Les rubriques du genre

Capture d'écran site special-garcon.com, 12 juillet 2012

Capture d’écran site special-garcon.com, 12 juillet 2012

Capture d'écran site jeuxfilles.fr et agrandissement de la colonne de jeux, réalisés le 12 juillet 2012

Capture d’écran site jeuxfilles.fr et agrandissement de la colonne de jeux, réalisés le 12 juillet 2012

Sur les sites pour enfants spécial-garçon.com et fillesjeux.com, les jeux proposés sont classés en différentes catégories : « sport, tir, combat, aventure, stratégie, réflexion… » pour les uns, « cuisine, habillage, décoration, maquillage, séduction, coiffure, bébé, amour, beauté… »  pour les autres. Censées couvrir l’essentiel des intérêts des uns et des unes, elles reprennent des stéréotypes de genre.

Sur le site internet de Marie-Claire, les intérêts des femmes sont également regroupés en rubriques « mode, beauté, forme et santé, enfants ….  » et la similitude avec les thématiques destinées aux petites filles est saisissante.

Capture d'écran, bandeau d'accueil, site marie-claire.fr, réalisée le 11 juillet 2012

Capture d’écran, bandeau d’accueil, site marie-claire.fr, réalisée le 11 juillet 2012

Dans les deux cas, les intérêts féminins peuvent être regroupés en trois thèmes majeurs : les soins de l’apparence – beauté, mode, forme, santé -, les domaines d’actions dévolus aux femmes – cuisine, décoration, entretien du foyer, enfants – et les goûts proprement féminins – lecture, voyage, culture. Ceux-ci sont présentés comme naturellement liés au fait d’être une fille/femme. Ces objets culturels ne sont pas destinés à des lecteurs/joueurs ayant des goûts en commun mais conçus en direction d’un groupe défini au préalable par une – prétendue –  nature commune.  Les femmes auraient des centres d’intérêt identiques et des activités de prédilection du fait qu’elles possèdent un caractère sexuel – a priori – commun.

Depuis sa création, la presse d’information est destinée aux hommes1 tandis qu’au XIXe siècle, les femmes voient croître à leur destination, une presse spécialisée. De mode pour les classes aisées, de romance, pour les classes plus populaires. Avec la démocratisation de la lecture , elles deviennent un nouveau public que les industries culturelles ne manquent pas de conquérir. Les industriels, non plus. Avec La coiffure et les modes (1909) puis Votre Beauté (1932), Eugène Schueller – le fondateur de l’Oréal – fait de la beauté liée aux soins du corps, un nouveau sujet de la presse spécialisée pour les femmes en même temps qu’une nouvelle pratique de masse.

En 1937, quand Marcelle Auclair et Jean Prouvost fondent Marie-Claire, ils ont l’ambition de « donner à la femme française, en un seul journal, chaque semaine, tout ce qui peut l’intéresser ou lui être utile »2 et regroupent en un seul titre l’ensemble des thématiques abordées dans les publications antérieures. Dans le premier numéro, en mars 1937, le magazine est découpé en trois rubriques majeures : « la beauté », « la mode » et « la lecture »3 et à la fin de la même année, deux rubriques supplémentaires viennent augmenter le sommaire : la première intitulée « famille et art de vivre » consacrée à  l’éducation des enfants et aux relations de couple et la seconde appelée « maison » regroupant la cuisine, la décoration et de l’entretien du foyer. Ce découpage fera histoire et ne cessera d’être repris comme formule typique du magazine féminin autant que comme synthèse du genre féminin.

En montrant que le genre est une construction sociale du sexe biologique, les études de genre4 permettent de reconsidérer la conception naturalisante du genre5.

En historicisant l’arrivée de ces thématiques au sein de la presse féminine, il est possible de comprendre que les stéréotypes féminins contemporains viennent, en partie, des industries culturelles.

A lire sur le sujet sur Culture Visuelle : André Gunthert, « Garçons et filles : partage vs intériorité », Totem, 11 juillet 2012

  1. Thiesse Anne-Marie, Le roman du quotidien. Lecteurs et lectures populaires à la Belle Epoque, Paris, Éditions du Seuil, 2000 []
  2. Éditorial du premier numéro, mars 1937 []
  3. Il s’agit de la publication de courts romans []
  4. « Sex’ is a word that refers to the biological differences between male and female : the visible difference in genitalia, the related difference in  procreative  function.  `Gender’,  however,  is  a  matter  of  culture:  it  refers  to  the  social classification into `masculine’ and `feminine’ », Oakley Ann, Sex, Gender and Society, 1972. []
  5. Il est possible de remonter plus loin, du côté l’historiographie française et citer Simone de Beauvoir (De Beauvoir Simone, Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1976 ; 1ère éd : 1949) et son fameux “On ne nait pas femme, on le devient”, prémices de cette distinction entre sexe et genre. Une partie des théoriciennes des gender studies ajoute à cette première idée que “le genre précède le sexe”, à savoir que la bi-catégorisation des deux sexes femme et homme n’est pas un pré-social. Voir à ce sujet : Butler Judith, Trouble dans le genre : pour un féminisme de la subversion, Paris, Edition de la Découverte, 2005 (1ère éd. : 1990) ; Laqueur Laqueur, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1990 ; Fausto-Sterling Anne, Sexing the body. Gender Politics and the Construction of Sexuality, New-York, Basic Books, 2000 pour le milieu anglo-saxon ; Mathieu Nicole-Claude, Lanatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Coté-femmes, 1991 ; Guillaumin Colette, Sexe, Race et Pratique du pouvoir, Paris, Coté-femmes, 1992 ; Delphy Christine, Lennemi principal, Paris, Syllepse, 1998 ; Wittig Monique, « La pensée straight », Questions féministes n°7, p. 45-53, pour la France. []

13 réponses

  1. Une autre illustration de la divergence des activités, manifestée par l’édition commerciale:
    http://www.flickr.com/photos/gunthert/7556588878

  2. Alexie Geers dit :

    la question que je ne réussis pas à formuler clairement, si on veut mettre de côté pour un temps au moins la domination masculine, est : quel est l’intérêt / pourquoi les industries culturelles ont-elles besoin de ces divergences ? pourquoi diviser les pratiques en fonction du genre et pas selon les goûts ?
    le genre, serait-il le nouveau paradigme de distinction du goût (Haskell) ?
    bref j’essaie de démêler, mais c’est pas facile…

  3. Alexie, la publicité est devenue la principale ressource d’un grand nombre de journaux. C’est particulièrement vrai pour la presse féminine où, comme tu le mets régulièrement en évidence, la confusion entre le rédactionnel et la publicité est totale. http://culturevisuelle.org/apparences/2010/11/03/338/
    Les publicitaires valorisent les supports dont les consommateurs sont ciblés, parce que sont ceux dont le rapport coût de l’achat d’espace/retour sur investissement est le meilleur.
    Ca laisse entier par contre la question du succès de la presse féminine vis à vis du relatif échec de la presse dite masculine.

  4. Alexie Geers dit :

    @Thierry : tu veux dire que si l’on parle de maquillage et de cuisine dans la presse féminine (donc dans la publicité également évidemment)c’est parce que les femmes sont leur cible et qu’en conséquence, il faut bien leur parler de sujets qui les intéressent naturellement ?!
    tu te doutes que je suis pas d’accord avec ta conception des choses !

  5. @Alexie: « Pourquoi les industries culturelles ont-elles besoin de ces divergences? pourquoi diviser les pratiques en fonction du genre et pas selon les goûts? » Il faut à mon avis reformuler un peu ta question: les industries culturelles s’adressent par définition à des clientèles (solvables); la réponse de ces clientèles sera d’autant plus efficace que celles-ci se sentent concernées par l’offre; il est donc logique de segmenter des groupes et de s’adresser à eux par des signes identitaires (cette idée est au fondement de l’économie magazine, qui peut produire autant de propositions qu’il existe de niches identifiées; on peut traduire sommairement ce fonctionnement par la formule: l’identité, ça paye…).

    L’idée selon laquelle la distinction d’une « culture fille » et d’une « culture garçon » s’installe très vite dans l’univers scolaire (Pasquier) interroge selon moi des modèles qui ne relèvent pas uniquement de l’injonction parentale ou professorale, mais qui peuvent aussi surgir de l’injonction sociale, c’est à dire du groupe lui-même. L’école, en tant qu’institution collective, favorise sur ses marges ce que j’appelle une « culture de cour de récréation », qui est capable d’entretenir sur de très longues durées des modes vestimentaires, ludiques ou comportementales de manière indépendante. Je pense qu’une bonne partie de la divergence garçon/fille se nourrit de cette culture de cour de récréation beaucoup plus que des modèles officiellement dispensés par les maîtres.

  6. J’éviterai le terme « naturellement » qui ne semble assez difficile assez manier. 🙂 De toute évidence, ce sont des sujets qui intéressent les femmes ne serait-ce que parce que sans cela ces journaux ne se vendraient pas.
    Si je devais faire une analyse socio du café du coin, je dirais que dans toutes les sociétés, la grande affaire c’est comment on défini son identité sociale vis à vis des autres. La grande nouveauté de la société de consommation c’est qu’au lieu d’être dans un schéma figé qui n’évolue que très longtemps, plus ou moins constant de la naissance à la mort en fonction de son origine sociale et de son age, on est aujourd’hui dans l’obligation de se renouveler sans cesse. C’est plus ou moins ce que l’on appelle la mode. C’est lié au fait que l’ascenseur comme le descenseur social sont la marque d’une société où la situation de chacun peut beaucoup bouger. Il y a une insécurité beaucoup plus grande autour de son identité sociale. Cela passe par la façon dont on se vêt, choisi sa maison, sa voiture etc.
    Pour en revenir à l’équation sexe/pub D’un point de vue purement factuel, et même si les hommes commencent à consommer des produits de beauté et d’hygiènes spécialement développés à leur intention, ça reste pour l’instant une niche. La « beauté » et la « mode » pour reprendre deux des trois rubriques majeures définies lors de la création de Marie-Claire restent des marchés dont les prescripteurs sont essentiellement des femmes que ces produits soient destinés à leur seul usage, à celui de leur conjoint ou à la famille. Dans la répartition des tâches au sein de ma cellule familiale, c’est moi qui achète le savon, mais c’est mon épouse qui a une idée sur le savon qu’il convient d’acheter… Combien d’hommes vont s’acheter de nouveaux habits seuls lorsqu’ils vivent en couple. Et combien de femmes?
    L’évolution de la société et du marché publicitaire, c’est qu’aujourd’hui les femmes deviennent de plus en plus souvent des prescripteurs, que ce soit pour leur seul usage ou pour celui de la cellule familiale, de produits qui étaient perçus comme exclusivement masculin lors de la création de Marie-Claire. Je pense par exemple à la bagnole. Mais l’inverse n’est pas vrai. Le mythe de la ménagère de moins de 50 ans s’inscrit dans une réalité économique.
    Ensuite la publicité, c’est le problème de l’oeuf et de la poule. Il est évident qu’elle renforce les schémas idéologiques. Est-ce qu’elle les crée ou est-ce qu’elle ne fait que refléter son évolution? Marie-Claire a été une revue féministe en d’autres temps. Toute société produit des stéréotypes féminins et masculins. Les stéréotypes contemporains viennent, en partie, des industries culturelles. Les industries culturelles reflètent la société dont elles sont issues. La publicité est un des éléments moteurs de notre société.

  7. Sylvain Maresca dit :

    @ Alexie : Une chose est de faire le constat (imparable) de la segmentation des messages et de l’offre commerciale selon le genre, une autre est d’être d’accord. Sur une question aussi sensible, dans laquelle chacun d’entre nous se sent forcément impliqué, il est difficile d’adopter une approche analytiquement neutre. Et pourtant, c’est bien ce qu’il faut tendre à faire…

  8. Alexie Geers dit :

    @André : Je suis tout à fait d’accord avec le fait que pour s’adresser à un groupe il faut mobiliser des signes identitaires, mais je voudrais comprendre (de manière tout à fait brouillonne!) la manière dont ces signes deviennent identitaires.
    Comment la cuisine/ la mode / la beauté deviennent-ils des domaines féminins ?
    Mon hypothèse serait (pour le moment!) de dire que ces liens émergent à partir du moment où la conception du sexe et du genre change (voir Thomas Laqueur, La fabrication du sexe, 1990 et en synthèse : http://multitudes.samizdat.net/Sur-La-fabrique-du-sexe-Essai-sur).

    je veux bien que tu me réexpliques « la culture de cour de récréation », je crois que je n’ai pas compris…alors que ça m’a l’air très important dans ce que j’essaie de démêler !

  9. Alexie Geers dit :

    @Sylvain : ce n’est pas évident en effet.
    D’ailleurs j’espère ne pas donner l’impression de juger cette segmentation. Qu’elle soit masculine ou féminine, elle existe, j’essaie d’en prendre un exemple et de comprendre comment elle s’élabore…

  10. Avec la publicité, on est dans la culture populaire. Est-ce que la vision « savante », propre à chacune des époques considérée par Thomas Lacaire, reflète la culture populaire, la vision que les contemporains avaient du sexe et du genre?

  11. Peut-être une réflexion qui partirait du XIXème. Epoque où la bourgeoisie avait fait de ses femmes des saintes ou des pouliches, alors que dans le milieu ouvrier la femme était le prolétaire du prolétaire. Une force de travail indispensable dans le monde rural comme dans le monde ouvrier. Une hypothèse vite fait sur le XXème, c’est que tant que la femme ne travaillait pas, l’identité de l’homme se construisait autour de son métier et celle de la femme de son intimité au sens large (son intérieur comme sa personne. Les publicités sur l’hygiène intime). Lorsque la femme a travaillé, son identité a supposé à la fois qu’elle conserve les valeurs de l’intérieur, nécessaires à la société de consommation, et qu’elle développe à son tour également une identité au travers de sa profession. Finalement, aujourd’hui est-ce que ce ne serait pas le genre masculin qui soulève le plus de problème? (pas taper :-)) C’est celui qui me semble le plus incertain, dans la mesure où il existe beaucoup plus par le refus des valeurs associées au genre féminin que par la définition de valeurs qui lui seraient propres. Ce qui expliquerait aussi le faible succès commercial de la presse masculine.

    Il n’est pas surprenant, si j’en juge par le site réservé aux garçons de ton exemple, que les filles les battent à plat de couture à l’école…

  12. Pour les grandes filles qui ont conservé leur âme de petit garçon. http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=8q4Ke2IEgLM

  1. 23 octobre 2012

    […] moins flagrants dans les jeux indépendants. De la même façon, Alexie Geers propose-t-elle une comparaison d’interfaces de sites de jeux proposées aux filles et aux garçons sur internet et des rubriques qui leur sont […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.