Un an de Causette

Voici un an qu’est né Causette, titre plutôt à part dans le paysage de la presse féminine. Cette revue se veut « plus féminine du cerveau que du capiton » et souhaite s’adresser aux femmes autrement qu’en leur parlant de leur cellulite, de leurs régimes ou du prochain it-bag » et finalement, en évoquant des sujets basés sur autre chose que sur leur apparence.

Exit les conseils en tout genre pour devenir in, mince, belle, décomplexée, sexuellement dans le coup tout en gérant les petits pots du dernier, Causette aborde la politique, l’actualité de manière sérieuse, sans toutefois laisser tomber l’humour. Féministe aussi et développant une manière nouvelle de s’adresser à un public genré mais pas forcément hétéro normé ; Causette parle de corps, de corps sexué, de sexualité, mais peu d’enveloppes et de normes où alors pour y échapper, dans la droite lignée de 68, on peut d’ailleurs s’en rendre compte en voyant la toute première Une, particulièrement explicite !

Causette, mars-avril 2010, #7, Une

Causette, mars-avril 2010, #7, Une

Aussi cette politique éditoriale est visuellement très repérable, feuilleter Causette est une expérience bien différente qu’avec n’importe quel autre titre !  Il n’y a d’abord pas de publicité (ou à peine, une page par numéro en moyenne !), ce qui supprime de facto tous les corps lissés et stylisés dont l’industrie cosmétique nous abreuve. Ce qui évacue aussi la double publicité proposée d’ordinaire implicitement par les rédactions. D’autre part on remarque la présence du corps masculin, souvent absent de la presse féminine majoritaire.

L’image est très présente, sous forme de photographies ou de dessins et pour preuve les Unes très caractéristiques, avec figure féminine tout de même. Ces images montrent des corps différents, des physionomies hétérogènes, traités avec humour et laissant de côté l’aspect séducteur  et glamour qu’on connait.

Causette est différent et cela passe par l’image, différente elle-aussi.


1 réponse

  1. LaLi dit :

    Très belle revue, plus de 100 pages !, et -soulignons le encore- une seule page de pub !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.