Naissance d’un nouveau style ?

Publicité Mauboussin (et détails)

Publicité Mauboussin (et détails)

Ces derniers jours, on peut revoir dans le métro parisien, une campagne publicitaire très intéressante (déjà diffusée l’an dernier).

Sur cette image, vantant la beauté d’un bijou, on aperçoit un léger duvet au dessus de la lèvre supérieure du modèle, ainsi que les détails très précis de sa peau, pores, petits reliefs, grains de beauté,  qui dans le paysage visuel actuel dénotent fortement.

En effet ce n’est pas l’usage aujourd’hui dans la publicité de rendre  la peau avec une telle précision. Comme on a pu le voir précédemment, le traitement de celle-ci est actuellement plutôt basé sur un rendu lissé et stylisé.

Assiste-t-on aux prémices d’un nouveau style plus réaliste ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alexie Geers (14 décembre 2009). Naissance d’un nouveau style ? L'appareil des apparences. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ba39


27 réponses

  1. colodio dit :

    Cette pub est effectivement très différente du style actuel. Le grain de peau est aussi visible car il s’agit d’un visage en très gros plan. Nous sommes ici dans le style “macro-photographie” dont l’un des attributs majeurs est la précision des détails. A ce niveau d’agrandissement du visage une peau “lissée” sur photoshop manquerais trop de détails pour être graphiquement interressante et un minimum crédible.

  2. AC dit :

    Oh non, pas de problème pour retoucher une image en très gros plan sans que ça ne se voit… Le rendu est intentionnel (ou alors ils sont fauchés… :D), même s’il doit y avoir pas mal de retouche derrière quand même…

  3. Alexie Geers dit :

    oui je pense en effet que le gros plan ne soit pas un si gros problème pour retoucher : voir la publicité Leroy Merlin actuelle, souvent mise côte à côte avec la publicité Mauboussin, ou la taille de la bouche est encore plus importante et pourtant très lissée.
    D’ailleurs il semble que cette image le soit aussi fortement, mais de manière différente, c’est cela qui me semble intéressant !

  4. Une question me vient à la lecture de ce billet et de celui d’André sur “l’horreur du poil”. Les aisselles féminines sont toujours glabres dans la presse, le cinéma, et bien sûr la pub. À l’exception de quelques images remarquées de peoples comme Julia Roberts, Madonna, ou certaines athlètes – images faciles à retrouver sur Internet – on dirait bien qu’il s’agit d’une règle. On trouve assez facilement par contre des films anciens où cela n’est visiblement pas le cas. Ma question: est-ce que cela a toujours été observé dans l’histoire de la pub ? Il me semble bien que la non représentation du poil des aisselles constitue une sorte de règle très difficile à transgresser, au moins dans ce secteur (pub) de l’imaginaire visuel.

  5. Alexie Geers dit :

    Eh bien Patrick, c’est une très bonne question !
    pour les jambes féminines ce n’est pas le cas, on peut trouver des jambes “velues” dans des publicités, mais pour les aisselles j’avoue que je ne peux répondre aussi facilement,
    ton hypothèse semble juste, en poursuivant les recherches je pourrais surement apporter quelques éléments supplémentaires !

  6. Pier-Alexis dit :

    L’aisselle qui cache la forêt…

    1 . Pour bien situer le problème des aisselles, il faut d’abord se demander à quelles occasions on les regarde: magazines, chez soi avec son conjoint, à la piscine… En quelque sorte, il s’agit toujours d’un dévoilement. L’aisselle n’est pas une partie du corps directement soumise au regard. Cela signifie que son espace est caché, et révélateur, puisqu’il suppose de détailler quelqu’un.

    2 . Pour reprendre Patrick Peccatte sur l’histoire de ce dévoilement dans la publicité, oui le lisse semble être érigé en règle absolu. Montrer, certes, mais aussi faire désirer, dévoiler. On ne cache rien : on crée un fantasme immédiat puisque l’accès est libre, la nudité rendue évidente. Autre critère de la pub, puisque celle-ci ne cherche pas à faire découvrir, mais à faire voir. On ne recherche pas la pensée, mais l’efficacité du visuel. Patrick Peccatte a entièrement raison lorsqu’il cite les films anciens : l’horreur du poil s’est constituée conjointement à l’explosion de la production des films X dans les années 70 car plus il était donné à voir, plus il y avait de raisons de s’en dégoûter comme synonyme d’un état “sauvage” (et d’une sexualité brute).

    3 . L’état sauvage, c’est bien ce qui est en jeu avec le poil. J’avais déjà amorcé cette réflexion avec l’exemple de Sébastien Chabal sur le blog d’André Gunthert, mais on peut la compléter ici en y rajoutant l’effet de mystère. Au fond, si le lisse dévoile, le poil en quelque sorte est un cache. On peut immédiatement penser à “L’origine du monde”, de Courbet. Ce qui a pu choquer, c’est ce que les gens ont cru voir. Mais en réalité, on n’y voit rien. Ou si peu : une fente, et des poils. Et ceux-ci sont exactement le point central du tableau. Ce n’est pas cette fente qui est intolérable (pour un esprit pudibond), ce sont ces poils “sauvages”, désordonnés, au centre de cette vision et qui rappellent sans cesse que l’on est obligé d’IMAGINER ce qui se cache derrière. Aurait-on eu le même effet si le sexe était entièrement dévoilé? Pas si sur, car dans ce cas on aurait juste une “prostitution” visuelle, tandis que là c’est presque une promesse de plaisirs.

    4 . Pour en revenir à l’aisselle, je dirais qu’à l’instar du sexe, la présence du poil crée au fond une sensation de lieu secret, non défriché, en fait non civilisé puisque considéré aujourd’hui comme sale, symbole du négligé (contrairement au défrichement douloureux présenté comme nécessaire au désir, j’ai nommé l’épilation). Etre poilu, comme Chabal, c’est directement être associé à l’image de l’homme des cavernes, ou des bois. Or la civilisation s’est construite sur la destruction des forêts pour imposer la clairière comme l’endroit rassurant, lisse, dévoilé, ou l’homme pourra s’épanouir (construire la ville, la société etc…).

    5 . Pour la publicité donc, l’équation est simple : le poil, c’est le sauvage (l’homme des bois, le porno poilu, le secret donc la réflexion et l’imaginaire…), tandis que ce que l’on recherche c’est l’immédiat : la fantasme d’une sexualité “propre” (de papier glacé, de l’amour à l’eau de rose), l’absence de réflexion compensée par cette nudité garantie sans souillure (fantasme virginal?), la revanche de la civilisation sur la nature parfois ingrate (un slogan me revient en mémoire à propos d’un shampoing : “je fais ce que je veux avec mes cheveux”, c’était finalement assez symptomatique…). L’idée, enfin, est que le corps se donne en un seul coup d’oeil.

    6 . Pour conclure, les aisselles ont ceci de particulier par rapport aux jambes qu’elles sont situées dans un coin. On ne les donne pas à tout le monde. Elles disent quelque chose de l’être en particulier alors que le jambes, par le fait d’être poilus ou non ont un côté revendicateur (on joue sur ce côté laisser-aller sauvage parce qu’au fond on sait que celle-ci sont objets de regards, et donnés comme tels). On joue moins avec les aisselles, parce que ça peut puer, suinter, être sale, et qu’au fond cela ramène directement à la corporalité humaine : oui nous sommes aussi des animaux : nous sécrétons, nous suons, nous sommes une mécanique vivante que l’on ne dompte pas comme ça.
    Or l’image de magazine n’est pas faite pour “dire” l’humain en tant qu’être de nature, mais bien en tant qu’être de culture (et donc de civilisation, du moins ne parlais-je que pour l’occident ici).

    7 et PS : Je me rends bien compte que de nombreux problèmes se posent encore, mais après tout le débat n’est pas clos. Je voudrais donc finir sur une note un peu provocatrice : ce qui s’opère dans cette publicité Mauboussin, c’est peut être une mini-révolution à la Courbet. Le retour du refoulé de la civilisation déclinante par l’intermédiaire d’une construction à partir du “sauvage” (le poil) en vue d’une utilisation civilisatrice… Une reconquête du poil en quelque sorte par les outils même qui l’ont combattu.
    Peut-être une erreur. Peut-être un oubli.
    Mais qui sait…

  7. @Alexie: tiens, je n’avais pas pensé aux jambes… Cela me fait penser à un corpus intéressant, celui des couvertures de disques/albums lorsqu’elles figurent les artistes, cf. cet exemple qui a fait le tour d’Internet sans que l’on voit toujours l’aspect culturel de ce “côté revendicateur” comme dit Pier-Alexis dans son point 6 :
    http://www.badrecordcovers.com/?p=284
    @Pier-Alexis: j’aurais tendance à bien distinguer les images hors de la pub d’une part et les images dans la pub d’autre part, avec comme pierre de touche la distinction entre les représentations féminines et les représentations masculines. Il me semble observer que les jambes et les aisselles des hommes, comme celles des femmes, sont toujours glabres dans la pub. Ce n’est pas le cas pour les hommes dans les représentations hors pubs où il est fréquent, dans le sport notamment, de voir des aisselles poilues. La pub, c’est rasoir pour tout le monde 😉

  8. Pier-Alexis dit :

    Je suis tout de même saisi par le doute au moment ou j’essaye de me représenter des sportifs avec des aisselles poilues. Mon imaginaire n’en contient pas. Effacement? Mémoire sélective? Peut-être. N’empêche que les Dieux du Stade ne montrent pratiquement pas leurs aiselles et sont épilés. Les nageurs et nageuses aussi (et là ce n’est plus seulement culturel mais aussi pratique). Les footballeurs, il faudrait voir, mais surtout dans les magazines masculins et gays (parce qu’on peut penser que leur représentation dans les magazines féminins est soumise à un ensemble de codes déja prédéfini : vision de l’homme tel que veut le voir la femme). Mais quels autres exemples?
    La question de la représentation hors pubs demanderait une analyse plus sociologique qui porterait sur les couches de population qui s’épilent et ceux qui ne le font pas. S’épile t-on plus en ville qu’à la campagne? S’épile-t-on à la campagne pour faire comme les filles de la ville? Cet argument peut paraitre daté, mais à mon avis pas tant que ça.
    Dans un sens parce que l’exode rural est une réalité depuis bien longtemps (et je considère la banlieue comme annexe à la ville dans ce cadre moderne), d’autre part parce les grandes villes sont des grands centres culturels au sens propre : évènements, concerts, boutiques… qui font parties de l’imaginaire des gens et fondent ce rapport au visuel des magazines. Que ce soit dans Paris-Match, Gala, ou Glamour il faut montrer le luxe que la femme peut gagner par la civilisation (et faire rêver surtout car il s’agit la plupart du temps d’un luxe inacessible).

    Au fond ce qu’on observe dans la pub avec le “toujours plus glabre”, c’est un effet de centralisation du visuel qui non seulement choisi son lectorat par l’image mais investit les couches plus populaires en leur faisaint une injonction : voila dans quel monde “NOUS” vivons (c’est bien sur une fiction, mais le pouvoir de l’image….)
    Soyons marketing : Vogue, Cosmopolitan, Elle etc… ça vise du CSP+. Femme moderne, cadre dynamique. Renvoyant une image d’indépendance sans renier le côté féminin (c’est subtil et pervers, parce qu’il y a une bonne dose de principe de soumission dans ces magazines casée entre deux dossiers “domptez votre homme”. J’espère qu’on pourra revenir la-dessus).
    En revanche, l’attraction principale de la presse trash, c’est à dire Public, Closer et autres, c’est de présenter une image pervertie de ce rêve, sous la forme récurente de dossiers présentants des stars au choix : sans maquillages, très mal habillées (en même temps on ne sort pas en Christian Dior tous les jours pour aller faire ses courses, mais il n’en sont pas à un acte de mauvaise foi près…), complêtement saouls, violentes, qui ont pris du poids… etc. Qui a dit que seul le rêve faisait vendre? Le contre-rêve aussi! Et il est même très rentable (ça se compte en centaine de milliers de numéros, voire plus).
    Cependant l’un n’empêche pas l’autre. On peut lire Glamour ET Closer. L’un est l’antidote à l’autre. Comme une catharsis. Mais au final ils fonctionnent en complément. On se venge sur la star dans Public (“ah ha tu n’es pas si belle finalement!”). Puis on se rend compte qu’on lui ressemble plus que l’on ne croit quand on est au naturel (“en fait, on a les même grosses fesses…”). Ce qui fait que l’on se rabat sur Glamour et son dossier “Soyez belles avant l’été, les conseils des stars”.
    Oui, ça se mord la queue.Mais c’est aussi ça la pub, faire des nouvelles peaux avec des vieux poils (le vice-versa serait tendancieux).

  9. Pour le sport, je pensais surtout à l’athlétisme, pas aux Dieux du Stade.
    Si on recherche sur gettyimages :
    male adult “arms raised” sport
    on trouve du poil, certes pas énormément, mais çà existe.
    En revanche en cherchant :
    female adult “arms raised” sport
    c’est bien lisse.

  10. Pier-Alexis dit :

    Au fond ça reste cohérent. Le sport est une affaire de maitrise : de la technique certes, mais aussi de l’image. Les sportifs savent qu’ils sont vus. Il incarnent la maitrise sur le corps : refus de l’état sauvage, prise en compte de la corporalité en domptant le corps et ses instincs (comme on dompterait un animal). Ma théorie tient donc toujours, puisqu’au fond les quelques poils des hommes sont plus un relicat qu’un vrai symbole (ce qui était le cas chez Chabal). C’est un cas ou l’imagerie des femmes n’a rien à voir avec un quelquonque magazine : ce n’est plus la beauté pur, c’est la beauté du geste (Il y en a des coquettes, évidemment, on pense à l’exemple canonique de Sharapova dans le tennis).
    Cette épilation là n’est pas faite (essentiellement) pour plaire ou se sentir désirable, elle a selon le sport une fonction pratique mais aussi de monstration de la “prise en main” de ce corps. Le contrôle jusqu’au bout des ongles (et en plus parfois c’est glamour, donc ça ne gâche rien).

    Cependant, les athlètes allemandes du 3ème Reich étaient-elles plutôt poilues ou non? Il y aurait quelque chose à voir avec la volonté de puissance…
    Les statues en tout cas ne le sont pas, poilues.
    Il est réellement temps de s’atteler à une histoire visuelle du poil à travers les âges…

  11. Alexie Geers dit :

    Petites remarques: les dieux du Stade ne sont pas tous épilés, il y en a de tout a fait poilus !
    et pour les jambes dans la publicité, ou hors-publicité, c’est une règle actuelle, dans les années 80 il n’est pas rare de voir des poils sur les jambes des femmes
    des sujets modes, par exemple (post à venir!), en revanche les aisselles me posent pb, je dois vraiment aller revoir à cette même époque…

  12. Pier-Alexis dit :

    @Alexie : Des Dieux du Stade poilus, on veut des noms! 🙂

  13. Pier-Alexis dit :

    Je viens de trouver la trace d’un trace d’un ouvrage qui semble intéressant : “Du velu au lisse” de Jean Da Silva (CRAL Paris 1). Peut-être une nouvelle piste intéressante à moins que vous ne le connaissiez déja!

  14. Alexie Geers dit :

    André l’a reperé mais merci quand même du signalement!

  15. Bonjour,

    En l’occurence je pense plutôt que c’est un oubli.

    Je suis peintre, je vis à Paris et je pense réellement surfer moi sur la vague du retour à une normalité plus proche du réel en particulier en matière de poils.

    J’ai réalisé l’année dernière une série de toiles intitulée “femmes naturelles” pour laquelle j’ai fait le pari de représenter des modèles féminins avec leur poils (aisselles poilues, pubis, voir jambes poilues quand j’ai pu trouver un modèle adéquat ce qui devient très rare).

    Si vous souhaitez voir mon travail rendez vous sur http://www.fabricemartin.fr

    Bien à vous,

    Fabrice Martin,
    http://www.fabricemartin.fr

  16. Jean Da Silva dit :

    La peau: clôture ou texture ?
    En effet une peau ferme, lisse, élastique sans rides apparait comme la norme si l’on en croit tant les chroniques des journaux de mode que les publicités qu’offrent les instituts spécialisés. Cette esthétique de la clôture, aujourd’hui plus présente que jamais, est traditionnellement donnée comme un canon universel de la beauté et en particulier de la beauté féminine. Or des réactions les plus diverses, voire des oppositions ouvertes à cette esthétique corporelle du lisse se font depuis peu entendre et ont un certain écho jusque dans les journaux de mode. Elles suscitent des comportements et des pratiques très diverses: refus de l’épilation, refus du maquillage, voire stimulation de la pilosité, etc.
    Cependant loin de renouer avec un état de nature ou « premier » ces conduites n’en prennent pas moins des significations particulières : transgenre, néo primitives, féministes, etc.…

    J’ai abordé ces questions dans mon dernier petit livre: Du velu au lisse. Histoire et esthétique de l’épilation intime, Complexe, 2009.

  17. Alexie Geers dit :

    Merci beaucoup de votre commentaire, nous allons lire votre livre avec bcp de curiosité !

  18. Jean Da Silva dit :

    Vous pouvez aussi prendre en compte les photographies d’Hervé RABOT de la série AVEC ELLES qui viennent d’être récemment exposées: http://www.paris-art.com/agenda-culturel-paris/Le%20corps%20mis%20%C3%A0%20nu/Quinby-Diana/9559.html

  19. Julien Souloumiac dit :

    En l’occurence, et vue le traitement, je chercherais du côté d’une prise de vue hdr, ou mode Photoshop 32 bits.

    Je ne suis pas spécialiste en la matière. Généralement, ce procédé trouve plutôt son utilité dans la photographie de paysage. Mais les quelques fois où je l’ai vu utilisé sur de la peau (mode ou beauté) ont donné des résultats comparables.

    Du coup, avant d’envisager un nouveau style que remettrait la pilosité à la mode, j’aurais plutôt tendance à envisager la curiosité d’un acteur (photographe, DA ?) ayant souhaité voir ce que donnait ce procédé somme toute “nouveau” (réellement exploitable depuis Photoshop CS4 pour faire court. Evidemment je ne parle ici que de ça version numérique, la superposition/juxtaposition de négatifs, ce n’est pas tout jeune)…

  20. Julien Souloumiac dit :

    Décidément, ces images m’inspirent des commentaires.
    Et pas seulement pour tenter de comprendre que peut etre ce numéro de portable figurant en bas de page.

    Je me contenterai cette fois simplement de deux questions :

    Est il innocent de remarquer que ces images visent, avant tout, à vendre de la joaillerie et de l’horlogerie, seuls sous-“genres” dans lesquelles la chambre argentique peut encore être utilisée ?

    (Ce qui renvoie à deux problèmes distincts : dans le cas de la joaillerie, le problème du purple fringing en numérique, et de la gestion des éclats des joyaux en général, qui fait donc encore problème pour les appareils numériques. Dans celui de l’horlogerie, et dans une certaine mesure aussi de la joaillerie, celui de l’obtention d’une zone de netteté optimale, sans déformation de l’objet, que jusqu’à présent seule une chambre, en raison des règles optiques exprimées par la loi de Scheimpflug, permet de résoudre. Je passe encore sur le fait qu’une chambre ne puisse à ce jour, dans la majorité des cas, être utilisée avec un dos numérique, faute d’optiques optimisées, pour proposer une formulation synthétique de ma question : est il innocent que cet hyper-réalisme obtenu numériquement (pour peu que mon analyse de l’image comme produit hdr soit vérifiée) apparaisse justement pour des images dont la production nécessitait jusqu’à présent le recours à un complexe dispositif argentique ? N’assiste-t-on pas, plutôt qu’à l’émergence d’un nouveau style de retouche dite “beauté””, à celui d’un nouveau dispositif de prise de vue en “nature morte” ?)

    Pour aller dans ton sens Alexie, est il également innocent de remarquer que ces images qui, si on doit leur trouver un style, se rapprochent selon moi des portraits d’acteurs qui ont fait les beaux jours de magazine comme Ciné Live, Studio ou Première, représentent justement Elsa Zilberstein ? Comme si justement on n’attendait pas d’un acteur/ d’une actrice qu’il/elle soit aussi parfait/parfaite qu’un modèle ?

    (hypothèse qui, je te l’accorde, peu être nuancée par la première image de la série, ne représentant qu’une main, une amorce de visage, et une bague. Mais l’objection elle même peut être contredite par le possible souci d’assurer à la campagne une continuité, etc…)

    Tout cela pour relativiser, encore une fois, l’idée d’un nouveau “style” (concept par ailleurs très ambiguë) et suggérer qu’un raisonnement de type socio-technique puisse aider à mieux comprendre la production de ces images (soit envisager qu’un acteur, pour répondre à l’exigence de “réalisme” de ces commanditaires, ait proposé le recours à un procédé hdr, équivalent numérique à l’écouter, des chambres du passé… Nb : je n’ai parlé ici que de production. Quant à “l’efficace propre” (M. Weber) de ces images, la question du velu et du lisse reste entière, et je te suis dans ton raisonnement.

    A ce propos enfin, et en guise de conclusion, sur la question du lisse et du velu, de la peau surface ou cloture, etc, un petit dérour par L’érotique du Japon Classique de Alain Walter (http://www.amazon.fr/Erotique-Japon-classique-Alain-Walter/dp/2070732177) permet d’envisager une autre répartition des valeurs de l’apparent et du caché dans la définition de la beauté et de la vérité. Ou quand la littérature comparée permet de mieux comprendre la genèse de nos représentations occidentales…

    Bonne recherche par ailleurs

  21. Alexie Geers dit :

    Beaucoup de choses à discuter dans ces commentaires!
    Tout d’abord je voudrais repréciser ce que je dis dans mon billet, je ne parle pas d’un “style qui remettrait la pilosité à la mode” d’un point de vue du corps, mais d’un traitement différent de l’image.
    Ce qui n’exclut donc absolument pas les enjeux techniques, comme le choix d’une technique différente pour la curiosité ou tout autre raison, dans la compréhension du phénomène: la conséquence est que visuellement, l’image est différente de ce qu’on voit habituellement.
    Pour rebondir sur la question de la nouvelle “prise de vue”, je pense que c’est la meme chose, en effet il peut y avoir des différences techniques de prise de vue qu’il serait évidement bon de regarder de près; malgré tout, ce qui en résulte c’est un aspect visuel différent et c’est ce que je veux dire par nouveau “style”, terme choisi à dessein, sur lequel je reviendrai plus tard dans le développement de ma thèse.
    Un billet à venir plus approfondi quand j’aurai rencontré les acteurs de cette chaine!

  22. Julien Souloumiac dit :

    Tout à fait d’accord (mon dernier commentaire essayer justement de nuancer le premier en ce sens).

    Tout à fait d’accord aussi quand tu proposes d’en reparler après avoir rencontré les acteurs. Car ce que je suggérais dans mon dernier billet, c’était aussi la possibilité que ce nouveau traitement de l’image soit la conséquence, mais aussi ce qui permet de justifier/donner sens, à un nouveau procédé de traitement de l’image.

    Dans le cas qui nous occupe, les acteurs étant loin d’être incultes en matière d’image, de traitement, de nouvelle technologie, et de leurs couts respectifs, un raisonnement du type “ce qui fait l’intérêt du hdr, c’est qu’on voit le moindre pore de la peau, donc autant les garder, le tout alors qu’accessoirement, cela coute moins cher que la chambre tout en en conservant les avantages” n’est pas à écarter.

    En tout cas, en matière de production, c’est un raisonnement qui me paraîtrait cohérent (surtout pour une marque comme celle là qui, autant le dire, prétend rivaliser avec le luxe sans forcément en avoir les moyens) et, à d’importantes réserves esthétiques près, même intelligent.

    Mais tout cela, seuls les acteurs le diront (parce que là effectivement je joue assez librement de l'”empathie” que m’autorise ma participation à la chaîne de production, tout en ayant conscience que faute d’enquête, cela relève de la devinette).

    Hate du coup de lire ce que tu auras pu apprendre à ce sujet. Avec toujours cette question, que tous ceux qui ont regardé cette pub un peu attentivement se pose, quel est donc ce numéro de téléphone ?

    bonne enquête, en attendant la suite

  23. Alexie Geers dit :

    Le numéro de téléphone est un moyen pour mesurer “l’efficacité” de la publicité, je n’avais encore jamais vu ça!
    par contre je ne suis pas tout à fait d’accord avec “surtout pour une marque comme celle là qui, autant le dire, prétend rivaliser avec le luxe sans forcément en avoir les moyens”
    Mauboussin est une maison historique de la place Vendôme, qui a certes eu quelques pb de ventes il y a une dizaine d’années, mais qui a une longue histoire, très ancrée dans le panorama du luxe, ce qui est vrai c’est qu’elle a souvent utilisé des moyens de communication différents des autres maisons de luxe (j’y reviendrai 😉 ), entre autre des prix avec des marges réduites…

  24. Fred dit :

    Pour rebondir sur un ancien post, il me semble avoir vu une nouvelle affiche de cette campagne dans le métro aujourd’hui : Elsa Zylberstein est la figure de cette marque, avec des photos toujours assez rapprochées mais… duvets et grains de beauté sont passés sous le bistouri de photoshop manifestement… L’image de la star prévaudrait donc…? 😉

  25. Alexie Geers dit :

    @Fred: Bonne remarque, tu anticipes mon prochain post 😉 c’est intéressant de voir que l’effet métallique est resté, alors que le gros plan disparait au profit d’un visage identifiable et que le duvet ou les pores s’estompent…
    mais peut être qu’Elsa n’a pas de moustache !

  26. Kiwi dit :

    Bonjour!

    J’ai récemment étudié le nouveau positionnement de Mauboussin et tout ce qui s’en suit, et j’ai eu la chance d’avoir rendez vous avec la maison pour un petit interview. Ainsi, bien que vos commentaires soit tous très intéressants sur “la mode des poils” etc… j’ai le regret de vous informer que le but de voir autant de peau naturelle et de duvet, n’est autre dû au positionnement de la marque et à sa cible. Voulant viser l’émotion des femmes, le naturel (contre les parures des autres joailliers), la beauté féminine (etc etc) et surtout l’accessibilité, c’est voulu que la femme ne voie pas un mannequin irréel tenir la belle bague Mauboussin. Pour ma part, je pense aussi que c’est pour se différencier des concurrents et encore faire parler de la marque. Mais ceci n’est qu’une remarque personnelle 😉
    Pour E.Zylberstein, on voit toujours son duvet (duvet étant différent de moustache, on a du duvet sur la totalité de son visage), à ma connaissance elle n’a pas de point de beauté sur le visage, et l’image étant moins “gros plan” il serait assez choquant et peu glamour de la voir avec des gros pores partout. Enfin là c’est encore personnel… 🙂

    Bien à vous.

    PS: le téléphone n’est rien d’autre que celui du magasin, apparemment.

  27. Alexie Geers dit :

    @ Kiwi, merci de votre commentaire, c’est en effet le discours tenu par Mauboussin, je n’ai pas eu la chance de rencontrer leur équipe, mais ai pu lire des entretiens du directeur. En revanche, j’ai rencontré la retoucheuse de cette campagne, et ce n’est pas tout à fait son discours à elle … Toujours faire attention à : qui tient le discours et dans quel contexte 😉
    A noter, je n’ai pas parlé de mode du poil, mais de style de représentation, ce qui est un peu différent 😉
    Et pour le téléphone, c’est un répondeur publicitaire en effet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search