Archives par mot-clé : pornographie

Quand mon minou est tout doux, il fait miaou

Ce matin, en faisant ma revue de presse quotidienne, je tombe sur l’article de Dariamarx, Minou, Chou, Hibou, Caillou et celui d’A dire d’elles  Quand mon minou est tout doux au sujet de la nouvelle campagne de publicité Veet. Toutes les deux évoquent la nouvelle campagne de la marque intitulée étrangement « Mon minou tout doux ».

Vous aurez compris la métaphore de bon goût…

Le site internet prend la forme d’un jeu dans lequel l’internaute peut choisir un « minou » et l’épiler grâce aux différents produits proposés. Après l’épilation, le « minou » épilé passe un test, celui du « matou » qui vérifie la bonne épilation de votre minou. Le matou considère à peu près à chaque fois que votre minou n’est pas assez épilé.

En images :

Capture d’écran, site Mon Minou tout doux, mai 2011

Continuer la lecture de Quand mon minou est tout doux, il fait miaou

La pornographie en France, XIXe-XXe siècles

« Pratique culturelle ordinaire pour les hommes, investie depuis peu par les femmes, industries ou métiers informels dont les contours sont flous mais qui suscite des débats réguliers, la pornographie est également un objet historique dont les frontières sont à géométrie variable : frontières sexuelles (bonne et mauvaise sexualité, homo et hétérosexualité), frontières sexuées, nationales et raciales (la pornographie « interraciale »), frontières de classe (pornographie vulgaire vs érotisme distingué).
Quelques travaux ont pointé tout l’intérêt que représente l’étude de cette contre-culture, dont Robert Darnton a montré pour le XVIIIe siècle le potentiel séditieux. Malgré cela, l’histoire culturelle du contemporain peine toujours à s’emparer de la pornographie comme objet d’étude. Ce retard n’est pas réellement surprenant : volontairement ou non, l’histoire culturelle reprend les hiérarchies culturelles et la pornographie est sans doute l’une des plus illégitimes des catégories de la « culture populaire ».
La valorisation de l’érotisme comme objet de recherche au détriment de la pornographie en est un indice. Celui-ci serait le versant « noble » des représentations de la sexualité, il impliquerait une visée artistique, une recherche esthétique qui différencierait ses productions de la pornographie, dont le seul objectif serait l’excitation sexuelle. Outre le fait que ce clivage érotisme/pornographie se fonde sur une distinction arbitraire et  relativement récente, sa reprise – explicite ou implicite – pose un problème épistémologique, puisqu’elle entraîne le chercheur à reproduire une distinction qu’il faudrait interroger.
Cette journée d’études a pour objectif de combler les lacunes de la recherche sur la pornographie contemporaine, à travers un regard portant à la fois sur ses productions et ses consommations, ses acteurs et ses pratiques.  »

Le mercredi 18 mai 2011

à Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Auditorium de la Bibliothèque universitaire, 45 boulevard Vauban, 78280 Guyancourt.

Suite et programme à lire ici…