Cachez ce sein que je ne saurais voir

Publicité Coco Mademoiselle, Chanel, Version française, in Biba, mars 2010 (page 2/2)

Publicité Coco Mademoiselle, Chanel, Version française, in Biba, mars 2010 (page 2/2)

Publicité Coco Mademoiselle, Version américaine, in Vogue, février 2010

Publicité Coco Mademoiselle, Version américaine, in Vogue, février 2010

Deux versions d’une même publicité, Coco Mademoiselle de Chanel, avec pour modèle Keira Knightley. Une version française, extraite de Biba, mars 2010 ; une version US, extraite du Vogue USA, février 2010.

Sur la première (extrait de la publicité en réalité en double page) le chemisier tombe négligemment pour découvrir la poitrine, une bretelle cache l’extrémité du sein droit, le gauche étant caché par le bras.
Sur l’autre, le chemisier, bien que transparent et laissant deviner la poitrine, cache la peau.

Le drapé du chemisier au niveau des bras, les positions des mains, la place du collier ou encore des cheveux sont autant d’éléments qui me poussent à dire que ces deux images sont issues d’une même prise de vue.

Cependant la version américaine a nécessité une retouche spécifique pour rhabiller le modèle.
D’ailleurs on voit bien sur la seconde image que la peau du modèle est plus claire, plus blanche, ce qui montre que le retoucheur a sans doute désaturé le magenta pour obtenir un chemisier bien blanc, lorsqu’il a fabriqué la version américaine.

Il est intéressant de noter la double version de cette publicité, ajustée en fonction de son public de destination.

 

Voir aussi sur cette image : http://culturevisuelle.org/totem/81


10 réponses

  1. Patrick Peccatte dit :

    Et sur la version américaine, la poitrine semble plus petite, ce dont l’actrice ne fait pas mystère :
    http://www.keiraknightley.com/articles/my%20flat%20chest%20is%20a%20turn-off/
    http://www.keiraknightley.com/articles/breasts%20mocked%20in%20new%20film/
    Tandis qu’elle est retouchée sur la version française :
    http://culturevisuelle.org/totem/81

  2. Erwan dit :

    On retrouve un peu la même logique avec les publicités pour “Dior Addict”, qui sont simplement cadrées différemment (de façon plus ou moins choquante en somme). Mais je crois avoir lu quelque part que ça dépendait moins du pays que de la publication dans laquelle ça doit apparaître. On en parle ici, tiens :
    http://www.lapanse.com/pages/pubs/dior/index.html

    En revanche, les versions diffusées au Moyen-Orient peuvent faire l’objet d’un recadrage plus serré, comme je l’indique dans mon analyse pour “J’adore”. Et il est clair, à te lire, que la retouche est une option de plus dans le jeu des publicitaires.

  3. Valentina Grossi dit :

    Je pense d’ailleurs que dans la première photo il y a une erreur due à la retouche: le bout de tissu blanc qui sort de ses cheveux à gauche n’est pas attaché au chemisier, vu que ce dernier tombe sur le dos de Keira. On voit bien qu’au contraire, à droite, il était partie du chemisier…

  4. Julien Souloumiac dit :

    Je doute fortement que la version du vogue soit simplement la version habillée de biba.

    Le magenta de la peau n’est pas vraiment probant, tant la chromie varie d’un document jpeg à un autre, plus encore sur le net. Il suffit de voir la même image, postée par André, pour constater que le rendu de la peau est beaucoup moins mage.

    Et surtout; habiller ou déshabiller un modèle sont des opération beaucoup trop complexes et périlleuses pour qu’un client, un DA et même un photographe acceptent de s’en remettre à la retouche pour une campagne d’une telle importance. Qu’il s’agisse de déshabiller un modèle ou de recréer ainsi la matière et le volume d’un drapé, un tel travail de retouche me semble impossible sans plusieurs prises de vues.

    Alors, comme le note justement Alexie, la position du visages et des mains étant assez similaire, il me semble plus plausible d’envisager que deux version de l’image ait été prévue dès la capture, une vétue, et une déshabillée, et que deux à plusieurs captures aient ensuite été utilisées pour adapter l’image au public visé

    C’est en tout cas ce qui me semble le plus plausible

    La comparaison des deux versions permet en revanche de confirmer une modification de la poitrine d’une version à l’autre
    (voir par ailleurs un souci de sources que je signale sur le post d’andré, là http://culturevisuelle.org/totem/81/comment-page-1#comment-411),
    que la courbe de la bretelle gauche rend encore plus évidente

  5. Des années que je lis cette citation du “Tartuffe” de Molière reproduite avec cette même erreur. La citation est celle-ci : “Couvrez ce sein que je ne saurais voir./ Par de pareils objets, les âmes sont blessées,/ Et cela fait venir de coupables pensées.” Puisque votre article traite de la retouche d’image, j’imagine que vous serez sensible à la citation originale.

  6. Alexie Geers dit :

    @Pierre Ménard: merci d’avoir corrigé cette citation, car en effet la totalité de celle-ci est très éclairante!

  7. En tout cas il y a un sacré boulot de retouche. Je suppose que le shoot à été fait sans le chemisier puis ce dernier
    à été rajouté pour ne pas choquer nos amis d’outre-atlantique. Ca se voit au niveau de la bretelle de gauche, sur l’image
    sans chemisier, la bretelle passe sur le sein et crée une vrai ombre qui épouse la forme du sein, par contre sur l’image des américains, on sent le détourage de la bretelle et une ombre un peu plus droite.
    Ce n’est que mon avis….

  8. nez en moins dit :

    Pourquoi faire simple si le compliqué rapporte davantage ?

    Outre les différences déjà signalées :

    les ombres du collier sur la peau.. ou sur le vêtement…

    À mon avis, il a suffit de choisir 2 photos … parmi des dizaines !

  9. la souris dit :

    Je ne suis pas assez connaisseuse pour discuter de l’aspect technique de l’affaire, mais l’adaptation au public me paraît de toutes façons plus passionnante à interroger. Ne pourrait-on voir dans ces deux versions d’une même publicité le recours à deux formes d’érotisme différentes ? La version américaine dénude moins mais dévoile peut-être plus : la peau blanchie par le chemisier me fait en effet penser aux dessins publicitaires à l’époque où les pin-ups étaient de sortie dès qu’il y avait quelque chose à vendre. Après tout, dans les deux cas la bretelle noire, cachant moins qu’elle ne montre ostensiblement qu’il y a quelque chose à cacher, a été conservée…

  1. 19 mars 2010

    […] una volta smascherate, ci fanno conoscere qualche interessante verità. Ecco finalmente un esempio, scovato dalla blogger francese Alexie Geers. Qui Photoshop interviete non sul piano estetico ma su quello […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.