Tous les articles par Alexie Geers

2e congrès de la SPHM « Rêver d’un autre monde »

Au cours du second congrès de la Société pour l’Histoire des Médias intitulé « Rêver d’un autre monde. Médias, utopies et expérimentations », je présenterai l’ébauche d’une toute nouvelle recherche consacrée à un corpus de presse féminine dite « mindstyle » qui revendique une rupture avec la presse féminine traditionnelle. Ma communication est intitulée « La féminité naturelle » de la presse mindstyle : une alternative essentialiste« . En voici un court résumé :

A partir d’une étude des discours et des images produits par les rédactions et par les annonceurs, nous interrogerons le récit de féminité élaboré dans les magazines Happinez (2014), Simple Things (2014), Flow (2015), Femininbio (2015) et Mellow (2017) depuis 2014, titres choisis parce qu’ils appartiennent à une nouvelle catégorie de magazines féminins, mindstyle, dont les lignes éditoriales consacrent un mode de vie basé sur un quotidien « slow », organisé autour de la recherche du bien-être et du développement personnel, marqué par des pratiques de recentrement comme le yoga ou la méditation, par une alimentation saine et végétale, par des soins des apparences naturels, par des activités créatives telles que la couture ou le tricot et par une réappropriation plus globale des choses que l’on fait soi-même (DIY pour Do It Yourself). La féminité, « naturelle », qui y est décrite et mise en image s’appuie sur la revendication « d’idéaux alternatifs » (réduction de la consommation, écologie, DIY) et s’émancipe de certains codes de féminité présents dans la presse féminine traditionnelle, importance des apparences notamment, tout en réaffirmant, par le recours au concept de naturel, une essentialisation du féminin.

Pour la suite du programme, c’est par ici : https://congressphm2018.sciencesconf.org/program

 

 

 

 

 

Croiser le genre et la classe. Objets, méthodes, perspectives.

Voici le programme du colloque « Croiser le genre et la classe. Objets, méthodes, perspectives » qui aura lieu le 9 et 10 novembre 2017 à l’Unil à Lausanne et auquel j’ai le plaisir de participer avec une communication intitulée « La segmentation de la presse féminine, une approche des imbrications de genre et de classe ? ».

 

Programme et informations : Croiser le genre et la classe

Journées d’études « Grandes et petites mains de la beauté »

 

Jeudi 12 octobre et vendredi 13 octobre auront lieu, à l’Université Paris Est Créteil, les journées d’études intitulées « Grandes et petites mains de la beauté » auxquelles j’ai le plaisir de participer.

« Présentation
Le « travail de la beauté » consiste en l’exercice d’une activité professionnelle qui conçoit, produit, entretient ou distribue des formes socialement définies d’apparences.

Exercé à des endroits éloignés de la stratification sociale, cette activité passe autant par un travail prescriptif d’édiction de normes de beauté (« modes » alimentaire, vestimentaire, esthétique, etc.) que par un travail interactif de transformation ou modification du corps (conseil alimentaire, coiffure, esthétique, massage, etc.).

Cette activité s’inscrit dans une industrie de la beauté au cœur d’enjeux sanitaires, scientifiques, culturels et sociaux qui ne cesse de prendre de l’importance depuis la deuxième moitié du XIXe siècle.

L’intention de cette journée d’étude est de réfléchir à ces métiers, à leur émergence, au contenu de leur travail, à leurs qualifications, leurs contraintes, aux caractéristiques sociales et trajectoires des individus qui les exercent, à leur segmentation et hiérarchisation, à leur rôle prescripteur de « canons de beauté ».

La socialisation induite par les métiers dans ces différentes dimensions sera également envisagée (des professionnel-le-s vers les client-e-s et réciproquement ; l’incorporation de normes depuis la sphère professionnelle vers la sphère privée, etc.). « 

Programme détaillé …