Transmissions des savoirs liés à la grossesse et à l’accouchement : Collecte pour un nouveau projet !

En ce début juillet, je commence un nouveau projet de recherche sur la question des transmissions des savoirs liés à la grossesse et à l’accouchement.

Pour commencer, je lance un appel à collecte ! Je suis à la recherche d’ouvrages consacrés à la grossesse et à l’accouchement qui ont pu être publiés tout au long du XXe et du XXIe siècles. Je cherche notamment (mais pas seulement) à disposer d’un maximum d’exemplaires du célèbre livre « J’attends un enfant » de Laurence Pernoud publié depuis 1956.

Tous les ouvrages ou titres de presse consacrés à la question sont par ailleurs bienvenus.

Vous pouvez me contacter en commentaire de ce blog ou par mail.

Un immense merci par avance et si cela vous intéresse, voici les premiers contours du projet…

Les transmissions des savoirs liés à la grossesse et à l’accouchement au XXe et XXIe siècles.

Projet

La socialisation de genre dans l’enfance a été étudiée à plusieurs niveaux : au sein de la famille, et plus particulièrement sur le rôle des parents dans la transmission volontaire et involontaire des normes de genre[1], au sein de l’école et notamment à partir des comportements des enseignant-e-s[2] ou des manuels scolaires[3] mais également à partir d’un certain nombre d’objets culturels destinés aux enfants tels que les jouets[4], la presse enfantine[5], les encyclopédies pour enfants[6] ou la littérature jeunesse[7].

Savoirs de genre

Pour autant, peu d’études sont consacrées aux produits éditoriaux destinées aux femmes adules, tels que la presse féminine ou les guides de maternité, que l’on peut décrire comme des objets divertissants autant que comme des supports de socialisation et de connaissances. En 2009, un groupe de chercheuses féministes francophones déplore d’ailleurs les manquements et le «snobisme intellectuel » qui empêchent les féministes de s’attarder sur les objets culturels destinés aux femmes[8]. Comme ces objets sont considérés comme stéréotypés et porteurs de normes de genre abondant le patriarcat, ils sont considérés comme indignes d’intérêt et coupables avant tout autre chose. Pourtant plusieurs études, issues des cultural studies anglo-saxones, comme celle, désormais célèbre, de Janice Radway[9] sur les romans à « l’eau de rose », montrent que ces objets culturels donnent lieu à des procédés de braconnage[10] et de négociation des normes de genre par les femmes elles-mêmes.

Le jugement négatif occulte la fonction de diffusion de connaissances de ces objets : dans ce type de publications, on trouve des savoirs quotidiens pour apprendre un rôle social, genré. Ce sont des savoirs « concrets » si on les compare à ce qui est transmis par le comportement des enseignants par exemple, qui est plus diffus et qui relève d’une forme d’implicite sur les positions sociales des filles et des garçons.

Dans ma thèse, j’ai montré comment les rédactions de la presse féminine transmettaient des pratiques concrètes d’hygiène, de puériculture ou d’aménagement de la maison par exemple, basées sur le renouvellement ou le développement de savoirs scientifiques tels que l’hygiénisme, la psychologie du développement ou la chimie des matériaux. Ces publications participent donc, pour partie, à la médiatisation et à la vulgarisation de savoirs scientifiques. À travers le choix des savoirs diffusés dans le titre et la manière dont ils sont transmis, ces objets édités pour les femmes sont des sources pour historiciser les normes de genre et les rapports sociaux de sexe.

Usages pédagogiques des images

Au sein des études sur la socialisation de genre, les images sont étudiées. Elles sont fréquemment décrites, dans les manuels scolaires par exemple, comme porteuses de stéréotypes puissants et aliénants, dans une sémiologie du genre qui relève les aspects les plus saillants : caractéristique de représentations physiques des filles par exemple. Les travaux sur les jeux vidéos[11], dont la majeure partie sont rassemblés dans l’ouvrage dirigé par Fanny Lignon, spécialiste des images, montrent, quant à eux, que ces images co-construites par la joueuse/le joueur sont également des manières de s’amuser avec les normes de genre voire de les détourner. L’étude des images permet alors un enrichissement de la compréhension de ces objets. Dans l’ensemble de ces études, la « ritualisation de la féminité »[12] est abordée mais n’est pas historicisée, ce qui pourrait constituer un apport de ce projet.

L’approche historique des images, dans mon travail sur le magazine féminin Marie-Claire, participe à montrer que si le contenu du « féminin » proposé aux lectrices dans le titre est, à certains égards, normatif, il évolue en fonction des époques et des attentes des femmes. Cette approche a permis de dépasser l’idée selon laquelle un stéréotype de genre est une forme fixe dans le temps qui garde la même signification en tout temps et en tous lieux. Les évolutions de récits de genre, incarnées par des mutations dans les représentations des femmes, indiquent l’existence de significations variables, révélatrices d’organisations du monde basées sur une division socio-sexuelle des activités et des positions occupées mais au sein desquelles les femmes négocient.

A partir des recherches précédemment citées sur la socialisation de genre, des apports de ma thèse mais également à partir de la recherche menée sur les blogs féminins de la plate-forme Hellocoton, je propose de poursuivre l’enquête sur d’autres objets industriels et culturels destinés aux femmes en me focalisant sur la question de la transmission des savoirs liés à la grossesse et à l’accouchement et de l’usage des images dans cette médiation.

Corpus

Le corpus envisagé peut être décrit en trois catégories de support :

  • presse féminine et familiale
  • encyclopédies, livres et guides consacrés à la grossesse
  • blogs « féminins »

Avec la presse féminine ou les encyclopédies domestiques[13], nous avons affaire à des publications issues des industries culturelles. L’économie des médias nous apprend que si les enjeux économiques président à leur création, l’adéquation avec les attentes/intérêts des lectrices est nécessaire[14]. En tant qu’objets économiques, ils sont à considérer comme des sources donnant accès aux attentes des femmes à plusieurs moments de l’histoire.

Depuis le début des années 2000, il existe, par ailleurs et parallèlement, une prise de parole des femmes en ligne importante : de très nombreux blogs sont rédigés par des femmes et sont très souvent lus par d’autres femmes. Les femmes ont développé, en ligne, une parole liée aux savoirs sur la grossesse et en cela ont recréé probablement des lieux et des pratiques communautaires qu’Agnès Fine a si bien étudiées[15]. Sur les blogs consacrés à la grossesse, les femmes partagent expériences et savoirs. Il existe quelques études[16] au sujet de ces blogs « féminins » mais dans lesquelles la question du genre n’a pas été encore « inoculée »[17].

Les contours du corpus feront l’objet d’une définition précise après une première observation sauvage de ce qui existe ou a pu exister.

Dans un premier temps, je me consacrerai à la seconde catégorie. Un des difficultés pour composer ce corpus d’ouvrages est la conservation de ce type de livre ou de presse. L’appel à collections privées est une solution pour combler les lacunes de conservation de ces objets culturels longtemps considérés comme illégitimes aux yeux des conservateur-e-s des grandes bibliothèques. L’expérience de thèse m’a appris qu’il fallait également trouver d’autres manières d’accéder à ces archives[18].

Bornes chronologiques

Pour cerner le projet, des bornes chronologiques devront être posées et justifiées. Pour le moment, il est envisagé de couvrir l’ensemble du XXe siècle ainsi que la période très contemporaine. Pour autant, il n’est pas inenvisageable de regarder du côté des manuels d’instruction ou des codes de la toilette de la toute fin du XIXe siècle[19]. Dans le domaine médiatique, la production est particulièrement abondante, ce pourquoi il faudra travailler par études de cas.

Quelques pistes ont été envisagées. Le travail de thèse, consacré principalement à un magazine en particulier a montré un certain nombre de limites. Il semble que, dans le contexte médiatique, l’approche par thématique soit plus féconde car elle permet de mettre en relief des effets de circulation médiatique qui sont autant d’indicateurs de la réception par les femmes des éléments transmis. L’étude de la circulation permet également de revenir aux « origines » de l’écriture d’une thématique, d’un récit ou d’une formule visuelle permettant souvent d’enrichir sa compréhension.

Première piste d’études de cas

Transformations des savoirs liés à la grossesse

La première piste est de consacrer une étude à l’ouvrage de Laurence Pernoud « J’attends un enfant » consacré à la grossesse, édité depuis 1956 et mis à jour chaque année. Un tel corpus permettrait d’étudier l’évolution des conseils et des connaissances concernant la grossesse[20] et transmises aux femmes sur une période de cinquante ans et d’analyser ce qu’ils nous apprennent sur les évolutions des catégories de genre. Un travail de comparaison sur la circulation de ces savoirs sera effectué à partir de la presse féminine et familiale mais aussi sur la période très contemporaine, à partir d’une sélection de blogs consacrés à la question.

Cadres méthodologiques

L’approche historique entreprise dans la thèse est poursuivie et fournit la méthodologie centrale du projet de recherche. Les images, selon les cadres de l’histoire visuelle, sont la porte d’entrée pour comprendre les enjeux de la transmission des savoirs. Cependant et selon l’expérience acquise avec la thèse, le travail en interdisciplinarité est de mise.

L’économie des médias permet de considérer ces différents supports comme des objets économiques. Elle rend attentive à l’articulation entre le développement des récits et la diffusion des savoirs et le développement industriel et sa médiatisation. Cette dernière implique une écoute nécessaire du public qu’il faut observer pour percevoir à la fois la manière dont sont considérées les femmes à un moment donné et de l’autre la manière dont elles poussent les industriels à les écouter. L’écriture en ligne mobilise une économie nouvelle qu’il faudra par ailleurs décrire. Quels sont les liens sociaux et économiques qu’entretiennent annonceurs, industriels et blogueuses par exemple ?

Les sciences de l’information et de la communication donneront des outils méthodologiques pour observer les différents médias que sont la presse, les encyclopédies domestiques et les blogs. Elles permettent de considérer ces productions dans des schémas de communications et rendent attentif aux enjeux de production et de réception de celles-ci.

La sociologie de la culture invite quant à elle à considérer la complexité des pratiques culturelles incarnées par ces objets issus des industries culturelles. Objets de connaissances, de socialisation de genre, mais aussi objets normatifs. Elle permet par ailleurs, grâce aux apports des études de réception, de dépasser la vision aliénante d’un objet culturel au profit d’une vision plus complexe. La sociologie des rapports sociaux de sexe permet, quant à elle, de considérer le féminin dans un rapport social et dans une articulation de genre.

D’ailleurs, le concept de genre est le fondement de ce projet. Le genre est considéré, ici, comme une construction sociale et un rapport social de sexe à historiciser. Il sera associé, dans une visée intersectionnelle aux catégories de classe, de race, d’âge et de sexualités.

Premières questions

Au sujet du genre : quels savoirs pour quelles normes de genre ?

Cette enquête impose de réfléchir à la notion de « savoirs féminins » à partir de travaux existants comme ceux de l’ethnologue Yvonne Verdier[21], de l’anthropologue Véronique Nahoum-Grappe[22] ou de la sociologue Evelyne Sullerot[23] par exemple. Chacune à leur manière, elles ont abordé la catégorie du féminin, par les pratiques rituelles, par les rôles sociaux ou par les justifications biologiques développées pour composer le genre. Par ailleurs, institutionnellement en France, ces savoirs ont fait l’objet d’une transmission scolaire sur laquelle nous pourrons revenir[24]. Sur chacun des supports abordés comment cette catégorie est-elle pensée ? Quels sont, tout au long du XXe siècle, les catégories de savoirs et les savoirs transmis ? Que disent-ils des conceptions de genre véhiculés par ces supports ? Quelles normes de genre impliquent ces savoirs ?

Comment émergent ces savoirs ? Comment deviennent-ils des sujets médiatiques ? Quels sont ces savoirs et quelles images sont mobilisées pour les diffuser ?

Comment sont-ils articulés au progrès scientifique ? Quels sont les liens avec les industries ?

Comment ces savoirs circulent-ils ? Quels jeux d’acteurs sont à l’œuvre?

Quels récits de genre sont développés ? À partir de quelles justifications ces savoirs sont-ils associés au féminin ? Comment sont-ils investis par les femmes ?

En ligne, les femmes, « amateures » parlent en s’affranchissant du filtre de la professionnalité (journalistique, écrivaine…)et pour une partie des enjeux économiques, quels savoirs ces femmes transmettent-elles ? Quelles images mobilisent-elles ? Le mode de transmission change-t-il ? Sur quelles normes de genre s’appuient-elles ? S’émancipent-elles ? Observe-t-on des voies plus diverses (sexualités, race, classe, âge) que ce qui est produit par les industries culturelles ?

Posture

Avec ce projet, il s’agit de se situer du point de vue de la compréhension du rôle et de la fonction de ces objets dans la vie quotidienne des femmes et dans la construction de leur identité sexuée. Cette vision est aussi une posture de chercheuse en études de genre, qui se positionne du côté des femmes et de ce qu’elles font de ces savoirs dits féminins, entre appropriation et détournement.

Il s’agit par ailleurs de ne pas déconsidérer ces savoirs et de les neutraliser à terme. En cela, cette étude s’inscrit dans une perspective féministe, par la revalorisation des savoirs quotidiens, dévalorisés parce que détenus et transmis par des femmes alors que nécessaires à la vie quotidienne et reposant sur un certains nombres de connaissances qu’il faut identifier pour les légitimer.

Au sujet des images et de leurs rôles dans la transmission des savoirs et des normes

L’usage pédagogique des images fixes a été étudié en contexte scolaire[25] comme les images cinématographiques[26]. L’intérêt de ce projet est de compléter ces travaux au prisme du genre et sur des supports issus des industries culturelles, au sein desquels le divertissement et la mise à récit ont toute leur place.

Cette enquête vise également à poursuivre la réflexion épistémologique sur le rôle des images en histoire mais également sur la compréhension des usages des images dans le contexte médiatique. Si les images participent, dans la presse féminine par exemple, à la mise en récit, peut-on affiner et observer plus précisément leurs rôles dans la transmission des savoirs ? Représentent-elles les pratiques décrites ? Les modèles de féminité visées ? Les étapes d’une activité ? Que se passe-t-il pour la lectrice ? Peut-on aller au-delà d’une fonction illustrative[27] des images ?

Avec ce projet de recherche, il s’agit de penser le genre comme un récit qui se co-écrit dans l’espace médiatique « traditionnel » mais également interpersonnel. Cette écriture sera abordée au travers des savoirs féminins et de leurs transmissions.

[1] Sylvie Octobre, « La socialisation culturelle sexuée des enfants au sein de la famille », Cahiers du Genre, n° 49, no 2, 1 novembre 2011, p. 55‑76.

[2] Marie Duru-Bellat, « La (re)production des rapports sociaux de sexe : quelle place pour l’institution scolaire ? », Travail, genre et sociétés, no 19, 2008, p. 131‑131.

[3]Carole Brugeilles, Syvlie Cromer, Analyser les représentations du masculin et du féminin dans les manuels scolaires – Ceped. URL : http://www.ceped.org/fr/publications-ressources/editions-du-ceped-1988-2012/les-clefs-pour/article/analyser-les-representations-du

[4] Mona Zegaï, « La mise en scène de la différence des sexes dans les jouets et leurs espaces de commercialisation », Cahiers du Genre, n° 49, no 2, 1 novembre 2011, p. 35‑54.

[5] Sylvie Cromer, Carole Brugeilles, Isabelle Cromer, Comment la presse pour les plus jeunes contribue-t-elle à élaborer la différence des sexes ? Tome 2 : Les magazines pour enfants. Paris, Cnaf « Dossiers d’études », n° 104, 2008.

[6] Christine Détrez, « Il était une fois le corps….La construction biologique du corps dans les encyclopédies pour enfants », Sociétés contemporaines, n° 59-60, 2005.

[7] Doriane Montmasson, La réception de la littérature de jeunesse par les enfants : une fenêtre ouverte sur le processus de socialisation, thèse de doctorat en Sciences de l’Education de Sorbonne Paris Cité, sous la direction de Régine Sirota, 2016.

[8] Valérie Cossy, Fabienne Malbois, Lorena Parini, Silvia Ricci Lempen, « Imaginaires collectifs et reconfiguration du féminisme », Nouvelles Questions féministes « Figures du féminin dans les industries culturelles contemporaines », n°1, 2009, p. 4-12.

[9] Janice Radway, « Lectures à « l’eau de rose ». Femmes, patriarcat et littérature populaire », Politix, n° 51, 2000, p. 163-177 (1ère ed : 1984). URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polix_0295-2319_2000_num_13_51_1108

[10] Michel De Certeau, L’Invention du quotidien, (1) Arts de faire (1980), Paris, Gallimard, 1990.

[11] Fanny Lignon (dir.), Genre et jeux vidéo, Toulouse, Presses universitaires du Midi, coll. « Le temps du genre », 2015.

[12] Erwin Goffman, « La ritualisation de la féminité, Actualités de la recherche en sciences sociales », Actes de la recherche en Sciences Sociales, no 14, 1977, p. 34‑50.

[13] Le terme « encyclopédies domestiques » a été choisi pour décrire l’ensemble des publications destinées à donner des connaissances pour gérer le quotidien. Elles peuvent être généralistes et traiter de plusieurs sujets par chapitre (cuisine, arts ménager, puériculture, sexualité ou vie de couple, etc.) ou spécialisées et se focaliser sur une seule de ces thématiques. Ce terme ne décrit pas des publications d’une période en particulier mais une catégorie en général. Il faudra définir les contours précis de cette catégorie.

[14] Nathalie Sonnac, « Médias et publicité ou les conséquences d’une interaction entre deux marchés », Le Temps des Médias, n° 6, 2006, p. 49-58. URL : http://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2006-1-page-49.htm

[15] Agnès Fine, « À propos du trousseau : une culture féminine ? », Michelle Perrot (dir.), Une histoire des femmes est-elle possible ?, Paris, Rivages, 1984, p. 155-188 ou Agnès Fine, « Écritures féminines et rites de passage », Communications, vol. 70, no 1, 2000, p. 121‑142.

[16] Par exemple : Sidonie Naulin, « La blogosphère culinaire », Réseaux, n° 183, 2014, p. 31-62. URL : www.cairn.info/revue-reseaux-2014-1-page-31.htm ou Agnès Rocamora, Djurdja Bartlett, « Blogs de mode : les nouveaux espaces du discours de mode », Sociétés, n° 104, 2009, p. 105-114. URL : http://www.cairn.info/revue-societes-2009-2-page-105.htm.

[17] Marlène Coulomb-Gully, « Inoculer le Genre », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 4, 2014. URL : http://rfsic.revues.org/837 ; DOI : 10.4000/rfsic.837

[18] Alexie Geers, « Bnf ou brocante ? », L’appareil des apparences, 20 avril 2012. URL : https://apparences.hypotheses.org/770

[19] Voir quelques pistes en annexes de la thèse.

[20] Sur la question : Anne Cova, « Où en est l’histoire de la maternité ? », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n° 21, 2005, p. 189-211. URL : http://clio.revues.org/1465

[21] Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire : la laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 1979.

[22] Véronique Nahoum-Grappe, Le Féminin, Paris, Hachette, col. « Questions de société », 1996.

[23] Evelyne Sullerot, Le fait féminin. Qu’est ce qu’une femme, Paris, Fayard, 1978.

[24] Joël Lebeaume, L’enseignement ménager en France. Sciences et techniques au féminin, 1880-1980, Paris, PUR, 2014.

[25] Anne Rénonciat, Voir/Savoir. La pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé, CNDP-CRPD, 2011.

[26] Valérie Vignaux, « L’éducation sanitaire par le cinéma dans l’entre-deux guerres en France », Sociétés et Représentations n° 28, 2009, p. 67-85. URL: http://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2009-2-page-67.htm

[27] André Gunthert, « L’illustration, ou comment faire de la photographie un signe », L’Atelier des icônes, 12 octobre 2010. URL : http://culturevisuelle.org/icones/1147


6 réflexions au sujet de « Transmissions des savoirs liés à la grossesse et à l’accouchement : Collecte pour un nouveau projet ! »

  1. Bonjour, c’est un vraiment un sujet super interessant ! je travaille pour ma part sur les travaux d’aiguilles et la presse d’ouvrages sous la direction de Bibia Pavard mais j’aimerai beaucoup échanger avec vous à l’occasion sur votre nouveau sujet =)

  2. « pour une naissance sans violence » leboyer
    « Naitre et sourire » This
    « la fabrique de filles » Rogers , Thébaud

  3. Bonsoir,
    C’est un super sujet oui.

    « Pour une naissance heureuse » Isabelle Brabant
    « Le guide de l’accouchement naturel » Ina May Gasking
    « Naître tout simplement » Jacqueline Lavillonière
    « La méthode Bonapace » Julie Bonapace

    J’ai l’édition 2005 de « J’attends un enfant » si ça vous ne l’avez pas déjà..

  4. Bonjour,
    J’ai l’encyclopedie « La femme medecin du foyer », d’Anna Fischer, Maison d’Editions Populaires, Suisse, 1940, qui consacre un chapitre a la grossesse (pp 269-321), un chapitre a l’accouchement (pp 322-385), l’allaitement (pp 386-415). Vendu en France par la librairie de l’etoile a Paris (et achete sur une brocante en Belgique!).
    D’autre part, ce qui a contribue a me donner des informations alternatives sur la grossesse, pour mon premier accouchement en 2005 (a domicile), ce sont des sites internet type « alternatives.be », les auteurs Ina May Gaskin, Isabelle Brabant, Michel Odent et l’excellente « Liste Naissances » tenue par Bernard Bel, sociologue, malheureusement fermee, mais j’imagine qu’il aura conserve les archives. Il y avait aussi un forum de mamans planifiant des AAD sur Magic Maman.
    Desolee, j’ecris depuis un clavier qwerty dont pas d’accents. je suppose que le site vous donnera acces a mon adresse e-mail car je risque d’oublier de suivre cette discussion… Bon travail!
    Fanny

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *