Archives par mot-clé : répétition

La star et la presse féminine

Une ; pages 16-17 ; pages 94-95, Cosmopolitan, juillet 2010

La répétition d’une figure célèbre, ici Eva Longoria, à plusieurs reprises dans le même magazine  (Cosmopolitan, juillet 2010),  au cœur de contenus éditoriaux mais aussi en contexte publicitaire est un élément de confusion à ajouter à la liste1.

En effet, la figure récurrente de l’actrice agit comme un fil rouge tout au long du numéro produisant une lecture unifiée sans distinction entre publicité et contenu éditorial. Le fait que le personnage soit connu permet son identification à chaque reprise et donc cette lecture brouillée.

L’identification de la figure semble précéder l’identification du type de contenu que l’on a sous les yeux.

  1. Voir LEBLANC Audrey, GEERS Alexie, »Manipuler l’image de presse », L’appareil des apparences, 21 mai 2010 (http://culturevisuelle.org/apparences/2010/05/21/manipuler-limage-de-presse) []

L'omniprésence du corps féminin

La presse féminine se caractérise par un usage abondant de la photographie, en particulier de corps féminin. Voici un petit état des lieux.

Sur le début de l’année 2009 (janvier-octobre), 64,50 % des pages publicitaires de Marie-Claire comportent au moins une photographie de corps féminin ainsi que 69,50 % des pages hors-publicité, soit une moyenne de 68% des pages du magazine.

Pour comparaison, voici les chiffres de quelques autres magazines concernant le début de l’année 2009 :

Prima 44%
Cosmopolitan 57%
Biba 58%
Glamour 71%

Bien que l’étude soit assez resserrée, à la fois dans la période décrite et dans le choix de magazine, il se dégage une tendance assez marquée.

Que le public destinataire soit jeune et branché, comme pour Glamour, ou plus âgé pour Prima, on s’aperçoit que cette présence de la photographie compte au moins pour 44%  des pages de la revue.

Les photographies de corps féminin se multiplient au sein d’un même magazine mais aussi dans l’éventail de la presse féminine en générale.

En sachant qu’on recense 139 titres de presse féminine en France, et qu’il se vend environ 200 millions de numéros (chiffre pour 2007 de la direction du développement des médias) on peut mieux se rendre compte de la place que prennent ces images dans le panorama visuel.

C’est cette omniprésence qui m’intéresse, à la fois parce qu’elle justifie pleinement de s’intéresser à ce type d‘images, mais aussi parce que le symptôme de la répétition n’est pas anodin, puisqu’il permet d’instaurer un certain type d’image comme norme visuelle.