Marie-Claire sans retouches?

Un an tout juste après Elle et ses stars photographiées «sans fards, sans maquillage, sans retouches» par Peter Lindbergh, Marie-Claire, nous promet, pour son numéro d’avril 2010, un numéro «100% sans retouches».

Elle, avril 2009, "Stars sans fards, sans maquillage, sans retouches" (Monica Belluci)

Elle, avril 2009, “Stars sans fards, sans maquillage, sans retouches” (Monica Belluci)

Marie-Claire, avril 2010, Une, "Numéro 100% sans retouches" (Louise Bourgoin)

Marie-Claire, avril 2010, Une, “Numéro 100% sans retouches” (Louise Bourgoin)

Selon Christine Leiritz, directrice de rédaction et éditorialiste, « nulle retouche, pas de tricherie »[1] dans ce numéro, pensé comme un pied de nez à la proposition de loi de Valérie Boyer[2]:  «Ce que nous voulons montrer est limpide. Marie-Claire n’offre pas une «représentation erronée de l’image du corps dans notre société» comme le craint la députée, à grand coup de logiciels de retouche, de castings de filles maigrissimes et d’injonctions à maigrir. Marie-Claire, pas plus, n’offre à ses lectrices une image réductrice d’une beauté unique et d’une jeunesse éternelle».

Une petite observation dudit magazine s’impose au regard de ce discours.

La directrice de rédaction mentionne que «les publicités ne sont pas concernées» par la non-retouche, seules les photographies dites éditoriales participent au défi. Or sur les 322 pages que comporte ce numéro, 123 sont des publicités pleine page: 30% du magazine échappe donc à la «non-retouche», donnant au numéro un aspect visuel tout à fait proche de ce dont on a l’habitude.

L’éditorialiste en a d’ailleurs parfaitement conscience «Pas sûr, même, que si nous n’avions pas ajouté la mention “photos non retouchées” vous auriez perçu un quelconque changement»…

Prêtons attention au 70% restant et aux «photographies non retouchées».

Tout d’abord, que signifie «sans retouche»? A quel moment commence la retouche d’une photographie? Au moment de l’éclairage qui unifie le visage et qui gomme les pores? Au moment du choix d’un noir et blanc légèrement surexposé? Au moment de la chromie qui elle aussi peut se révéler avantageuse? Ou plus généralement avec l’utilisation de la palette graphique et des outils de modifications numériques?

Bien entendu la rédaction de Marie-Claire entend la retouche dans son acceptation la plus courante (voir le débat sur le Worldpress[3]), la retouche numérique soit toutes les modifications que l’on peut faire sous Photoshop, mincir les modèles, effacer rides et boutons…

Pourtant les photographes n’ont pas attendu Photoshop pour donner à leurs modèles l’apparence la plus avantageuse. Ainsi si l’on regarde de plus près  la page 227 (dossier mode), bien que l’image n’ait peut-être pas subie l’action d’une gomme, il est certain que par le travail du photographe, une partie des “défauts” si souvent traqués dans la presse féminine, disparaissent d’eux-mêmes sous l’effet de l’éclairage et du noir et blanc. Sans évidemment parler du choix du modèle, lui aussi capital.

Dossier mode "Peps un the city", in Marie-Claire, avril 2010, numéro 100% sans retouches, page 227

Dossier mode “Peps un the city”, in Marie-Claire, avril 2010, numéro 100% sans retouches, page 227

Ainsi on comprend aisément que la construction d’une image photographique se fait autrement qu’en retouchant.

A la lecture de l’éditorial de Christine Leiritz, un second point me semble intéressant:  c’est la volonté de prouver que le magazine ne donne pas d’ «injonctions» à maigrir ou à l’éternelle jeunesse. Cependant, quels articles peut-on lire: “Nouvelles crèmes minceur” (p. 193), “Médecine esthétique, des nouveautés futées” (p. 204 ), ou encore “Aides minceur à dévorer” (p. 285)… soit des articles en complète opposition avec le discours de la rédaction voulant montrer des femmes qui s’assument et qui sont bien dans leur peau.

D’ailleurs, en regardant l’illustration de l’article sur “les nouvelles crèmes minceurs” (p. 193), on peut voir une image de quatre modèles très minces, qui dans un numéro traditionnel et “retouché” auraient subi un remodelage des cuisses pour les …rendre plus rondes ! En définitive, dans cet exemple, la version sans retouche montre des corps plus minces que si l’image avait été retouchée.

"Nouvelles crèmes minceur", in Marie-Claire, avril 2010, numéro 100% sans retouches, page 193.

“Nouvelles crèmes minceur”, in Marie-Claire, avril 2010, numéro 100% sans retouches, page 193.

Ce qui fait réfléchir à la place du discours. Si l’image a une place importante dans la presse féminine, il ne faut pas oublier la diversité du discours proposé par celle-ci. Comme nous l’avons dit plus haut, il y a 123 pleines pages de publicités, dont par exemple 49 pages pour la cosmétique (crèmes, maquillage, complément alimentaires “beauté”) vantant les mérites de produits censés «activer la jeunesse» ( Lancôme, Généfique), «camoufler les imperfections» (Séphora, BareMinerals), lisser les capitons et resculpter (Elancyl, Offensive cellulite),  «amincir jusqu’à 20%» (Somatoline Cosmetic, Traitement amincissant intensif )…

On peut alors se demander ce que retient la lectrice du feuilletage de ce magazine «spécial»?

Car si les images ne sont pas «retouchées», au sens «modifiées sous Photoshop», elles sont pourtant bel et bien travaillées, fabriquées, composées. D’autre part la coexistence d’article sur la minceur, sur la quête de perfection n’a pas disparu, ni les publicités du même ordre. Ce qui remet a priori en question l’idée de la rédactrice selon laquelle «Ce ne sont pas les images qui créent des schémas sociaux, comme cette proposition de loi veut nous le faire croire, mais les schémas sociaux qui se reflètent sur ces images».[4]


[1] LEIRITZ Christine, “Pas (re)touche!”, edito in Marie-Claire, avril 2010, page 30.

[2] Proposition de loi relative aux photographies d’images corporelles retouchées, http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion1908.asp

[3] GUNTHERT André, “Le détail fait-il la photographie”, L’Atelier des icônes, 7 mars 2010, http://culturevisuelle.org/icones/447

[4] LEIRITZ Christine, “Pas (re)touche!”, art. cit.



8 réponses

  1. “Ce qui fait réflechir à la place du discours. Si l’image a une place importante dans la presse féminine, il ne faut pas oublier la diversité du discours proposé par celle-ci”…

    Ce qui n’est pas simple dans cette question de l’articulation du discours et de l’image, c’est qu’elle se joue au moins sur deux niveaux : ce qu’on fait dire aux images par les textes autour (leurs légendes etc.) ;
    mais aussi les discours culturels construits sur un type ou corpus d’images (images de pubs ; images d’actualité etc.).

    Dans les cas que tu nous montres, c’est souvent un discours culturel sur un corpus d’images complètement mis en défaut par ce que, par ailleurs, la rédaction fait dire aux mêmes images publiées, répétées à l’envie (et la répétition fait partie du message) par les textes qui les accompagnent…
    Soit on ment impunément soit on est complètement schizophrénique !! 😉
    Et en plus, ça marche du côté de la réception…!

  2. Mauro dit :

    Sorry for the English but my written french is pretty poor.

    What we have here is an interesting nuance in the attempt to reestablish a visual objectivity. The idea that mockery comes exclusively from digital retouching negates the profound subjectivity of each image (or visual composite). An immediate association that I’ve made after reading this interesting article that connects, in my view, with the recent world press photo disqualification: http://www.worldpressphoto.org/index.php?option=com_content&task=view&id=1819&Itemid=50&bandwidth=high

    I would classify the reported case as a subtle example in Visual Neo conservatorism.

    BTW thanks for pointing this out. I’m quite happy to have “discovered” your service.

  3. “La construction d’une image photographique se fait autrement qu’en retouchant”: tout à fait juste. La retouche n’est qu’un outil parmi d’autres de la construction de l’image (ou de la manipulation du réel). Le film Dove Evolution montrait bien la continuité entre maquillage et retouche, comme un seul et même moyen appliqué successivement à la surface de la peau puis à sa copie sur écran. Une des grandes astuces de la doxa (WorldPress, Perpignan…) est d’avoir compris que mettre l’accent sur la retouche permettait de glisser sous le tapis tous les autres moyens de préparer ou de corriger l’image. Dont le plus simple, mais pas le moins efficace, est encore la légende…

  4. Alexie Geers dit :

    Merci pour vos différentes remarques!
    En effet je pense qu’en pointant le viseur sur la retouche et en la condamnant, la “doxa” (j’adore!)réaffirme une forme d’objectivité de la photographie nécessaire à soutenir leur discours…

  1. 19 mars 2010

    […] Leiritz, directrice de rédaction et éditorialiste, « nulle retouche, pas de tricherie »[1] dans ce numéro, pensé comme un pied de nez à la proposition de loi de Valérie Boyer[2]:  «Ce […]

  2. 19 mars 2010

    […] Marie-Claire sans retouches ? 19 mars 2010 http://culturevisuelle.org/apparences/2010/03/15/marie-claire-sans-retouches/ […]

  3. 9 avril 2010

    […] Marie-Claire sans retouches ? (Culture visuelle 15/03) – « Marie-Claire, nous promet, pour son numéro d’avril 2010, un numéro “100% sans retouches” […] Si les images ne sont pas “retouchées”, au sens “modifiées sous Photoshop”, elles sont pourtant bel et bien travaillées, fabriquées, composées. » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.