Illustration et presse féminine

Illustration du dossier Aliments + Médicaments : gare aux mélanges, Elle.fr (photo G. Aroch)

Illustration du dossier “Aliments + Médicaments : gare aux mélanges”, Elle.fr (photo G. Aroch)

Sur Elle.fr, on peut lire un dossier intitulé  Aliments + Médicaments : gare aux mélanges, donnant à la lectrice quelques informations « santé » sur les interactions possibles entre leur alimentation et la prise de médicaments.

Que peut-on voir sur la photographie qui accompagne cet article ?

Au premier abord, une illustration descriptive du texte : une femme prenant un médicament.

Mais surtout  une image utilisant tous les codes de représentation de la femme, devenus typiques dans l’image publicitaire ou dans les articles « beauté » (peau lisse, maquillage accentué,traits stylisés, bouche ouverte…).

Là où il peut paraitre normal qu’un visage soit lissé, sublimé et arrangé pour correspondre à un slogan publicitaire et pour l’appuyer visuellement, comment expliquer que ce même stéréotype  soit utilisé dans un article parlant de médicaments ?

Il me semble que cela participe à donner au lecteur une impression visuelle générale et normée, indépendante du contenu des articles, confirmant le développement d’une mythologie du corps féminin guidée par l’image.


12 réponses

  1. Gunthert dit :

    Ai-je l’esprit particulièrement mal tourné? Mais cette photo m’évoque aussi un lieu commun des productions pornographiques. Il y a effectivement ici une transgression de codes, un non-respect de l’imagerie traditionnelle du médical ou du culinaire, au profit d’une image-choc très érotisée.

  2. Alexie Geers dit :

    Ah non tu as tout a fait raison, le code de “la bouche ouverte” est très courant, d’habitude davantage dans la publicité,
    ici on observe un glissement des codes qui troublent la lecture visuelle du magazine.

  3. Pier-Alexis dit :

    En parlant de glissement des codes, on se demande d’ailleurs, en baissant ainsi les yeux, ce qu’elle peut bien regarder…
    A moins que ce ne soit une figure de style qui permette d’éviter le regard frontal (trop direct et érotisé) et le regard fuyant vers le haut (trop suggestif et rêveur peut-être)?

  4. colodio dit :

    Cette photo est de plus très inspirée par le style de David Lachapelle… dont son fameux portrait de Lil’Kim en “sex doll”

    http://www.vibe.com/galleries/2003/11/25/lilkim_vx.gif

  5. Alexie Geers dit :

    Je ne sais pas si on peut confirmer le lien d’influence avec l’image de David La Chapelle bien que la ressemblance soit visible,
    en tout cas il est à noter que le code de la “bouche ouverte” et des “yeux baissés” forment une sorte de “topos”, existant déjà depuis quelques années,
    en particulier depuis la tendance du porno-chic.
    Il est intéressant d’observer des types qui se répètent, qui en l’occurrence dans ce cas, naissent dans le milieu publicitaire pour se glisser ensuite dans le magazine même.

  6. gaby d dit :

    voici le lien dont je te parlais : http://video.google.com/videoplay?docid=-1993368502337678412#
    (exposé mythique de jean kilbourne)

  7. pod dit :

    je pensais aussi à un truc concernant cette image: la boule sur la langue pourrait évoquer un piercing. En guise de ligne de fuite: je me suis souvent demandé pourquoi on croisait autant, dans la photo facebook “de soirée”, d’images de gens en train de tirer la langue. J’irai jusqu’à me demander si cet usage n’a pas précédé ou même légitimé en parti le fait de se faire percer. Quelqu’un a une idée?

  8. Alexie Geers dit :

    C’est vrai que ça fait penser à un piercing ! pour l’influence des photos de soirées, c’est vrai qu’il faudrait regarder ça de plus près…

  9. caroline dit :

    si je peux me permettre de partager mon expérience dans les domaines de la pub et des magazines, en général, “ça” va plutôt de la mode vers la pub, la première étant la vitrine des photographes et des tendances pour la seconde.
    L’impact de la sexualité et du fantasme sexuel dans l’image “mode” est un sujet passionnant .
    Pourquoi en effet cette obsession du “sexy”, à travers des clichés éculés (bouche ouverte+ jambes écartées, etc…)?
    Pourquoi les acteurs de la mode veulent-ils présenter les femmes de façon “sexy”, pour vendre des vêtements?
    Et pourquoi ça marche? (les magazines se vendent, et les couv’ les plus dénudées font les meilleurs ventes).
    Ainsi, ces images sont-elles la projection des fantasmes rétrogrades de leurs commanditaires ou des personnes à qui elles s’adressent?

    PS : vu cette semaine une pub sur un bus, au moins 5m de haut, de la dernière pub Mango, marque qui s’adresse aux jeunes filles.. effrayant!!
    http://news.mango.com/?p=2355&lang=fr

  10. Alexie Geers dit :

    C’est vrai que c’est tjs étonnant de voir la corrélation entre les ventes et les images,
    Baudrillard explique dans La Société de consommation que celle-ci fabrique des signes de ce qu’elle interdit… ça rejoint assez bien l’idée du fantasme mis au placard qui ressort en image…

  11. moi ça m’évoque clairement une consommation d’extasy. et hop ! une petite pilule d’amour avant de s’envoyer en l’air…

  12. Pier-Alexis dit :

    La revendication de ce corps érotisé s’étend d’ailleurs à plusieurs classe d’âge, même les plus jeunes… Peut-on y voir une revendication démocratique de l’érotisation? A force de diaboliser un “effet lolita” on finit par encenser sans le vouloir le côté rebelle de cette exhibition permanente du corps : la séduction “pour adultes” y perd ses limites claires et parce que la frontière adulte/enfants tend à se rétrécir à cause de ce marketing agressif des magazines envers les jeunes générations il devient de plus en plus difficile d’interdir à sa fille de porter un string lorsque l’on en porte un soi-même…
    http://blog.lesperlesduchat.com/sexo_offrez_un_string_a_votre_fille_de_10_ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search