Archives par mot-clé : cosmétique

Quand mon minou est tout doux, il fait miaou

Ce matin, en faisant ma revue de presse quotidienne, je tombe sur l’article de Dariamarx, Minou, Chou, Hibou, Caillou et celui d’A dire d’elles  Quand mon minou est tout doux au sujet de la nouvelle campagne de publicité Veet. Toutes les deux évoquent la nouvelle campagne de la marque intitulée étrangement « Mon minou tout doux ».

Vous aurez compris la métaphore de bon goût…

Le site internet prend la forme d’un jeu dans lequel l’internaute peut choisir un « minou » et l’épiler grâce aux différents produits proposés. Après l’épilation, le « minou » épilé passe un test, celui du « matou » qui vérifie la bonne épilation de votre minou. Le matou considère à peu près à chaque fois que votre minou n’est pas assez épilé.

En images :

Capture d’écran, site Mon Minou tout doux, mai 2011

Continuer la lecture de Quand mon minou est tout doux, il fait miaou

Une peau photoshopée

Pour rebondir sur le billet d’André Gunthert du 26 décembre 2009, La retouche incarnée, qui montrait le rapprochement fait par les rédactions de presse féminine entre la retouche photographique et les cosmétiques pour montrer l’efficacité de ces dernières, voici un exemple intéressant citant directement Photoshop.

Prima n°338, octobre 2010, page 50

Au sein d’une rubrique « banc d’essai », comparant différents fonds de teint, on peut lire au sujet d’un des produits : « Pour qui ? Celles qui rêvent d’un résultat correcteur, style Photoshop ! » et « Façon baguette magique, il gomme les taches, floute les ridules et unifie le teint…comme un logiciel photo ! »

Ce qui est particulièrement clair, c’est que l’évocation de Photoshop est censée provoquer une image mentale pour la lectrice. En lisant cet avis sur ce fond de teint, elle doit être capable de visualiser ce qu’est une peau photoshopée, puisqu’il n’y a pas d’image montrant une peau telle qu’elle est décrite. On fait appel à son imaginaire, à sa culture visuelle. Culture visuelle forgée par cette même presse.

Ce qui confirme une fois de plus la théorie d’André Gunthert  que la répétition d’une image permet son objectivation.1A force de voir cette peau retouchée fabriquée par la presse féminine dans son ensemble, la lectrice finit par croire en son existence en s’inscrivant fermement dans son imaginaire.

  1. GUNTHERT André, « La lune est pour demain. La promesse des images. », dans Dierkens Alain, Bartholeyns Gil, Golsenne Thomas (édité par), La performance des images, Editions de l’Université de Bruxelles, Collection Problèmes d’histoire des religions, Tome XIX, 2009, pages 169-178. []

Marie-Claire sans retouches?

Un an tout juste après Elle et ses stars photographiées «sans fards, sans maquillage, sans retouches» par Peter Lindbergh, Marie-Claire, nous promet, pour son numéro d’avril 2010, un numéro «100% sans retouches».

Elle, avril 2009, "Stars sans fards, sans maquillage, sans retouches" (Monica Belluci)
Elle, avril 2009, « Stars sans fards, sans maquillage, sans retouches » (Monica Belluci)
Marie-Claire, avril 2010, Une, "Numéro 100% sans retouches" (Louise Bourgoin)
Marie-Claire, avril 2010, Une, « Numéro 100% sans retouches » (Louise Bourgoin)

Selon Christine Leiritz, directrice de rédaction et éditorialiste, « nulle retouche, pas de tricherie »[1] dans ce numéro, pensé comme un pied de nez à la proposition de loi de Valérie Boyer[2]:  «Ce que nous voulons montrer est limpide. Marie-Claire n’offre pas une «représentation erronée de l’image du corps dans notre société» comme le craint la députée, à grand coup de logiciels de retouche, de castings de filles maigrissimes et d’injonctions à maigrir. Marie-Claire, pas plus, n’offre à ses lectrices une image réductrice d’une beauté unique et d’une jeunesse éternelle».

Continuer la lecture de Marie-Claire sans retouches?