BNF ou brocante ?

Collection personnelle, Marie-Claire

Faire une recherche sur la presse féminine et sur la culture industrielle – globale, dira-t-on bientôt derrière André Gunthert,  en général, c’est d’abord rencontrer des problèmes d’accès aux sources.

Faire face à leur rareté dans les fonds publics est un premier obstacle. Je consulte un certain nombre de titres à la bibliothèque Forney et au centre de documentation du musée Galliera car ces deux établissements portent un intérêt spécifique à la mode. La presse féminine est conservée principalement dans le but fournir des images aux étudiants en arts décoratifs, en histoire de la mode ou en stylisme. Les titres sont malmenés, considérés par leur contenu et non pour leur matérialité, méprisés d’être des objets populaires. La BNF est l’autre endroit où consulter les magazines féminins. Cependant, ils ne semblent pas avoir fait l’objet d’une conservation systématique  : les collections sont souvent lacunaires ou non-communicables du fait de leur état. Les documents sont inatteignables et la recherche impossible.

Devoir faire avec les aberrations de conservations est le second obstacle. Les difficultés engendrées par la consultation des microfilms avaient été soulevées par Audrey Leblanc dans son billet « Le microfilm, la non-archive de l’image » et je peux réaffirmer ses conclusions lorsque je consulte les premiers numéros de Femina datant de 1901. D’abord le microfilmage est réalisé en noir et blanc et occulte la couleur potentielle : pour travailler sur les images c’est un problème, je n’ai aucun moyen de savoir quelles pages, quelles images sont en couleurs ou non. Ensuite, le microfilmage ne donne pas d’indications sur le format de la publication … et pour finir la publicité a complétement disparu du titre ! Elle est en fait reléguée à la toute fin du microfilm, soit une année entière de publicité entassée à la suite d’une année entière de publication… sans distinction de passage d’un numéro à l’autre. Ayant pour conséquence la quasi impossibilité de travailler sur ces documents. Ils ont été conservés certes, mais ils sont incompréhensibles. Je ne parle pas de la qualité de reproduction des images, médiocre.

Microfilm Femina
Microfilm Femina

Autre expérience. La communication des premiers numéros de Modes et Travaux m’est refusée à cause de leur mauvais état et de leur fragilité. Devant absolument voir ces titres pour le bon déroulement de ma recherche, et ceux-ci n’étant disponibles nulle part ailleurs, je fais une demande de « communication d’hors d’usage », soit une demande exceptionnelle justifiée par l’impossibilité de faire autrement. Ma demande est refusée mais l’on me propose de numériser les premiers numéros pour me permettre d’y accéder malgré tout. Je suis ravie et trouve alors que la BNF fournit un service adaptée à la recherche.

Entre temps, je consulte des numéros de Modes et Travaux un peu plus récents, ils sont reliés en volume par année. Plusieurs difficultés se présentent. D’abord la reliure rend impossible le raisonnement en feuillet, ou le complique sérieusement : je ne peux savoir si une ou les deux faces d’un même feuillet ont été imprimées en couleurs puisqu’en reliant par volume la tranche de chaque titre est coupée. La seule solution est de raisonner avec la numérotation et de calculer quelles pages appartiennent au même feuillet. Sauf que.

Sauf que les numéros ont été désossés et reliés dans un ordre différent de celui de la publication ! Les Unes, les 4e de couverture ainsi que l’ensemble de la publicité ont été reliés à la fin du volume. Cette fois c’est plus simple que pour Femina car les Unes – datées – sont intercalées entre les feuillets publicitaires et me facilitent la recomposition, malgré tout je dois faire de gros efforts pour comprendre l’organisation originelle de chaque numéro. J’interroge un documentaliste qui me répond que cette pratique correspond en effet à une politique ancienne de conservation de la presse à la BNF mais qu’aujourd’hui on ne procède plus ainsi. Ouf !

Quelques semaines plus tard, les 3 premiers numéros de Modes et Travaux sont consultables sur Gallica mais plusieurs problèmes se présentent. La numérisation est faite en noir et blanc (en 2012 !!! ) et la publicité a, là encore, disparue. Dans ce cas, pour ne figurer nulle part : je n’ai aucun moyen de savoir si c’est la numérisation qui l’a faite disparaître ou s’il n’y a pas de publicités dans ces premiers numéros. C’est un problème, c’est justement ce pourquoi je souhaitais les consulter …

Ces quelques exemples montrent bien que la conservation n’a pas été réalisée pour étudier les industries culturelles mais seulement pour accéder au contenu textuel des articles. Images, publicités, ordre de publication sont autant d’éléments qui n’ont pas été anticipé par les chargés de conservations comme des objets d’études intéressants. Et je ne reviens pas sur l’interdiction de photographier, donc de prendre des notes visuelles de ces objets,  seul moyen de constituer des bases de données pour croiser les documents…

La seule solution, pour ceux qui s’intéressent à la culture industrielle semble bien être la brocante…


25 réflexions au sujet de « BNF ou brocante ? »

  1. Mais dans les brocantes, il est probable qu’à l’inverse les pages avec un contenu visuel auront été soigneusement découpées pour être vendues séparément. 🙂

  2. Une bien belle synthèse de la recherche ET de l’histoire culturelle en train de se faire. Car tous ces écarts de conservation et de consultation indiquent surtout pour moi l’importance cruciale de l’échange entre institutions de conservation et récolte et la recherche. Pour les archivistes et documentalistes, il n’est sans doute pas possible de tout anticiper et d’être toujours opportuns, pris au milieu de nombreuses contraintes matérielles, économiques, de personnel etc. Mais, mesurer les écarts entre les besoins des chercheurs – et concernant les images et les industries culturelles, comme tu le dis, les écarts sont vertigineux – et les propositions est tout à fait fondamental si l’on veut d’une histoire culturelle qui avance et rediscute ce qui a pu être un temps considéré comme des certitudes.
    Des mises au point comme celle-ci permettent d’en discuter, j’adôôôre comme qui dirait 😀
    (Sur le billet des microfilms que tu cites, de nombreux bibliothécaires avaient commenté: tous ces échanges ont été perdus suite à des manip’ malheureuses de débutante sur le blog. Je m’en mords encore les doigts.)

  3. Merci Alexie de rappeler l’aspect matériel de la recherche de l’accès aux sources, souvent difficile.
    Ce que je retiens ici, c’est que le numérique n’est pas la solution à tous les maux de la conservation (dont les aléas, Audrey le rappelle bien, sont dépendants des contraintes matérielles, budgétaires, législatives,etc.). En effet, si la méthodologie de l’archivage ne change pas, la technique n’apporte rien de mieux: on reste ici en NB dans un démembrement de l’objet initial. Un parti-pris étonnant au regard des réflexions engagées autour des démarches de numérisation des fonds depuis plusieurs années, et dont le dernier article de Rémy Besson se fait entre autre l’écho.

  4. @Thierry : c’est possible, tu as raison, mais il est toujours possible de s’en apercevoir avant d’acheter et d’étudier 😉
    @ Audrey : tout à fait d’accord avec toi, j’ai fait ce billet aussi avec le secret espoir de rapprocher recherche et conservation encore un petit peu !
    @Raphële : comme toi, je suis étonnée qu’aujourd’hui, compte-tenu des premières expériences de numérisation mises l’épreuve de la recherche/consultation, le tir ne soit pas rectifié au fur et à mesure… ce n’est pas si simple c’est vrai et les enjeux complexes…

  5. Super article. Dommage qu’on ne te propose pas d assister à la numérisation… Je passe souvent devant les Archives de la Presse rue des Archives, ça à l’air plein de trésors…
    J’espère que tu découvriras des gisements utilisables et mieux présentés ds les bibs et ailleurs…

  6. Merci 😉 cette boutique est en effet pleine de trésors ! mais inabordable… du coup je fais ma collection sur e-bay, le boncoin, sur les brocantes et grâce à de généreuses donatrices qui ont des trésors dans leurs greniers !

  7. @ Alexie et Raphaële: La question technique ne résout pas l’évolution culturelle. Bien sûr le numérique offre une gamme de possibles plus grande (la couleur au moins) mais ce n’est pas le changement de technique de conservation qui change la perception de l’objet à conserver (en l’occurrence, des magazines dans l’intégrité de leur matérialité et en préservant l’ordre des pages). C’est surtout pour ces déplacements culturels-là que les échanges avec la recherche sont cruciaux…

  8. PS (j’ai oublié ;-)): @ Lizarewind Le lien avec les « pb de médiévistes » avaient été aussi soulevés à plusieurs reprises dans les commentaires dont je parlais plus haut. Effectivement, c’est la conséquence de mêmes raisonnements concernant l’image et sa place dans un objet imprimé.

  9. Merci Alexie pour ce billet. La question est vraiment problématique lorsqu’elle se pose pour des sources médiévales comme Audrey et Lizarewind le soulève. La plupart des sources médiévales (surtout les ms. du XVe siècle) de la BNF sont disponibles aujourd’hui sur Gallica et elles posent de nouvelles questions pratiques. Au-delà de la question de la place de l’image dans un manuscrit (par exemple, on ne considère pas toujours que l’image ou même l’apparat ornemental d’un ouvrage doivent être pris en compte dans une analyse informatisée, lexicographique entre autre), la numérisation de ces ouvrages est très difficile et donne parfois des résultats décevants. Je te donne ici par exemple un des manuscrits sur lequel j’ai travaillé, il suffit de voir la qualité de la numérisation (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111076c.r=Jean+Castel.langFR). C’est tout le problème des sources médiévales (je sais que je suis un peu à côté de ton billet…), notamment à cause de l’écriture gothique et la qualité de la page (la finesse du papier à souvent pour conséquence une surimpression du recto et du verso rendant presque impossible la lecture). Sauf, évidemment, si on peut consulter la source matérielle; or c’est de plus en plus difficile à la BNF de consulter les manuscrits des XIVe et XVe siècle du fait de l’existence de la numérisation. Ce qui impose au chercheur un rapport de plus en plus ambiguë avec sa source, devant souvent se contenter d’une reproduction immatérielle. Se met en place une double démarche, un double cheminement face à l’objet source qui n’est qu’à ses débuts. Peut-être que dans quelques années on devra à la fois critiquer et mettre en perspective la source matérielle et la source numérisée (peut-on parler d’un dédoublement de la source?).
    Et le gros problème, en définitive, c’est que je peux parcourir inlassablement les brocantes, j’ai peu de chance de tomber sur un manuscrit du XVe siècle 😉

  10. « La numérisation est faite en noir et blanc (en 2012 !!! ) »

    Il faut savoir (et là le chercheur devrait se renseigner) qu’un fichier couleur pèse plus lourd, voilà pourquoi les institutions culturelles numérisent les collections de journaux (= beaucoup de fichiers) en noir et blanc car cela économise de la place sur les serveurs, donc de l’argent et autorise la mise en ligne d’autres collections…

    « D’abord le microfilmage est réalisé en noir et blanc et occulte la couleur potentielle »

    Le microfilm a ses inconvénients, c’est vrai, mais il reste un excellent moyen de conservation (bien plus que le numérique) et permet d’économiser de la place (donc des rayonnages ou un local pour le serveur, donc de l’argent), d’offrir une consultation relativement aisée (pour lire un microfilm, vous n’avez besoin que d’une source de lumière, d’une loupe et de savoir lire) et relativement pérenne (des microfilms vieux de 50 ans sont toujours lisibles à l’inverse de fichiers numériques vieux de quelques années).

    Étant doctorant (donc chercheur) mais aussi agent dans un dépôt d’archives, je trouve que les chercheurs comprennent mal (ou ne cherchent pas à connaître) les contraintes des archives et bibliothèques pris entre le marteau (les exigences du public) et l’enclume (des moyens matériels et humains en baisse). Il faut se souvenir que la numérisation et la mise en ligne ne sont pas, en France, une obligation légale et pourtant les institutions culturelles proposent de nombreux trésors sur leurs sites internet avec les moyens qu’elles peuvent y mettre !

    L’objectif de ce commentaire était de rééquilibrer, un peu, la balance au profit des archivistes et bibliothécaires dont le travail permet au chercheur de chercher et aussi parfois de se plaindre.

    Bien cordialement

  11. @Audrey: J’ai du mal m’exprimer car c’est exactement l’esprit de mon commentaire 🙂 La technique et la méthode sont deux choses forts différentes.
    Pour faire un parallèle, il est intéressant de remarquer que les chercheurs sont sollicités par exemple dans le cadre de la mise en place des archives du Web, afin d’identifier les éventuelles inadéquations entre leurs besoins et les parti-pris de conservation. A l’INA grâce à l’Atelier Dl du Web (http://atelier-dlweb.fr/blog/ ) et avec à la Bnf à travers notamment cette enquête sur les représentations et attentes des utilisateurs potentiels (http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/pro_publics_sur_place_et_distance/a.etude_archives_web.html).
    Je m’autorise cette mise en correspondance des problématiques car finalement pour l’instant en ce qui concerne le web les chercheurs sont amenés, comme Alexie, à constituer leur archives personnelles plutôt que de s’en référer à une institution.

  12. @Adrien : merci de ce parallèle avec les études médiévales, en effet la question est encore plus compliquée quand il s’agit de sources vraiment anciennes…
    @Julien : je vous remercie de votre témoignage et des éléments que vous apportez à la discussion. Je comprends très bien les contraintes économiques que vous rappelez, je ne les occulte pas, je les déplore d’ailleurs. Je suis la première à rêver d’une politique publique plus généreuse pour la conservation. Je suis aussi la première à me ravir de voir le nombre grandissant de titres numérisés et disponibles sur Gallica.
    Cependant, je maintiens qu’il y a des choix de conservation discutables.
    Audrey souligne plus haut que « ce n’est pas le changement de technique de conservation qui change la perception de l’objet à conserver », et je trouve cette remarque très juste. Pour les objets que je cite : que ce soit au microfilm, à la reliure ou à la numérisation, la publicité a été soit déplacée, soit supprimée. Je pense que cela peut être la conséquence d’une contrainte économique en effet (moins de choses à conserver = moins cher)mais que c’est aussi la conséquence d’un point de vue sur l’objet (pub = pas important).
    Et là on entre dans un conflit 😉 Car donner aux personnes intéressées un magazine sans publicité, c’est donner un document déjà travaillé par les choix de conservation. Peut-on encore parler d’archive ?
    Le souci est que ces choix ne sont jamais explicités : par exemple, rien n’indique dans le Modes et Travaux n°1 (1919) que la publicité a été supprimée.
    D’une « mauvaise » archive risque de découler de mauvaises analyses…qui provoqueront à leur tour une hiérarchisation des contenus culturels… qui influenceront les arbitrages économiques de conservation, et les recherches qui en découleront, etc.
    Ce billet est un encouragement à essayer de créer un lien toujours plus fort entre conservation et recherche, en aucun cas une mise dos à dos 😉

  13. @Alexie, merci de votre réponse que je trouve très intelligente et sachez que je comprends vos arguments y compris ceux présentés dans l’article. Je n’aime pas polémiquer mais je tiens tout de même à vous faire juste un instant changer de point de vue et que vous vous placiez dans celle du conservateur.

    Tout d’abord, permettez moi de formuler une remarque : la numérisation n’est pas une opération de conservation au sens strict. Elle est principalement une opération de communication et secondairement de « conservation préventive » en ce sens que l’original est préservé d’une manipulation puisqu’il existe une reproduction. Mais en matière de conservation préventive, le microfilm est, de très très loin, le meilleur support.

    Le conservateur doit satisfaire tous les chercheurs ou, tout du moins, le maximum de chercheurs, certes les publicités sont très importantes pour votre sujet mais le sont-elles plus que les textes pour 90 % des internautes de Gallica ? Le conservateur doit faire des choix en tenant compte de ses moyens matériels, financiers et humains (je ne vous parle même pas des procédures administratives)!

    Vous souhaitez créer des liens entre conservation et recherche mais quel est le % de chercheurs universitaires dans le public des institutions culturelles ? Si celui-ci est minoritaire (est c’est le cas dans la plupart des centres d’archives et des bibliothèques), doit-on faire des choix stratégiques pour une minorité au détriment des attentes d’une grande majorité de lecteurs ? Doit-on aussi faire des choix de conservation pour les sujets à la mode au détriment de fonds ayant une importance du point de vue juridique ?
    L’archiviste ou le bibliothécaire, professionnel de la conservation et de la gestion de l’information, doit-il s’en remettre aux chercheurs pour des choix qui relèvent de compétences métiers ? Dans ce cas pourquoi faire des masters et autres formations supérieures en archivistique ?

    Enfin, un dernier argument pourrait vous être opposé : il y a quelques années ni Gallica, ni les sites internet d’archives n’existaient pourtant de nombreuses thèses en sciences humaines ont-été soutenues dans les années 80’s et 90’s, non ?

    Je réitère donc mon appel : mettez-vous à la place des archivistes et/ou des bibliothécaires, vous verrez que leurs choix ne sont pas parfaits mais qu’ils sont guidés par des réalités et des contraintes que souvent, nous chercheurs (je reprends ma casquette de doctorant) avons du mal à saisir, obnubilés que nous sommes par nos sujets… théoriques. D’ailleurs, il est navrant de voir de nombreux docteurs en histoire (sans autres formations) se présenter à des entretiens d’embauche pour des postes d’archivistes (il ne suffit pas d’avoir consulter des fonds pour savoir les classer et encore moins pour gérer un service).

    Enfin, je tenais à vous signaler que le mot « archives » est normalement toujours employé au pluriel voir le dictionnaire de l’Académie française (http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/generic/cherche.exe?22;s=2423225730;;).

    Vous souhaitant un agréable week-end, je vous remercie pour cet article qui soulève à mon avis de riches réflexions sur les prérogatives respectives de chacun.

  14. @ Raphaële: je crois surtout que c’est le jeu des commentaires de blogs, entre discussions d’idées, leurs reformulations et leurs appropriations ;-). Je te rejoins pleinement quand tu rappelles les partenariats actuels concernant l’archivage du web et j’ajouterais que le service du dépôt légal du web n’est pas avare en communication et échanges sur ces sujets, au contraire (cf. http://lecoindecensier.wordpress.com/2012/01/07/clement-oury-larchivage-du-web-a-la-bnf/).
    Ce qui accentue le désir de davantage d’échanges encore comme l’indique le dernier commentaire d’Alexie.

  15. @Julien : je reformule en d’autres termes en reprenant mon exemple: si un conservateur décide de ne pas numériser (donc de ne pas communiquer) les descriptions dans Zola parce qu’il pense qu’elles sont moins importantes que le reste du texte, j’imagine que cela vous choque ?
    Ce que je veux dire c’est que trancher la publicité dans un magazine, c’est opérer un choix à partir d’une hiérarchie culturelle tout à fait discutable.C’est penser que le magazine est fait de texte et accessoirement de publicité et d’images. Or, le magazine est fait de publicité, d’images, et accessoirement de texte.
    Trancher dans Femina, dans Marie-Claire, dans Modes et Travaux, c’est trancher dans Zola.

  16. Ne penser qu’en termes économiques, c’est arrêter de penser car effectivement à la masse infinie de productions culturelles humaines pourra toujours être opposée la finitude des moyens matériels et humains à disposition des acteurs de la conservation et de la communication des archives.

    Donc qu’est ce qu’on fait ? Prendre en compte l’avis des chercheurs, considérés non pas comme une minorité d’empêcheurs d’archiver en rond mais comme une avant-garde de la science en train de se faire, ne paraît pas totalement aberrant.

    NB : la publicité est un élément central de construction de nos sociétés depuis plus d’un siècle et sa grande force aura été de faire croire qu’elle n’est d’aucune importance. Pour preuve : les archivistes n’en veulent même pas dans leur fond…

    NB 2 : ce commentaire étant un peu long, le conservateur éclairé pourra le couper où bon lui semble 😉

  17. Je ne comprends pas du tout cet argument du scan couleur trop lourd donc trop cher. Le coût de stockage est devenu marginal.
    Par ailleurs, décider de ne pas numériser les publicités de magazines (si c’est bien le cas) nécessite une opération de sélection qui doit probablement coûter plus cher qu’un scan intégral.
    Une version numérisée d’un document est un outil, rien de plus, mais à chaque fois que j’utilise l’outil Gallica pour consulter un magazine en ligne, je regrette l’outil Google Books où les magazines sont proposés intégralement, en couleur, sans la lourdeur du Flash pour le feuilletage, avec possibilité de recherche textuelle y compris sur les publicités et les légendes des photos, etc.

  18. J’ai été surpris du nombre limité d’informations en ligne pour les bibliothèques et archives en France. Le résultat est que j’ai parfois plus de succès non seulement en brocante (en ligne ou aux puces), mais aussi en passant une annonce dans le collectioneur et chineur. Il y des chances que vous obteniez une réponse, soit d’un collectioneur qui vous laisserait consulter son « trésor ». Evidemment ça prend du temps. AVez vous essayé hors de la région parisienne? La biblio de l’uni de Genève m’a permis de consulter une collection quasi complète de PM et de photographier pour usage personel. QUand on examine 20 ans de ça, c’est utile, et sans flash, ça évite les dommages de la phocopieuse.

    Ce que vous rencontrez, cependant, n’est pas un problème unique. Tout périodique dit « populaire » n’est pas rassemblé systématqiuement, et encore moins ceux qui ont des fins publicitaires, tels que les magazines d’entreprise ou gratuits (aéroports)

    Bonn chance!

    Guillaume de Syon
    Albright College
    Reading, PA, USA

  19. Le problème du bibliothécaire (ou de l’archiviste) c’est aussi parfois tout simplement qu’il ne sait pas ce qu’il a dans les mains. Comment, en 2012, moi qui suis responsable d’une collection 1 500 titres de périodiques morts et autant de vivants (comptez le nombre de fascicules), puis-je savoir qu’il y avait initialement de la publicité dans le premier numéro de Marie-Claire alors qu’il est conservé dans ma bibliothèque depuis son arrivée dans une reliure que plus personne n’a ouverte depuis ces lustres ? C’est au chercheur de me le dire (si je ne m’en suis pas aperçue moi-même, trop occupée sur d’autres titres, admettons) 😉 et à moi de déplorer les choix de conservation effectués par mes prédécesseurs. Je n’ai malheureusement pas le temps de me faire chercheur sur chaque document, et pourtant, comme je le souhaiterais !!!
    On numérise bien souvent « ce qu’on a comme on l’a » parce que c’est toujours mieux que rien du tout. Parce qu’on nous demande de numériser beaucoup et vite (la pression sur la BnF est monstrueuse : public, État, autres bibliothèques,…), on ne peut pas toujours aller autant dans l’analyse qu’on le voudrait.

    C’est pourquoi le couple bibliothécaire/archiviste-chercheur doit fonctionner sur le mode coopératif et non méfiant ou franchement hostile parfois (des deux côtés, hein). Pour que nous mettions « mieux » à disposition, en toute transparence.

  20. La mission et la responsabilité du conservateur consiste à mettre à disposition des usagers le document original, ou à défaut une copie exacte. Lorsque celle-ci implique des choix, le minimum est évidemment d’en avertir en toute transparence l’usager (par exemple: « document original en couleurs, reproduit en noir et blanc »), qui n’a sinon aucun moyen de vérifier quel est l’état de ce qui lui est montré. Bien des libertés ont été prises avec ces règles simples, avec pour conséquence de dénaturer l’information transmise. Reprocher dans ces conditions à l’usager de se plaindre ou de ne pas « coopérer » est une attitude injustifiable – mais hélas très répandue…

  21. On a quand même du mal a admettre que l’accès aux documents originaux soit refusé à un chercheur qui cherche à les valoriser…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *