .

La discussion fût riche autour de cette table où chacun était convaincu des bienfaits des outils numériques pour la recherche et plus précisément lorsque celle-ci touche aux images. Pas de passéisme ce vendredi mais bien une vision enthousiaste pour les nouveaux outils.

Corinne Welger-Barboza a exposé les principaux outils qu’ont à disposition les historiens de l’art montrant la disponibilité croissante des différentes sources et corpus iconographiques. Pour cette historienne de l’art il est clair que  l’expansion des ressources a infléchi le cours de la recherche en créant de nouveaux objets  provoquant par la même une ouverture disciplinaire sans précédents.

Rudiger Royer a insisté sur la nécessité de pluri-linguisme de ces différents outils : la recherche devant se faire en groupe mais aussi internationalement. Pour lui, les historiens de l’art ne se sont pas encore emparé de tous les outils à leur disposition : ils partagent facilement les ressources iconographiques, publient volontiers des comptes-rendus d’ouvrages mais mettent peu en avant la recherche en tant que telle.

Michel Melot a complété cette discussion par un point de vue très intéressant, de conservateur de bibliothèque (il fût en charge du cabinet des estampes de la Bibliothèque Nationale) pour montrer que les numérisations de collections avaient pour effet ô combien bénéfique de vider les bibliothèques ! Non sans malice, puisqu’il explique que désormais les iconographes, qui étaient les plus fidèles visiteurs du Cabinet par exemple, peuvent travailler dans leur bureau sans avoir à consulter les originaux, libérant la place aux chercheurs qui eux ne peuvent pas se passer de la matérialité des images (légende, techniques, matériaux…) !

Plus sérieusement, il évoque la possibilité offerte par la numérisation,  d’observer  les collections entières plutôt que les œuvres isolées, permettant une contextualisation  nécessaire et enrichissante.

L’aspect participatif duweb 2.0 est aussi soulevé, en particulier en terme d’indexation des images. Et si pour lui beaucoup de projets de ce type n’ont pas eu forcément de résultats satisfaisants, il cite le projet PhotosNormandie, mis en place par Patrick Peccatte sur Flickr6, comme exemple et modèle à suivre.

Pour Michel Melot, les outils numériques sont d’une grande richesse car ils bousculent la manière dont on peut concevoir la fabrication d’un fond de bibliothèque ou de musée, il évoque la possibilité que pourraient avoir les lecteurs/spectateurs à constituer eux-mêmes les fonds de ces institutions en chargeant par exemple leurs photographies sur le catalogue. J’ai trouvé cette idée particulièrement avant-gardiste et intéressante, mais pas sûr que tous les conservateurs soient de cet avis !

Tous les participants se sont accordés pour dire que Culturevisuelle.org était un très bon exemple de chercheurs qui avaient su s’emparer des outils à leur disposition pour créer une solution adaptée à leur besoin.

  1. comme André Gunthert aime à le dire. []
  2. http://fr.wikipedia.org/wiki/Martine_Poulain []
  3. à l’initiative de L’observatoire critique sur les ressources en histoire de l’art []
  4. créateur de art-historicum.net []
  5. historien de l’art et conservateur des bibliothèques nationales, http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Melot []
  6. Projet collaboratif de légendage et de redocumentarisation de photographies historiques sur la bataille de Normandie, pour plus de détail, voir la page profil du compte flickr : http://www.flickr.com/people/photosnormandie/ []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alexie Geers (31 mai 2011). Les pratiques documentaires des chercheurs en histoire de l’art à l’ère d’internet, Compte-rendu. L'appareil des apparences. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ba3v


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search