Une image, mille propositions

Pour essayer de comprendre la place du texte, en particulier des titres et des slogans dans la presse féminine, voici un petit jeu !
Chacune de ces propositions texte-image nous montre la manière dont le texte oriente la lecture de l’image.
Ce n’est a priori pas dans l’image que se trouve le sens. Ou plutôt l’image contient une multitude de sens que le texte vient resserrer.


16 réponses

  1. Olivier Beuvelet dit :

    Simple et très efficace, merci Alexie !
    J’aime beaucoup le mot “resserrer” car il évoque un travail de cadrage, je crois que le texte agit ainsi sur le regard du spectateur, comme le doigt de l’admoniteur et comme un mouvement du cadre qui oriente l’interprétation de l’image.
    Ce qui me frappe aussi, c’est que le texte se replace toujours sous l’image, comme s’il devait être en premier… il n’illustre pas l’image, il est illustré par elle… Même lu après la découverte de l’image, il apparaît comme premier, qu’il soit titre, légende ou commentaire, il suppose un reour “orienté” vers l’image… comme le cadre chez Alberti, il semble être à l’origine de la représentaion …

  2. Lorraine dit :

    j’adore! super efficace, je le réutiliserai avec mes étudiants si tu m’y autorises…

  3. Didier Roubinet dit :

    On n’est pas loin de l’effet Koulechov…

  4. Sylvain Maresca dit :

    Les deux premières propositions font davantage ressortir le texte, et donc lui conditionnent davantage notre “lecture” de l’image, parce qu’il est disposé à gauche et que, par conséquent, c’est par ce texte que nous abordons l’ensemble de la page. Un texte placé à droite, voire, comme le dernier, en bas à droite, n’est pas premier dans notre perception.

  5. Alexie Geers dit :

    @Lorraine: pas de souci, j’en ai plein d’autres si tu veux 😉
    @Sylvain: et pour vous, du coup, ça ne marche pas ? je veux dire, vous voyez l’image avant le texte et ça ne vous guide pas dans une lecture de celle-ci ? ça m’intéresse de le savoir parce que j’aimerais comprendre si les choses opèrent de la même manière pour tout le monde 😉
    @ Didier: c’est l’effet Koulechov version texte/image à la place d’image/image, en effet !

  6. Patrick Morel dit :

    @ Didier Roubinet : L’effet Koulechov me semble être d’un autre ordre. Dans les exemples proposés, nous avons une image polysémique qui se trouve “orientée” par un texte, alors que Koulechov fait émerger un sens par la juxtaposition de deux indéterminations.
    @ Sylvain Maresca : Plus que la place du texte, c’est sa lisibilité par rapport au fond qui donne sa force à la première et à la quatrième proposition. la proposition deux cumule plusieurs “erreurs” de maquette : Les textes sont rarement calés sur deux fonds différents pour des problèmes de lisibilité, pour la même raison un mot ne doit pas être coupé par un benday (atout), la justification du texte est trop longue, etc
    Mais c’est vrai que “l’image contient une multitude de sens que le texte vient resserrer.” Ce vieux principe est utilisé tous les jours dans les rédactions. Willy Ronis avait quitté Rapho pour cette raison. Il déplorait de ne pouvoir contrôler les légendes accompagnant ses images dans la presse américaine.

  7. Olivier Beuvelet dit :

    @ Sylvain,

    Si le texte n’est pas premier dans notre perception, ne le devient-il pas toujours dans notre interprétation ? Certes il y a une différence d’effet selon la taille, la place et la nature du texte… mais la structure n’est-elle pas à chaque fois la même ?
    On peut dire que le texte modifie notre perception de l’image mais je crois que l’inverse n’est pas vrai… parce qu’entre l’image et le texte, l’image est la plus souple. Le texte s’apparenterait davantage au cadre qui la tient, qui formule déjà un propos (cadrage) et où l’on inscrit généralement le titre… Dans un récit illustré par exemple, on cherche à retrouver le passage illustré quand ce passage n’est pas directement repris sous l’illustration, entre guillemets, par l’éditeur… L’image ne sort de son indécision qu’à être ramenée, plus ou moins directement, à un propos qui apparaît comme son origine. Ici, c’est l’origine de l’image qui change à chaque fois, elle semble venir d’un nouvel endroit, exprime une nouvelle idée ou une nouvelle émotion.
    La mention de l’effet Koulechov exprime bien cet ordre, puisqu’il suppose que le texte revient toujours avant l’image. Dans l’effet Koulechov, le premier plan apparaît après coup comme un propos, l’expression d’un désir, concernant le second qui est l’image, le thème sur lequel le premier plan porte un propos… L’analogie est intéressante.

  8. Sylvain Maresca dit :

    @ Alexie et Olivier : Lorsque le texte s’annonce dès la gauche de la mise en page, et qu’il est clairement mis en évidence, je le lis avant même d’avoir porté son regard sur l’image. Lorsqu’il vient “après”, c’est-à-dire à droite ou en dessous, je vais le chercher parce que je sais bien qu’il doit y avoir une légende ou un titre pour cette image, et qu’elle ne m’est pas proposée telle quelle. Mais cette fraction de seconde et d’incertitude a suffi à m’installer dans une posture moins docile de spectateur – c’est du moins ce que je m’imagine.

  9. Thierry dit :

    On est dans tous les cas dans une posture moins docile de spectateur lorsque l’on associe un texte à une image par la mise en page que lorsque l’on est en face du dispositif cinématographique. Au cinéma l’association des plans crée une relation de même nature au travers de la continuité narrative et de l’impression de réalité propre à l’expression cinématographique. On est happé par le film. A l’inverse, certes la légende nous donne à voir la photographie, mais on peut ne lire que le texte ou ne regarder que les images. Si le texte ne correspond pas à l’idée que nous avons dégagé de l’image, il ne changera pas notre interprétation de la photo. Le texte n’est qu’une proposition que l’on peut rejeter. Le montage au cinéma s’impose à nous. Il est d’ailleurs le plus souvent transparent pour le spectateur.
    D’où l’importance de la mise en page soulevée par Sylvain, car la proposition du texte sera sans doute plus forte si nous la découvrons avant d’avoir vu l’image.

  10. Alexie Geers dit :

    @Sylvain et Olivier: merci pour vos remarques, je crois que je comprends mieux !
    Pour moi, le fait de lire le texte avant ou après avoir vu l’image, ne change pas ma compréhension de l’image : je vois cette image qui ne “dit” pas grand chose, lire le texte m’aide à y voir un sens: c’est le cadre dont parle Olivier.
    En revanche, grâce aux remarques de Sylvain, on comprend mieux la conception d’une publicité qui superpose toujours image et texte ! cela créé une situation de lecture simultanée.
    D’autre part et j’en parle un peu plus dans le billet “la confusion par le texte”, la taille de police dans la page a son importance dans la lecture de l’image puisque en fonction de la taille, c’est tel ou tel mot qui vient au regard en premier.

  11. Sylvain Maresca dit :

    Et si les photographes de presse composaient leurs images en prévision du texte qui les accompagnera nécessairement ? Michael Wolf, photographe pour le magazine Stern de 1977 à 2003, explique : “Vers 2002, j’ai réalisé que j’étais totalement conditionné par mon travail pour Stern : en cadrant, j’avais en tête la pliure centrale du magazine, l’emplacement qu’il fallait laisser libre pour le titre, le texte et la légende, malgré moi je ne composais plus de photos, je voyais que des doubles pages dans mon viseur.”
    (extrait d’une interview publiée à l’exposition de sa série “Street Views” :
    http://zoumzoum.blogs.liberation.fr/2008/2011/01/la-photographie-convulsive-de-michael-wolf.html)

  12. @ Sylvain: c’est déjà le cas avant. Les photographes de la fin des années 1960 utilisaient leur boitier chargé en couleur et cadraient à la verticale, en prévoyant la couverture éventuelle que la photographie pourrait faire.

  13. Patrick dit :

    @ sylvain Maresca : C’est le signe d’un bon professionnel. On travaille toujours pour un marché. Les photographes formatent leur travail pour les magazines et les chercheurs pour leurs directeurs de thèse 😉

  14. Thomas C dit :

    A vrai dire, pour moi l’effet Geersechov ne fonctionne pas à tous les coups. Autant “Et si vous osiez” et “La femme de demain sera ambitieuse” m’ont paru tout de suite possibles, autant la crème bust’up et les épaules comme atout séduction m’ont paru immédiatement trop factices.
    (Je n’ai pas vérifié la position du texte dans ces deux cas.)
    Je supposerais plutôt que les deux textes qui “fonctionnent” (pour moi) sont les plus abstraits (ce qui facilite une application étendue ?) et surtout ceux qui s’appuient sur le regard du modèle (un regard qu’on peut en effet trouver a posteriori “audacieux”, et adapté au stéréotype de “celui qui regarde l’avenir”, donc “la femme de demain sera audacieuse”). Ce sont aussi ceux qui se marient le mieux au sépia (plus “intemporel” ?).
    A mon avis, cela montre que l’image n’est pas aussi indéterminée que tu le proposes : elle met moins en avant le décolleté (peu avantageux) et les épaules (à demi cachées) que :
    – le visage (plus “dessiné”, me semble-t-il ? et asymétrique)
    – la taille (cette femme me paraît très grande, avec un cou très haut)
    Si le publicitaire avait voulu une image “votre décolleté vous dit merci”, il aurait recouru à l’inoubliable effet wonderbrachov (regardez-moi dans les yeux…j’ai dit les yeux), or là pas du tout.
    Bien sûr je ne veux pas dire que l’image est monosémique, mais sa polysémie, à mon sens, est quand même orientée. Qu’en penses-tu ?

    Une suggestion aussi, pour améliorer le jeu : placer la légende authentique parmi ses concurrentes factices, de manière indiscernable. Cela permettrait de voir si nous la trouvons mieux appropriée que les autres ou pas.

  15. Alexie Geers dit :

    J’ai mis un peu de temps à répondre à ton commentaire, il m’a posé pas mal de pb !
    je suis d’accord avec toi, ce que je dis n’est pas vrai absolumenent: le texte ne peut pas faire dire n’importe quoi à l’image, à part si le lien est métaphorique (peau sèche = désert).
    C’est d’ailleurs pour ça qu’on fabrique encore des images pour les publicités alors qu’on pourrait recourir tout le temps aux images de stocks et que celles-ci sont hyper construites et très réfléchies (direction artistique, agence de pub, créatifs…)
    En revanche, là où j’ai un pb, c’est que pour toi le coup du décolleté ne marche pas vraiment… alors que même si celui-ci n’est pas wondergonflée, il est plutôt en phase avec les codes du joli decolleté (peau lisse, sein haut perchés, codes définis on est d’accord pas par moi…)
    C’est intéressant et ça pose deux questions difficiles à démêler :
    est ce que mon regard, ma culture visuelle baignée de publicités issues de presse féminine qui fonctionnent sur ce mode m’oriente ds ma lecture ?
    ou
    est-ce que “décolleté” ne signifie pas la même chose pour toi et moi ? pour toi, directement la poitrine d’où ta référence wonder, alors que pour moi le décolleté remonte jusqu’au coup et là cette conception est directement la conséquence des articles de PF et des modes d’emploi de cosmétiques.

  16. Thomas C dit :

    C’est vrai, j’ai forcé le trait sur le “décolleté”, en assimilant décolleté et poitrine. Au fond, je pense que “décolleté” évoque la même chose pour toi que pour moi, mais j’ai fait feu de tout bois pour argumenter mon impression de départ.
    Cela dit mon impression subsiste, quelque chose dans cette image me semble “résister” à certaines légendes. N’y aurait-il pas plus de chose dans l’image, objectivement, que ce que tu es prête à lui accorder ?
    J’ai l’impression que la composition de l’image oriente mon regard vers le haut, donc vers le visage/les yeux. Serait-ce possible de fonder cette impression sur les couleurs/contrastes, le cadrage, la silhouette du modèle ?
    Si c’était le cas, cela indiquerait que ta décomposition analytique de l’image que tu proposes (“peau lisse, sein haut perchés”, et surtout j’imagine proportion décolleté/visage), qui t’a servi à inventer les faux slogans, est incomplète et “manque” une des propriétés objectives de l’image.
    Au fond, peut-être que je critique un des postulats de “culture visuelle” (la discipline, le portail, votre labo, je ne sais pas trop…) : l’importance attribuée au (con)texte sur l’image, se fait-elle au détriment des propriétés “objectives” de l’image ? Mais il est vrai que ces propriétés apparaissent souvent a posteriori…

    Je serais vraiment curieux de ce que ça donnerait si tu en faisais un véritable jeu/enquête : cacher la vraie légende parmi les autres, et faire voter pour celle qui paraît “la vraie”. Si les résultats s’orientaient tous vers la légende réelle, cela prouverait que le lien image/texte est plus fort que tu ne le supposes ici. (sauf en effet s’il y a une question de “compétence”, dans ce cas il faudrait interroger seulement des lectrices de magazines féminins)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.