Archives par mot-clé : narratologie

Marie-Claire et la guerre, le rôle d’accompagnement de la presse féminine

Marie-Claire, Une colorée, 1937  Une en bichromie, 1940
Figure 1 : A gauche : 12 novembre 1937, à droite : Une, 23 novembre 1940, Marie-Claire

La France entre en guerre le 3 septembre 1939. Dès lors, Marie-Claire s’adapte à cette nouvelle situation politique. Matériellement, jusqu’à l’arrêt de sa publication, courant 19441, la présence de couleur est moindre car l’impression est plus fréquemment réalisée en bi-chromie (figure 1, image de droite) remplaçant les nombreuses couleurs des années précédentes (figure 1, image de gauche), le papier est de moins bonne qualité et le nombre de publicité chute régulièrement pour n’atteindre que quelques encarts courant 1944. La retouche effectuée sur les images, notamment de Unes, est plus simple (figure 2) même si le modèle visuel de la jeune femme souriante, mis en place à la naissance du titre2 reste stable. Le vêtement du modèle est, en revanche, souvent plus sobre et moins coloré.

Figure 2 : A gauche, Une très travaillée, 3 septembre 1937, à droite, Une moins retouchée, 10 février 1942

Continuer la lecture de Marie-Claire et la guerre, le rôle d’accompagnement de la presse féminine

  1. Marie-Claire continue de paraître pendant la guerre, la rédaction est délocalisée courant 1941 de Paris à Lyon. Le titre cesse de paraître à la fin de l’année 1944, et reparaîtra en 1954 avec une autre équipe. []
  2. en 1937 []

Petite histoire de la confiance dans Marie-Claire

Dès les premiers numéros de Marie-Claire, au sein de la rubrique « Parlons en Amies »1, une rédactrice s’adresse aux lectrices et signe son texte des initiales M.-C. ou de son prénom, Marie-Claire, comme au bas d’une lettre destinée à une amie. La signature, convention de la correspondance privée crée une situation de proximité entre rédactrice et lectrices. Ces codes épistolaires sont repris au sein de la rubrique « Le Courrier de Marie-Claire »2 dans laquelle les lectrices sont identifiées par leur prénom. La réponse qui leur est faite est rédigée comme une discussion au cours de laquelle l’une demande conseil à l’autre parce que cette dernière détient une expérience et un savoir. Cette personnalisation, de part et d’autre, introduit une connivence et mime un lien amical. Les Marie-Claire3 incarnent à la fois le personnage qui s’adresse aux lectrices et les lectrices elles-mêmes. L’utilisation de cette énonciation fabrique un espace de discussion protégé entre les femmes, communautaire, à la manière du salon d’antan et dont les hommes sont en partie exclus. La présence masculine est minoritaire dans le titre et se concentre essentiellement sur la signature des pages de roman ou d’exercice physique4.

Continuer la lecture de Petite histoire de la confiance dans Marie-Claire

  1. Cette rubrique changera plusieurs fois de titre, mais elle a pour caractéristique de se trouver dans les premières pages, au milieu des encarts publicitaires et est toujours signé par « Marie-Claire ». Elle s’adresse dans un ton direct aux lectrices. []
  2. Première occurrence repérée le 20 janvier 1939. Le courrier des lectrices n’est pas une invention de Marcelle Auclair avec Marie-Claire ni de Paul Winckler avec Confidences (19 38) comme il est souvent écrit dans les histoires de la presse puisqu’on repère déjà cette forme dans plusieurs titres antérieures tel que l’Echo de la mode (en 1907), Femina (en 1910), Votre Bonheur ( « Parlons à cœur ouvert », 13 février 1938, p.28-29). []
  3. Dans le premier numéro de mars 1937, Marcel Prévost dans « Lettre de Marie-Claire par Marcel Prévost de l’académie française »  emploie « Chères Marie-Claire de province » ou « Sœurs de province » (p.20). []
  4. Dans les premiers numéros, Jean Prévost, le mari de Marcelle Auclair, sera l’auteur masculin presque exclusif. On note la mention de Hubert Giron comme Directeur Artistique (premier édito) et de « Marcel Prévost de l’Académie française ». []